Nous mettre au service de l’innovation populaire

La donnée sociale va dominer dans les jours qui suivent. Mais la nécessité d’une perspective politique est un élément favorable à la réussite des mouvements populaires et sociaux. La France insoumise est à la croisée des chemins entre deux élections présidentielles. Elle doit choisir délibérément d’être aux côtés du peuple dans ce qu’il construit de plus judicieux.

Les sondages d’intentions de vote sur la future présidentielle de 2022 ont ravivé nos sourires.

Jean-Luc Mélenchon est le « troisième homme ». Et il est loin devant le candidat EELV comme des autres candidats de gauche.

C’est une bonne nouvelle, une très bonne nouvelle qui confirme que Jean-Luc Mélenchon est l’alternative la plus crédible au duo cauchemardesque du LREMRN. Au-delà des campagnes menées contre lui, il continue toujours d’être reconnu comme un homme talentueux, d’expérience, apte à concourir pour la fonction présidentielle.

 Mais 13 % ne suffisent pas pour accéder au deuxième tour d’une élection présidentielle. Alors que fait-on ?

 On se rassure ? : « La dernière fois on est parti de 9 % » « celle d’avant de 3% ou 5 % », « la troisième fois c’est la bonne regardez Mitterrand ou Chirac » Et on attend le moment de mener campagne avec la certitude que celle-ci nous permettra de gagner.

 Ou bien alors on réfléchit, on cherche comment se déployer pour créer les conditions d’une candidature qui soit acceptée largement et qui gagne.

 Dans le sondage « présidentiel », les 7 % annoncés pour Yannick Jadot confirment que l’électorat répond dans les élections en fonction des questions qui lui sont posées. Pour les européennes la question d’un changement de pouvoir n’était à l’évidence pas posée alors on vote « écologie ». Mais s’agissant du choix d’un futur président de la république c’est autre chose. Et pourtant EELV continue de vouloir un candidat à l’élection présidentielle, comme le PCF, comme le PS. Et ceux qui crient « unité, unité », sont prêts très vite à crier « tout sauf Jean-Luc Mélenchon ».

 Bien sûr ils ont droit à leur point de vue. Comme nous avons le droit de considérer que les sondages montrent que Jean-Luc Mélenchon est sans doute la meilleure candidature pour une alternative politique dans notre pays. Comment faire partager ce sentiment, voilà la question.

 Faut-il pour cela que Jean-Luc Mélenchon sorte du cadre de l’affrontement quotidien avec le gouvernement ? Doit-il prendre du recul, être le « sage », le recours ? Lui-même le veut-il ?

 

Rassembler sur les contenus

 

Tout le monde s’accorde à dire que pour créer les meilleures conditions il faut « rassembler ». Pour cela, deux combats sont à mener : celui des contenus est celui de la fédération du peuple.

Réfléchissons aux contenus.

On entend beaucoup dire aujourd’hui que l’écologie serait le meilleur dénominateur commun de l’union et de la transformation sociale. Qu’il y aurait une sorte d’obligation morale à tout un chacun, qui alimenterait la nécessité d’unité.

 Mais alors quid de la sociale ?

De la sociale c’est-à-dire : le SMIC, les salaires et plus particulièrement le salaire des femmes, le rétablissement de l’impôt sur la fortune, la fin des exonérations de cotisations sociales pour les entreprises du CAC 40, la gratuité de certains biens communs, la circulation de la richesse, la désobéissance à l’égard des traités européens lorsqu’ils entravent tout changement ?

 Et quid de la démocratie ?

De la démocratie c’est-à-dire de la défiance par rapport aux « politiques », par rapport aux représentants de la démocratie institutionnelle, parlementaires et corps constitués ?

La démocratie c’est-à-dire les gilets jaunes, les marcheurs pour le climat, « Extinction rébellion » (XR), les luttes sociales coordonnées hors syndicats, les grèves sans préavis, la violence du pouvoir dans la rue, dans les quartiers, les procureurs mis au service du pouvoir politique ?

La démocratie c’est-à-dire la sixième république les contre-pouvoirs la constituante etc. etc.

 

Social, écologie et démocratie inséparables

 

Les sondages pour les présidentielles ne nous renseignent-ils pas également sur les motivations de nos concitoyens et de nos concitoyennes. L’inversion des chiffres entre la FI et EELV est spectaculaire : aux européennes FI= 6 % et EELV est à 13 %, dans le sondage pour 2022 Jean-Luc Mélenchon est à 13 % Yannick Jadot à 7 %

Alors l’écologie base principale du rassemblement unitaire ?

Il n’y a aucun doute sur l’urgence écologique sur le fait qu’elle est ressentie populairement mais il est de notre responsabilité de démontrer que sans rupture avec les logiques financières à court terme sans un contrôle « révocatoire » sur les élus il n’y a aucune garantie d’obtenir une belle révolution écologique. Et c’est la meilleure façon de nous distinguer de tous ceux qui vont vendre l’écologie à notre peuple comme il vendait la sociale auparavant.

 « L’avenir en commun » fonctionne sur trois pieds : social écologie démocratie. Il convient d’actualiser le contenu de ces trois piliers mais pas de subordonner les uns aux autres.

 Rassembler par les contenus c’est aussi poursuivre tous les combats menés par la gauche dans notre histoire sur la base des valeurs qui restent un patrimoine populaire commun dans la continuité de la devise de notre république « liberté égalité fraternité ». Dans la continuité aussi de l’humanisme d’un Jaurès qu’il faut combiner sans aucun doute à un marxisme vivant car ces deux philosophies fondent la république humaine et sociale que nous souhaitons.

 Et donc poursuivre, notamment, notre combat antiraciste sans faiblesse sans hésitation.

 La marche du 10 novembre nous a rétabli dans une logique de solidarité avec toutes les victimes de racismes et dans la période la plus récente toutes les victimes de la haine anti musulmans. Mais le débat à gauche est plus que sensible. Sachons le maîtriser pour unir.

Toutes les victimes du racisme doivent être traitées de façon égale, en particulier par les pouvoirs publics. Mais cette reconnaissance ne s’est pas manifestée à l’occasion de l’attentat de Bayonne. Aucun ministre ne s’est déplacé.

Ce sentiment qu’il y aurait « deux poids deux mesures » est délétère et révoltant.

Le combat contre le racisme est rassembleur quand il se mène contre tous les racismes.

Aucune victime ne doit être oubliée. Mais aucun ensemble de victimes ne peut seul prétendre au rassemblement le plus large à partir de ses seules discriminations et stigmatisations. Et la récupération politique doit être bannie.

 Alors travaillons à favoriser le dialogue entre toutes les associations qui défendent les droits de l’homme et du citoyen, qui combattent tous les racismes, pour qu’elles coordonnent les actions communes proposées à toutes et tous.

 Quant à la république elle sera le cadre du rassemblement de tout notre peuple quand tout notre peuple se sentira accueilli par elle notamment en termes d’égalité.

 

Fédérer le peuple

 

Nous l’avons dit rassembler n’est pas seulement une question de contenus.                                                   

La place du peuple est décisive pour la transformation sociale. Elle pourrait aussi l’être pour permettre de faire grandir la candidature la meilleure pour 2022.

La France insoumise n’a pas été créée pour être une organisation politique de plus. Elle se veut un outil au service de l’auto-organisation du peuple. Mais ce que nous avons souhaité d’autres l’ont fait. Tant mieux et sachons être humble face à l’imagination de notre peuple, essayons de lui être utile à partir de ce qu’il crée de meilleur.

Ce sont d’abord les gilets jaunes qui pendant un an ont expérimenté l’auto-organisation populaire. Mais d’autres mouvements, aussi, ont été marqués par leur refus de toute représentation autoproclamée. Les forces qui luttent pour un monde meilleur ou tout simplement pour se faire respecter comptent aujourd’hui principalement sur elles-mêmes. C’est le cas des marches pour le climat, de XR, mais aussi des nombreuses actions menées en dehors des cadres syndicaux comme dans le mouvement des urgences hospitalières dans celui des ateliers de maintenance de la SNCF, chez les pompiers et dans d’autres lieux encore.

 

Avec celles et ceux qui sont en « pole position »

 

Personne n’est à mettre en accusation mais tout le monde doit réfléchir à cette nouvelle donnée commune à toutes les luttes. En ce sens le communiqué de la CGT annonçant une intersyndicale au niveau national et des assemblées générales dans les entreprises le 6 décembre est une avancée que nous devons saluer comme telle.

Nous devons être dans la suite de nos efforts de 2017 et du premier semestre de 2018 au cours desquels nous appelions à la convergence des partis qui veulent transformer notre société, des syndicats et du mouvement associatif dans le respect du rôle de chacun. Nous sommes toujours prêts à nous mettre derrière 1 million de manifestants et en soutien comme toujours à toutes les luttes. Les gilets jaunes, les jeunes sur l’urgence climatique, les membres de XR, les coordinations qui animent des luttes ont gagné le droit d’être devant. Et nous sommes prêts à faire la grève, à la soutenir, dans la semaine et à manifester le plus nombreux possible le week-end.

La « fédération populaire » n’a de sens que si elle ne désigne pas un nouveau cartel de formations politiques. Le regroupement des partis est possible bien sûr mais la condition c’est qu’ils soient tous unanimes à être tout le temps au service des citoyennes et des citoyens jusqu’à leur donner la « pole position » de tout rassemblement.

C’est le sens des efforts de la France insoumise dans le cadre des élections municipales pour essayer dans le plus de villes possibles de porter cette implication citoyenne dans les listes qui seront constituées jusqu’à demander que 50 % des sièges soient réservés à ces militants sans parti.

Partout où nous pouvons faire cela, nous sommes observés. Des gilets jaunes nous l’ont dit.  Nous pourrions participer, en janvier, à Commercy, là où nous avons cette démarche, à leur nouvel évènement regroupant des listes et des initiatives citoyennes. 

 

La constituante

 

Après tout si nous voulons fédérer le peuple constatons qu’ensemble, les syndicalistes, les gilets jaunes, les marcheurs pour le climat, les X R, ne sont pas loin sociologiquement d’être le peuple tout entier. La belle alliance ne se choisit pas entre les classes, elle fédère tout le peuple contre la caste qui profite de ce système. La conscience qu’il faut tout remettre à plat en politique grandit plus vite peut-être, que nous ne le croyons nous-mêmes.

Elle s’illustre dans une revendication : celle de repenser les règles démocratiques tous ensemble pour redéfinir l’intérêt général et les formes de pouvoir qui doivent le servir. Cela s’appelle un processus constituant.

L’heure est peut-être à engager un tel processus sans attendre la conquête du pouvoir. Beaucoup de gilets jaunes le proposent dans leurs assemblées. La jeunesse le souhaite par ses actes.

Toutes celles et ceux qui sont attachés à la protection de notre planète, de ses écosystèmes et à leurs devenir sont disponibles pour repenser la définition de l’intervention publique et individuelle afin de garantir leur devenir comme celui de leurs enfants.

Même s’il est difficile d’engager un tel processus constituant décentralisé et fédéré, avec le pouvoir actuel qui y est hostile ne s’agit-il pas d’un défi à relever ?

Nous pourrions appeler les groupes d’actions de la France insoumise à jouer un rôle dynamique dans cette élaboration populaire collective.

Dans ce processus le peuple qui nous manque peut se constituer. Et qui sait, il y reconnaîtra peut-être l’avenir en commun ou l’ère du peuple.

 

Francis PARNY

Membre de la coordination de la France insoumise

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.