FRANCIS PARNY
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 oct. 2022

FRANCIS PARNY
Abonné·e de Mediapart

VIVE LULA VIVE LA NUPES

La victoire de LULA suscite joie et espoir. Mais aussi des commentaires comparatifs sur la France et de façon concomitante des avis sur tel ou tel propos de Jean-Luc Mélenchon à propos de la NUPES et du Front populaire. La situation dans notre pays n'est pourtant pas sans issue.

FRANCIS PARNY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La victoire de Lula suscite beaucoup d’espoir et de joie.

Mais pas seulement. Des idéologues de la révolution - j’utilise ce vocable avec bienveillance car l’ensemble des Français aspire à être idéologue - en profitent pour soupirer et se plaindre et appeler de leurs vœux une telle alternative en France.

Cette alternative existe.

La NUPES n’est pas un accord électoral. C’est la réponse politique à la situation de blocage dans lequel se trouve notre pays. C’est la réponse à la politique libérale violente de Macron.

Bien sûr cet accord a permis aussi l’élection de nombreux élus de gauche et de EELV, et la constitution de groupes divers à l’Assemblée nationale. C’était la moindre des choses. Mais ce n’est pas le but de La NUPES. Nous voulons gagner la majorité pour faire une autre politique répondant aux aspirations de notre peuple. C’est pour cela que nous ne craignons pas la dissolution, nous disons « chiche », elle représente la possibilité de gagner et nous sommes prêts à gouverner avec plus de 600 mesures qui nous rassemblent.

Pour prendre conscience du fait qu’il s’agit bien d’une réponse stratégique à la situation de notre pays il nous suffit d’imaginer l’explosion de La NUPES. Ce cataclysme laisserait le champ libre aux blocs ultralibéral et d’extrême droite comme dans de nombreux pays européens. Et justement beaucoup de personnes de gauche dans cette Europe espèrent et regardent du côté de la France parce que nous avons su créer cette alternative.

Les mêmes idéologues que j’évoquais n’ont pas que la victoire de Lula pour s’épancher sur la situation en France. Ils ont aussi les petites phrases de Jean-Luc Mélenchon et leurs critiques. 

Je suis étonné de constater que, depuis 15 ans bientôt, un certain nombre d’observateurs politiques écrivent l’histoire de France au travers de la critique des notes de blog de Jean-Luc Mélenchon, de ses tweets et de ses divers propos. Après tout il s’agit peut-être d’un hommage, mais évidemment ce qu’il dit n’est jamais bien, ni pour la France, ni pour l’union, ni pour le changement.

Pourtant je veux écrire ici que je ne connais pas un autre homme politique de gauche et philosophe en France, qui ait comme lui, proposé depuis 2014 dans « l’ère du peuple » une stratégie révolutionnaire qu’il a suivie avec constance, sur laquelle il a su rassembler et qui a permis de changer notre paysage politique.

L’union de la gauche et de EELV s’est faite en quelques jours après le 10 avril alors qu’elle était réclamée, par incantation souvent, depuis des années.

Il aura fallu, simplement, que le peuple de gauche tranche nettement entre la gauche de rupture et celle d’accompagnement du libéralisme. Simplement, oui, parce qu’une proposition de rupture avec ce système existait et était portée par la France insoumise. Elle constituait pour le peuple de gauche une véritable alternative à la collaboration de classe désastreuse que nous connaissions depuis trente ans et qui avait atteint son paroxysme lorsqu’un président qui se disait de gauche déclara qu’il construisait « le socialisme de l’offre ».

La réponse à la question posée de l’alternative est donc : La NUPES sinon quoi ?

La NUPES existe, mais nous devons aller plus loin.

Il faut construire le rassemblement populaire majoritaire qu’elle doit incarner.

Pour cela il faut de la transversalité entre mouvements politiques, action syndicale et associative, intervention citoyenne dans les revendications et les luttes qui se déploient sur la question écologique comme sur toutes les questions de société entravées aujourd’hui par le libéralisme et la prédominance du patriarcat.

Et dans ce travail rien ne doit être opposé à rien.

Les grèves ? OK bien sûr, aux syndicats d’effectuer leur travail en écoutant les salariés.

Les luttes pour l’écologie ? OK bien sûr, aux mouvements qui les portent de les déployer pleinement

A la NUPES la responsabilité de proposer des actions qui permettent à l’ensemble de notre peuple d’intervenir. À notre peuple avec un p ou un P c’est comme vous voulez, selon l’humeur.

Les assemblées citoyennes qui sont mises en place par La NUPES doivent contribuer à cette dynamique à condition qu’elles rassemblent les citoyennes et les citoyens et non pas seulement un cartel d’organisations à l’ancienne.

Des manifestations bientôt devant toutes les sous-préfectures de France ? Pourquoi pas si elles ne sont pas organisées par défaut, rassemblent largement (voir plus haut) et préparent à une convergence nationale nécessaire.

Nous étions 140 000 le 16 octobre, mais nous pouvons être beaucoup plus un autre jour. C’est l’exaspération populaire qui décide de la mobilisation. Encore faut-il lui proposer un cadre qui permette qu’elle s’exprime.

Toutes les luttes sont nécessaires et peuvent être pensées en cherchant notamment à déjouer la réponse policière violente qui devient le dernier rempart de ce libéralisme fou furieux.

L’unité syndicale même, nous devons en parler. Ne doit-elle pas s’améliorer aussi ? Comment accepter que la grève dans les raffineries s’arrête parce que deux syndicats ont signé avec leur patron.

Peut-être est-il grand temps que les syndicats « fassent leur NUPES».

Vive Lula. Vive l’Amérique latine qui s’affirme comme le continent le plus prolifique aux alternatives politiques favorables aux peuples. Vive la NUPES qui est entre nos mains à toutes et tous comme un trésor dont nous devons prendre soin pour le faire grandir.

                                                                                               Francis Parny, insoumis communiste, membre du parlement de la NUPES

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte