Valls sur Europe1 - Confusion volontaire pour dénigrer toute l’opposition à Macron

Ce matin sur Europe1 Manuel Valls a affirmé que l’anti-sionisme était le nouvel antisémitisme. Certes on conçoit que le sionisme ne se confond pas avec la reconnaissance de l’état d’Israël. Mais la confusion volontaire qu’entretien M. Valls a un objectif bien précis.

Confusion oui, car le sionisme est une idéologie politique fondée sur le sentiment national juif (Wikipedia). Dès lors toute personne qui prend ses distances avec cette idéologie deviendrait raciste à l’égard des juifs. Pourtant des millions d’israéliens ne sont pas sionistes, des millions de juifs dans le monde non plus. Leur sentiment national est divers selon leur histoire personnelle, le regard des autres sur eux-mêmes et l’histoire des pays où ils habitent. Leur rapport à l’état d’Israël est tout aussi divers et nombre d’entre eux ne se reconnaissent pas dans les gouvernants de ce pays. 

Dans ces conditions le vocable d’islamo gauchisme créé pour dénigrer la France insoumise et bien d’autres ne servirait qu’à imaginer une soi-disant idéologie, diffuse mais sans aucune concrétisation dans la sphère politique, pour la définir comme une idéologie raciste antisémite.  

Mais alors qu’est-ce que l’islamophobie ? Une idéologie qui veut que tous les musulmans, amalgamés, soient responsables de tous les maux de notre société française et du terrorisme aussi, par leurs actes ou par leur silence.

Y-a-t-il une discrimination réelle à l’égard des musulmans en France ? Si elle existe est-ce un crime de la dénoncer ? Tous ceux et toutes celles qui le font sont-ils anti sioniste, donc racistes ?

Quel retournement des valeurs !

Toutes ces attaques cherchent à cacher en fait le ralliement de manuel Valls et d’autres qui se disaient à gauche, au néolibéralisme qui n’est pas une idéologie mais qui est la parole unique économique qui conduit les politiques de destruction de tout état social solidaire en Europe comme en France.

Valls comme Hollande ont rejoint ce camp-là. Quand manuel Valls déclare qu’il aime l’entreprise son amour est sans ambiguïté au regard de la politique qu’il a mené comme premier ministre. Il ne s’agit pas de l’amour des petits entrepreneurs mais de l’allégeance complète aux grandes entreprises du CAC 40.

Toutes les composantes de l’opposition doivent dénoncer les stigmatisations sans fondements

Comme le président Macron aujourd’hui, ces hommes-là n’ont rien de moderne. Ils ne servent qu’à faire perdurer la domination de la grande finance en utilisant le système de monarchie présidentielle de notre pays qui constitue le plus grave déni de démocratie. Ces hommes sont de droite, héritiers de deux décennies de glissement idéologique du Parti socialiste. Leur pseudo- modernisme et leur « parler vrai » ne sert qu’à cacher leur allégeance totale aux nantis de ce pays, qu’ils aiment le patronat ou les riches ou les deux.

Oui c’est cela qu’ils veulent faire oublier. Chacun dans un rôle différent.

Dans le combat quotidien M. Macron s’en prend à Jean-Luc Mélenchon et à la France insoumise pour faire diversion bien-sûr et aussi pour diviser le front de l’opposition à sa politique.

Tous les opposants dans ce pays devraient s’en rendre compte et réagir contre ces attaques sans fondement autre que la place qui a été donnée par le peuple à la France insoumise, première dans l’opposition certes, mais qui n’a jamais prétendu à l’exclusivité de cette opposition. Ne nous laissons pas tromper les attaques contre la France insoumise sont des attaques contre l’ensemble des opposants à la politique du président, contre notre peuple tout entier.

Quant à Manuel Valls, sans responsabilité immédiate de pouvoir, il parle pour les temps à venir. Il souhaite ériger le mur le plus haut possible entre la doxa libérale et la révolution. Toutes ses positions épousent en fait la doctrine de « guerre des civilisations » lancée par Bush. Le conflit ne serait plus un combat de classes mais une guerre de religion. Premier ministre Manuel Valls avait déclaré qu’il ne fallait pas importer dans nos quartiers la guerre de religion du Moyen-Orient. Ainsi le conflit dans cette région n’était plus un conflit entre états. L’état palestinien n’est plus un état occupé par un autre. Il n’est que le rassemblement de terroristes avec le seul projet de génocide de tous les juifs. Et quand le journaliste de la radio lui rappelle la photo où il apparait auprès d’un dirigeant d’extrême-droite israélienne, il répond que lorsqu’il se rend dans un pays il rencontre tout le monde, la droite dit-il notamment pour se faire reprendre par le journaliste : « l’extrême droite ».

Mais il est un autre conflit qui ramène Manuel Valls toujours au même choix libéral.

Personne ne contestera que dans son tréfonds ses racines catalanes vivent. Mais il condamne la volonté d’indépendance des catalans. Il choisit l’Europe contre son tréfonds. Cette Europe que la Catalogne menacerait d’explosion comme naguère la Grèce. Peu importe pour lui que l’on foule au pied le droit des peuples à l’autodétermination. Manuel Valls préfère l’Europe « über alles ». (Et je n’oublie pas qu’il y a plusieurs couplets dans l’hymne national allemand).

Circulez braves gens. Il n’y a rien d’autre à voir que l’Europe et la France libérale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.