Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2014

Rythmes scolaires à Perpignan : l’addition des pires

Francis Daspe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Francis DASPE, président de la Commission nationale Education du Parti de Gauche. Il est également secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée.

La volonté de la municipalité de Perpignan de regrouper les activités périscolaires le vendredi après-midi confirme, si besoin était, que la réforme des rythmes scolaires constitue une véritable impasse. Chaque jour des exemples nouveaux venant de communes devant faire face à des problèmes plus ou moins insolubles en attestent.

Cette proposition est particulièrement mauvaise : elle entérine tous les aspects négatifs des précédentes réformes. D’une part, celle de droite avec le décret du 15 mai 2008 relatif à l'organisation et au fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires de Xavier Darcos. D’autre part, celle des ministres socialistes Vincent Peillon (décret du 24 janvier 2013 relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires) et Benoît Hamon (décret complémentaireportant autorisation d'expérimentations relatives à l'organisation des rythmes scolaires dans les écoles maternelles et élémentaires du 7 mai 2014).  Une telle disposition signifie en effet qu’il n’y aura pas d’allègement horaire des autres journées scolaires. Autrement dit, les journées surchargées suite au passage à la semaine de quatre jours de Xavier Darcos seront maintenues.  En outre, confrontés à des journées inchangées, les écoliers perdront en sus le repos du mercredi. Par conséquent, l’argument du prétendu bien-être de l’enfant rituellement avancé ne tient absolument pas.

Le décret du nouveau ministre de l’Education nationale Benoît Hamon visait à autoriser un certain nombre d'assouplissements. L’objectif était  de calmer la fronde grandissante des élus locaux. Nombre de ces derniers se retrouvaient  désemparés devant la complexité de la mise en œuvre de la réforme et son coût financier dans un contexte d’austérité. Il ne résout en définitive rien. Au contraire, il permet plus facilement la mise en place d’une école à la carte, commune par commune. Il s’agit là d’une rupture significative de l’égalité territoriale et du cadre national de l’Ecole de la République. Le processus de territorialisation, qui était un des véritables objectifs de la réforme Peillon dans un contexte de déclinaison de l’acte III de la décentralisation, peut donc s’accélérer. Les projets éducatifs de territoire (pedt), qui s’en font le prolongement, se situent à rebours de l’évolution séculaire ayant présidé à la construction de l’Ecole de la République.

Véritable usine à gaz, cette gestion de la question des rythmes scolaires additionne le pire des précédentes réformes Darcos, Peillon et Hamon. Les vraies motivations ne sont pas le bien-être de l’enfant et la réussite de l’élève, simples alibis commodes pour esquiver tout débat de fond. Elles renvoient à des enjeux idéologiques masqués et à des recherches compulsives d’économies. Ces enjeux idéologiques, nous n’avons cessé de les mettre en exergue dès de début des débats. En plus de la préservation du cadre national, les questions de gratuité, de marchandisation, de statut des personnels, de laïcité et du devenir des écoles rurales se trouvaient en réalité au cœur de questionnements trop souvent occultés.

L’Ecole de la République doit rester nationale. Les projets éducatifs de territoire viennent en appoint de ce démantèlement programmé. Ce qu’exige la question des rythmes scolaires, c’est  d’une véritable réflexion sur l’articulation entre les temps scolaires et les temps sociaux et familiaux. Une telle démarche serait radicale : elle tendrait à élaborer en creux un projet de société alternatif. Un projet qui s’efforce de procéder à la relocalisation de l’activité. Les distances entre lieu de d’habitat et lieu de travail, les fameuses migrations pendulaires dont les coûts en termes économiques, sociaux et de santé publique n’ont jamais été évalués avec sérieux, en seraient réduites. Un projet qui inciterait à de nouvelles manières, non seulement de produire, mais aussi de consommer. Un projet qui mettrait hors-la-loi la précarité pour l’éradiquer. Voilà en quoi consisterait prendre à bras-le-corps la question des rythmes scolaires.

Ce projet passe bien évidemment par l’abrogation des décrets Peillon-Hamon. Une réécriture nécessite en parallèle la pleine suppression du décret Darcos, pas la réintroduction par la fenêtre, sous couvert d’assouplissements, de ses dispositions les plus négatives. Sans quoi, nous serons condamnés à subir le cumul du pire des dernières réformes. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85