Francis Deron
Journaliste (carte n°39845)
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2009

Mémoire du Cambodge: où l'on reparle des Khmers rouges

Il est, à Phnom Penh, un gardien de la mémoire du génocide du Cambodge sous les Khmers rouges. Youk Chhang, le directeur du Documentation Center of Cambodia, se veut plus désormais. Il vient de lancer un programme d'action pour trois ans visant à faire de son centre d'archives, communément connu sous l'abrégé DC-Cam, un point d'ancrage pour les milieux asiatiques qui veulent œuvrer à rendre impossible une répétition des crimes d'Etat à grande échelle du XXe siècle. Le Cambodge a perdu, par violences de masse et famine, un tiers de sa population à la main des Khmers rouges de 1975 à 1979.

Francis Deron
Journaliste (carte n°39845)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est, à Phnom Penh, un gardien de la mémoire du génocide du Cambodge sous les Khmers rouges. Youk Chhang, le directeur du Documentation Center of Cambodia, se veut plus désormais. Il vient de lancer un programme d'action pour trois ans visant à faire de son centre d'archives, communément connu sous l'abrégé DC-Cam, un point d'ancrage pour les milieux asiatiques qui veulent œuvrer à rendre impossible une répétition des crimes d'Etat à grande échelle du XXe siècle. Le Cambodge a perdu, par violences de masse et famine, un tiers de sa population à la main des Khmers rouges de 1975 à 1979.

Que croyez vous qu'il advient quand on lui demande auprès de qui,en France, on peut l'aider à diffuser une version française de ce programme rédigé en anglais ? « I have zero contact with French organizations ». Et de préciser : « S'ils persistent à penser qu'il faut parler français pour avoir des rapports avec la France, c'est leur problème ».

DC-Cam travaille en anglais de l'Amérique. Pour une bonne raison : ses chercheurs cambodgiens reviennent pour la plupart d'un séjour universitaire aux Etats-Unis. Faut-il y voir la raison pour laquelle aucune - bien : aucune - institution française n'a le moindre contact avec cette organisation non gouvernementale, qui affiche par ailleurs des liens avec quantité d'établissements universitaires et de recherches non seulement en Amérique du nord, mais aussi dans toute l'Europe du nord (Belgique comprise) ? Sans parler des gouvernements, bien entendu, par le biais de programmes de coopération humanitaire notamment.

Pour qui veut l'entendre, donc, asiacorrespondents fournit ici une adaptation de ce programme aux deux ambitions essentielles :

- faire des victimes - le peuple cambodgien - une avant-garde dans la quête mondiale pour les droits de l'homme et la dignité.

- servir de plaque tournante majeure en Asie pour garantir que des atrocités comme celles qui se sont produites sous le Kampuchéa démocratique ne puissent jamais se renouveler.

Comme il a été dit précédemment, cette affaire cambodgienne est aussi lointaine que d'une actualité bien palpable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss