De l’arithmétique et de la dynamique en politique

Poursuite des Chroniques dans le cadre de la campagne des municipales de Perpignan Titre complet: De l’arithmétique et de la dynamique en politique : la liste Langevine ne rassemble ni ne fédère

lalternative-logo-couleur-1024x725-2

La politique n’est pas une question d’arithmétique, mais bien de dynamique à construire. Les tenants de l’ancien monde politique, pourtant disqualifiés par les élections depuis 2017, par des bilans aux allures de passif et par les contestations populaires récurrentes, tentent cependant de s’accrocher désespérément à des logiques illusoires de cartel.

Il en va ainsi de l’élection municipale de Perpignan. Les tendances de terrain et les quelques sondages convergent pour exprimer des analyses communes, même s’ils n’apportent que peu d’informations nouvelles ou de véritables surprises. En réalité, les grands blocs électoraux classiques restent plutôt stables par rapport à l’élection précédente de 2014. Mais cette réalité tenace est riche d’enseignements, notamment pour la liste Langevine (EELV, PS).

Le total des voix obtenues en 2014 par l’arc politique qu’elle cherche à retrouver (liste Cresta pour le PS, liste Codognès pour EELV) s’établissait à environ 18%. Les différents sondages ne la créditent que de moins de 15%, nettement en deçà du total envisagé. A l’époque, c’était pourtant déjà une addition particulièrement faible : les listes Cresta et Codognès représentaient une gauche au pouvoir nationalement sous le quinquennat Hollande qui était en capilotade.

Cette ancienne gauche (ou nouvelle droite au regard de leur acceptation de l’austérité et du capitalisme vert) s’est transformée en cartel avec la liste Langevine. Il apparaît clairement que celle-ci divise. Elle se montre incapable de rassembler. L’arithmétique ne lui est donc pas favorable. Mais encore plus alarmant, elle également est incapable de créer une quelconque dynamique. Elle ne fédère pas.

Parmi les multiples raisons, deux doivent être mises en avant. Cette liste incarne, dans sa construction et son expression, le vieux monde politique des pratiques dépassées. Elle est également plombée par son effroyable bilan au Conseil régional Occitanie, en termes de non respect des promesses et  des engagements de campagne.

Arithmétique ou dynamique, la question ne se pose pas pour la liste Langevine. C’est définitivement ni l’une ni l’autre. Elle ne rassemble pas ; elle ne fédère pas. C’est tout le contraire de la liste citoyenne « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » qui a fait des choix stratégiques diamétralement opposés. Elle a d’abord été en capacité de fédérer autour d’elle en une dynamique citoyenne prometteuse. C’est ensuite qu’elle a su rassembler en quasi-totalité son camp. Et pas en faisant l’inverse dans une logique d’ancien monde périmée.

 « L’Alternative ! Perpignan écologique et solidaire » est devenue la surprise et la force montante de cette élection municipale. Le sillon qu’elle trace avec constance et cohérence s’avère en fin de compte fertile. C’est désormais la seule liste qui soit et citoyenne et de gauche et écologiste.

Francis DASPE, animateur de groupe d’action de La France Insoumise  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.