Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2020

L’extrême droite : la combattre politiquement pour la battre électoralement

Poursuite des Chroniques dans le cadre de la campagne des municipales de Perpignan Titre complet: L’extrême droite : la combattre (d’abord) politiquement pour la battre (ensuite) électoralement

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le risque d’une victoire du candidat de l’extrême droite Louis Aliot aux élections municipales de Perpignan existe. Il ne doit pas être sous-estimé. Pour autant, il ne doit pas être notoirement instrumentalisé comme c’est le cas actuellement. Ce serait contre-productif.

Le Rassemblement National (il y encore peu appelé Front National) ne peut être agité comme un chiffon rouge de manière intéressée et politicienne. C’est ce qui se passe trop souvent pour incapaciter toute réflexion et, surtout, occulter à bon compte ses propres insuffisances. Car cela confine bien souvent à de l’hypocrisie. Beaucoup, en affectant de transformer le RN en épouvantail, voudraient passer du duel publiquement promis au duo exclusif secrètement espéré. Chacun vise à se retrouver au second tour contre le RN, ceci pour une victoire garantie au nom du front républicain à réaliser ensuite autour de soi. Le stratagème est grossier, et plus encore dangereux. Il en va ainsi du maire sortant Jean-Marc Pujol qui veut faire bis repetita : en 2014 il en avait bénéficié. C’est le cas également de Romain Grau qui, en bon macroniste, souhaite décliner à Perpignan le schéma  installé nationalement par La République en Marche. De son côté, Agnès Langevine, avec son allié du parti socialiste, a construit sa stratégie sur cette espérance pour tout viatique, sans doute pour mieux faire oublier le décalage de ses promesses et de ses actes et des insuffisances de son programme. 

Il s’agit d’un jeu particulièrement dangereux qui place l’extrême droite en position centrale. Il alimente de surcroît son discours de victimisation consistant à se présenter comme « seuls contre le reste du monde coalisé ». Il rehausse en conséquence dangereusement le plafond de verre du RN. En définitive, cette tactique est celle des prétendus pompiers qui sont en réalité les véritables pyromanes…

Car se contenter d’espérer battre électoralement l’extrême droite de Louis Aliot n’est pas suffisant, surtout par des tactiques à la petite semaine comme la configuration d’improbables fronts républicains qui ne résolvent en rien les questions de fond. Ce qui est nécessaire de faire, c’est de le combattre politiquement. Trois conditions apparaissent comme absolument nécessaires et incontournables, préférant s’attaquer aux causes profondes plutôt qu’agir (timidement) sur les effets. Cela passe d’abord par la sincérité de la démarche qui ne transige pas avec le respect des promesses, à tous les échelons (commune, intercommunalité, département, région, échelons national et européen compris). Dans cette optique, il n’est pas possible de faire l’impasse sur le rejet (résolu) des politiques d’austérité (et leur déclinaison à tous les échelons locaux) engendrant précarité, pauvreté et colère. Enfin, il s’agit de réaffirmer pleinement avec conviction la force propulsive des principes républicains qui nous séparent ad vitam aeternam des discours de haine de l’extrême droite. Et le faire sans propos à géométrie variable.

Pour battre de manière durable électoralement le Rassemblement National, il faut donc commencer par le combattre politiquement de façon résolue. Et certainement ne pas faire l’inverse. C’est à cela que l’on reconnait les démarches bassement politiciennes. C’est qu’il s’agit de ne pas jouer avec le feu. C’est à cela qu’on reconnaît les tenants du prétendu « cercle de la raison du vieux monde politique composé de petits notables locaux » (signalons que Louis Aliot cherche à intégrer ce cercle et que les relations courtoises au sein du conseil municipal sortant donnent hélas du crédit à cette stratégie de dédiabolisation).  Ce sont d’authentiques pyromanes. Car les cris d’orfraie n’ont jamais concouru à faire une politique sincère qui soit réellement chevillée au corps.

Ce n’est pas le parti pris par la liste citoyenne « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » qui préfère agir au quotidien sur les causes par une campagne de terrain et avec un programme, « Pour un printemps perpignanais », en résonance avec les aspirations des populations. Elle constitue le meilleur rempart contre l’extrême droite à Perpignan.

Francis DASPE, animateur de groupe d’action de La France Insoumise  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles