Francis Deron
Journaliste (carte n°39845)
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2008

JO de Pékin: grattons la surface de nos écrans plasma (réponse à Edgard Pisani)

Toujours, des courants d'opinion inattendus, demeurer à l'écoute.Le commentaire d'Edgard Pisani sur les perspectives citoyennes ouvertes (ou fermées) par les Jeux olympiques de Pékin 2008 pour le plus grand pays (peuple) du monde tenu à l'écart de l'aire de la Citoyenneté, ne peut qu'attirer la curiosité d'un observateur de la chose chinoise convaincu lui-même qu'il y avait là, en effet, matière à réflexion.

Francis Deron
Journaliste (carte n°39845)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Toujours, des courants d'opinion inattendus, demeurer à l'écoute.

Le commentaire d'Edgard Pisani sur les perspectives citoyennes ouvertes (ou fermées) par les Jeux olympiques de Pékin 2008 pour le plus grand pays (peuple) du monde tenu à l'écart de l'aire de la Citoyenneté, ne peut qu'attirer la curiosité d'un observateur de la chose chinoise convaincu lui-même qu'il y avait là, en effet, matière à réflexion.

Il faut cependant tenter de cerner de quoi on parle.

On vous suit pour partie, Edgard Pisani, dans l'interrogation que suscite en vous le constat « adolescent » (en quoi l'âge est-il pertinent ?) selon lequel « le meeting a sûrement plus d'importance que le match mais il a moins de sens ; tout y est fait pour qu'on n'y comprenne rien ». On a plus de mal à se laisser convaincre par l'illusion que veut créer ce spectacle d'une promesse d'« équilibre subtil entre discipline du système et foisonnement des initiatives ».

On est, ici, dans le registre de la représentation, convenons en. Or, pour que cette représentation fonctionne, il faut que le spectateur y adhère. Libre à lui de démissionner de sa fonction critique, ou de l'assumer.

Depuis l'invention concomitante de la Tragédie antique et des Jeux du Stade, effectivement, rien de ce qui se passe autour des arènes ne semble offrir une lecture plus immédiate et complète que ce qui se passe en leur enceinte – hormis peut-être le Champ de Bataille, mais la mode en a passé.

La dérive des grandes rencontres sportives à l'ère de l'économie communicative planétaire, a démultiplié l'utilisation politique « artisanale » des Jeux tels qu'un Adolf Hitler a su les mettre en scène à ses fins. Elles agissent à présent à raison du plus grand dénominateur imaginable (PGDI).

Depuis lors, tout y est fait, précisément, pour qu'on en comprenne tout, d'emblée et sans discussion. Mais surtout, qu'on n'en comprenne rien que cela.

Un moment entièrement consacré à l'effort aussi physique que cérébral, l'intelligence du jeu et le jeu de l'intelligence réconciliés, l'indispensable communion mondiale de l'acteur et du spectateur... Alors, oui, les gradins du plus vaste, du plus moderne et dernier en date des grands stades du monde, peuplés d'un public lui-même planétaire ou presque (les plus pauvres en sont absents, mais ils ont l'habitude), peuvent paraître vibrer dans l'inquiétante abdication collective des espoirs individuels ou leur soumission à une ambition supérieure négatrice de l'homme.

Mais cette ambiguïté est inscrite depuis des siècles dans le combat du peuple chinois pour trouver une place à la hauteur de sa riche tradition humaniste – place que lui dénient précisément ceux qui prétendent incarner ce peuple : vieil Empire (au demeurant étranger à la Chine depuis deux siècles et demi lors de son trépas en 1911), Grand Imprécateur rouge ou présents héritiers...

Non, pas plus que le « peuple français » ne se réduit aux Ray-Ban de Nicolas Sarkozy ou le « peuple papou » à l'étui pelvien de ses mâles, « les Chinois » ne se reconnaissent pleinement, à travers les âges, dans les chapeaux hiérarchiques des anciens mandarins aux boulettes vibrionnantes, dans les protubérances à couverture de plastique rouge brandies au bout du bras des robots décervelés du maoïsme, dans les postures pseudo confucéennes, post-léninistes et sentencieuses du soi-disant parti dit communiste dit chinois.

Sans avoir attendu Hegel ou Guy Debord, ils sont su, eux aussi, apporter la contradiction à l'aliénation dans la société du spectacle avant la lettre que leur proposait le pouvoir comme sort inéluctable.

Il est même arrivé qu'ils le fassent dans un joyeux élan anarchiste bien plus ludique (et précoce) que la plupart de nos révolutionnaires européens.

Qui ne se souvient avec délectation, chez des millions d'amoureux de la chose littéraire chinoise, de Su Dongpo (1037-1101), l'immense poète / savant / calligraphe / pharmacologue / gouverneur de province / ingénieur métallurgiste / et last but not least gastronome, envoyé se faire manger par les moustiques dans une relégation de lointaine province insulaire pour avoir littéralement barbouillé le visage de l'empereur, là, devant lui, du bout de son pinceau encré, pour un différend d'ordre esthétique et donc philosophique ?

L'anecdote serait apocryphe ? Qu'importe. On y croit plus fortement qu'en toute autre Bible, chez quiconque sait un peu lire, en Chine.

Ne nous méprenons donc pas sur les formes du totalitarisme tel qu'il se complaît à s'afficher à Pékin (ou ailleurs), tâchons de gratter la surface des écrans plasma d'aujourd'hui comme il fallait déjà gratter, jadis, la couche d'huile séchée des chromos du maoïsme triomphant que tant et tant, ici, ont pris pour le seul argent comptant que la Chine ait alors à offrir.

Spectateur sans grande affinité sportive des cérémonies d'août à Pékin, aux accents certes foncièrement déplaisants dans leur nationalisme exacerbé, je ne pouvais m'empêcher de trouver dans les regards des officiants, comme des spectateurs chinois, cette pointe d'ironique interrogation : voilà ce dont nous sommes capables, mais que ne nous en demandez-vous pas mieux ?

En dépit des efforts de ses maîtres pour faire croire le contraire, et des nôtres pour les conforter dans cette propension, la société chinoise est capable d'apporter elle aussi sa contribution à un souffle d'air à faire trembler les mandarins confits et leurs dévots.

Prenons garde, certes. Mais à nos propres simplismes, d'abord.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau