Francis Martens
Psychologue, anthropologue, psychanalyste
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2020

PANDÉMIE. Maggie De Block : la rigueur dans l'efficacité.

On aurait pu croire que la Ministre Fédérale de la Santé de Belgique en voulait particulièrement aux «psy». La pandémie montre qu’il n’en est rien et que sa ligne de conduite témoigne de la même rigueur sur tous les fronts : la marchandisation progressive du système de santé.

Francis Martens
Psychologue, anthropologue, psychanalyste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PANDÉMIE

Maggie De Block : la rigueur dans l'efficacité

On aurait pu croire que la Ministre Fédérale de la Santé de Belgique en voulait particulièrement aux «psy», comme il lui est arrivé de le confier. Les lignes qui suivent montrent qu’il n’en est rien et que sa ligne de conduite témoigne de la même rigueur sur tous les fronts : la marchandisation progressive du système de santé.

En cinq ans, la Ministre de la Santé Maggie De Block (VLD) a réduit de plus de deux milliards le budget fédéral de la santé. Le Service public est mis à mal. En deux ans, elle a détruit un travail de concertation de quinze ans qui donnait aux psychologues une place autonome et spécifique dans le champ de la santé. Sous couleur d'en rédiger les arrêtés d'application, elle a saboté une loi sur la santé mentale votée sous les applaudissements (sic) de tous les partis — N-VA et Vlaams Belang exceptés. De plus, Madame De Block ment, triche[1]. Elle ne répond pas au courrier. Elle élude les questions de la Commission-Santé de la Chambre, met le secret professionnel en danger, incite à violer la loi de 1993 qui protège la déontologie du psychologue. Son cabinet n’a cure de la spécificité du travail en santé mentale. On dénature pour contrôler, on contrôle pour économiser, on économise pour marginaliser le secteur public et donner toutes ses chances au Marché. Mais ses qualités ne s'arrêtent pas là.

Mi-novembre 2019, une épidémie due au covid-19 (coronavirus) éclate en Chine. Le 30 janvier 2020, l’OMS déclare l’état d’urgence international face à une pandémie. Nous y sommes. Pour les patients, le pronostic vital est souvent engagé. Pour les soignants, un manque de masques risque de les transformer en patients. Pourtant, dès l’épidémie de SRAS de 2003 (un autre type de coronavirus), l’extrême contagion du syndrome respiratoire aigu avait été mise en évidence.

 En octobre 2014, Maggie De Block (VLD), médecin généraliste, succède à Laurette Onkelinx (PS) au Ministère de la Santé. En 2016, elle met au pas les psychologues. En 2020, les maternités. En 2017, elle fait détruire un stock de masques FFP2 qui s’étaient dégradés suite à des conditions de stockage inadéquates. Dans l’attente d’un système plus respectueux du budget de l’État, elle prend soin de ne pas les remplacer. Elle ne prend pas non plus le temps d’attendre que de nouveaux masques arrivent de Chine avant de détruire ceux qui restaient peut-être utilisables : on ne badine pas avec la santé !

Début mars 2020, les résidents des maisons de retraites – qui vivent naturellement confinés – apparaissent comme aisément protégeables, pour peu qu’on dépiste quotidiennement le personnel qui les entoure. Mais les militants de la santé publique et de la médecine préventive faisaient totalement l’impasse sur le coût exorbitant de thermomètres et autres tests à la fiabilité douteuse : on ne badine pas avec les exigences scientifiques !

Les six millions de masques détruits avaient été acquis par la Belgique à l'occasion de l'épidémie de grippe mexicaine (H1N1) de 2009. L’OMS annonçant une pandémie, Laurette Onkelinx, la précédente Ministre de la Santé, avait acheté en outre, en juillet 2009, 12,6 millions de vaccins à une firme basée en Belgique (GSK). La pandémie n’a pas eu lieu. N’empêche que gouverner c’est prévoir. De prudents gestionnaires ont dès lors reproché à la ministre de ne pas avoir pris le temps de faire un appel d’offres, ni attendu la fin des essais cliniques, avant d’acheter en catastrophe des vaccins aussi coûteux qu’inutiles. Maggie De Block n’aurait jamais commis une telle erreur.

En 2006 déjà, Rudy Demotte (PS) - lui aussi ancien Ministre de la Santé - avait prospectivement récidivé en ponctionnant le budget de l’État pour acheter 32 millions de masques chirurgicaux et 6 millions de FFP2 (Apache.be, 23 mars 2020). Il avait dilapidé les deniers publics en anticipant prospectivement pour acquérir des millions de doses d’antirétroviraux, et en faisant prendre des mesures permettant de produire et de préempter plusieurs millions de vaccins en préparation ! Mais ce n’est pas tout : dès 2004, il avait pris de ruineuses dispositions concernant le SRAS. Le ministre compte sans nul doute sur les défaillances de la mémoire collective, mais l’Agence Belga est sans appel : «Le gouvernement fédéral travaille sur un plan d'urgence opérationnel pour une éventuelle épidémie de SRAS ou d'autres maladies infectieuses. Si la maladie pulmonaire mortelle devait se déclarer dans notre pays, il prendrait effet immédiatement. Les mesures comprennent le contrôle et la limitation de la maladie. Les patients atteints du virus seront immédiatement mis en quarantaine dans des installations d'isolement spéciales. En outre, une unité de surveillance médicale surveillera en permanence la situation sanitaire générale dans le pays et établira divers plans en cas d'apparition d'épidémies spécifiques. L'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles a participé aux procédures d'urgence et est le premier centre de référence pour le SRAS en Belgique. Le Haut Conseil d’Hygiène a élaboré le plan au nom du ministre des affaires sociales et de la santé publique Rudy Demotte. Le ministre l'a présenté à la presse mercredi.» (Belga, 26/05/2004, 09:45).

Madame De Block par contre prend ses responsabilités. Elle réfléchit depuis trois ans à une solution économiquement acceptable : «Acheter des masques sans plan revient à gaspiller l'argent du contribuable», fait-on sagement remarquer au Cabinet de la Santé (Le Vif, 23 mars 2020). Le 28 février, dans un tweet, elle avait traité de «Drama Queen» (tragédienne de boulevard) un médecin lanceur d’alerte susceptibles d’affoler la population (La Dernière Heure, 25 mars 2020). Il est temps de ramener le Service Public à la raison et de tempérer des gabegies sans limite. Quant aux soignants exposés à l’embrasement viral, nul doute que «Dieu reconnaîtra les siens!». 

Francis Martens                                                                            

président de la Fédération Nationale des Psychologues Praticiens d’Orientation Psychanalytique ( APPPsy )

[1]  Exemples sur demande.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr