150 ans d’hégémonie mondiale des Etats unis et ses consequences...

Les Etats unis depuis la fin de la deuxième guerre mondiale domine le monde. Oui mais à quel prix? Depuis 5 ans, les USA et leur alliés au proche orient, veulent chasser de Syrie, le "Tyran" Bachar el ASSAD. La guerre en Syrie et ses conséquences ( déplacement de population, développement de DAESH) sont dramatiques et pourraient déclencher une 3 éme guerre mondiale.

Le Premier ministre russe Dimitri Medvedev a donné une interview  au Time magazines à Munich le 13 février dernier, a propos de la situation en Syrie et que l'on peut lire ici. Il a pour l'ccasion, évoqué  non sans un certain humour, l'anecdote sur la célèbre phrase prêtée au président Franklin Roosevelt à propos du dictateur nicaraguayen Anastasio Somoza, premier du nom, qui était reçu à la maison blanche. En cette année 1939, le président répondait à une question d'un journaliste."Pourquoi soutenez vous ce fils de pute?" La réponse présidentielle rentrera dans l'histoire:  "He’s a son-of-a-bitch, but he’s our son-of-a-bitch." en français" C'est un fils de pute, mais c'est notre fils de pute." 

 Quel fils de pute, en effet cet Anastasio Somoza qui vient d' installer une "dictature " sanglante, en 1933 et qui lui survivra jusqu'en 1979 au Nicaragua, sous la forme d'une dysnatie familiale avec la bienveillance, l'aide financière et militaire et la reconnaissance des Etats Unis.

Medvedev interviewé par  Time Magazine Medvedev interviewé par Time Magazine

Et même si lui, Anastasio, périt assassiné en 1956 ses deux autres fils, poursuivirent la répression, avec la complicité de la CIA et...des Marines. Le dernier héritier, Anastasio, l'autre " our son of à bitch" de l'amérique lui aussi, dépassera son père dans l'abjection.

Le célèbre Corps des Marines, crée pendant la guerre d'indépendance est la légion romaine de la "pax américana" elle s'était invité des la fin du XIX ème siècle et très fortement depuis 1912 pour mâter la révolte des dominés  contre les dominants en amérique centrale. Les États Unis y conduisaient ce que l'on a appelé, la  "guerre de la banane" ( banana war) pour ses propres intérêts et le malheur des populations.

En 1823, Les États Unis par la bouche de leur Président, M. Monroe, avait prévenu, l'Amérique du Sud serait chasse-gardé : "l'Amérique aux américains" déclara Monroe devant le congrès.

Cette phrase allait devenir le slogan de l'hégemon  états uniens en devenir pour sa politique latino-américaine, connue sous le nom de la "doctrine de Monroe."

Le Nicaragua, région stratégique, était déjà, chasse gardée pour les États Unis, depuis la fin du 19éme siécle. Il fit donc les frais de La politique du «gros bâton»  que Roosevelt (1901-1909) promulgua afin d'assoir le statut de Puissance de son pays sur cette région du monde, en clamant haut et fort:

 " si vous êtes un pays ami c'est que vous partagez mes intérêts."

En 1904, Roosvelt élabora donc,dans un discours devant le congrés, rentré depuis dans la posterité, la politique extérieure des Etats unis en complément de la doctrine de Monroe:

  • l’armement préventif est la meilleure garantie de paix et de sécurité, 
  • les États-Unis ont le devoir d’intervenir en cas de mauvais gouvernement dans un pays latino-américain.

Après avoir fait main basse sur Cuba,  Panama, Mexique, Haïti, le Nicaragua, c'est  tout le continent sud-americains avant la fin du milieu du XXème  siécle qui sera sous le joug des USA. Les États Unis d'Amérique peaufinérent avec le Président suivant, Howard TAFT le successeur de Roosvelt, leurs politiques sur le continent sud américain en adoptant la théorie, qu'on appelera "LA DIPLOMATIE DU DOLLAR" Théorie élaborée par l'oligarchie financière américaine, et dont le chef de file, n'est autre que la grande banque universelle, JP.MORGAN;

-investissements massifs 

-Incorporation de petits Etats dans la zone dollar, 

-contrôle des douanes, 

-gestion de la dette...

L'école de Chicago et Milton Friedmann,furent, on connaît la suite, chargés d'en élaborer une Théorie economique et Politique dont Naomie Klein a longuement et brillamment denoncé ses effets dans son célèbre  ouvrage " la stratégie du choc"

Le XX ème siècle, qui s'annonçait,  fut une brillante illustration, de l'érection de l'hégémon Américain sur le monde. Pour commencer en Europe, il fallut pour cela s'opposer aux concurrents prétendant eux aussi à l'hégémon, Angleterre, Allemagne et dans une moindre mesure la Françe dans cette course à l'hégémonie mondiale. Pas moins de 2 guerres Mondiales qui permirent par la Dette la domination américaine et sans oublier les millions de victimes. On connait la suite, la Corée, le Vietnam ensuite l'Afghanistan indirectement d'abord pour "emmerder" les Russes, guerre froide oblige, en installant la Bête, Alquaïda, équipés des missiles et d'armes US, puis une deuxiéme fois pour chasser l'enemi numéro un, Ben Laden. Puis l'Irak par deux fois aussi avec les résultats que nous connaissons.

Pas d'hégemon, bien entendu, sans parler du nerf de la guerre, la monnaie.Avec Breton Wood en 1944, la Banque mondiale et le FMI, Etats unis d'amérique s'installe en maitre du monde. En 1971 face à la " montagne de dollars" c'est la suspension de la convertibilite du dollars en or et les monnaies qui " flottent". Depuis les Etats unis, font marcher la planche à billets. Ils sont assis sur une montagne de Dettes qu'ils ne regleront jamais. La création monétaire, les Dettes publiques et privées sont en croissance exponentielle, la misère aussi, à l'inverse une petite poignée de l'humanité, moins de 1%, possède 90 % des richesses dont plus de la moitié sont des citoyens américains. 

 Bref, le XX éme siécle finissait par le drame de l'ex Yougoslavie et impulsé par l'Amérique l'émergence du Djihad salafiste. le XXI ème siècle lui commençait avec la 2ème Guerre  en Irak, une énorme bulle financière et un califat islamiste en gestation.

Ce siècle à maintenant quinze ans et comme l'ange de "l'angelus novus" cher à Walter Benjamin, nous pouvons contempler, les décombres du passé, et comme pour lui, le souffle du progrès, ici, insufflé par les USA et la diplomatie du Dollar, nous pousse vers un avenir que le monde ne souhaite ou ne désire pas. 

Un peu partout le chaos, surtout dans les anciens territoires de l'islam. En Afghanistan une petite poignée de Marines empêche les talibans de reprendre la capitale, le pays est à nouveau entre leurs mains. L'Irak, la Syrie ravagés par les rivalités sunnites et chïtes, savamment manipulées par les stratèges de la maison blanche et du Pentagone sans oublier wall-street, ont perdus leurs souveraineté et sont eux aussi en plein chaos!

Que dire de la Libye et de l'Afrique sub-saharienne, où le chaos aussi est omniprésent.

Saddam, Kadhafi, Assad étaient proclamés "tyrans" inacceptables et infréquentables pour l'hegemon américains, alors que les tyranniques monarchies pétrolières, leurs alliés, étaient elles respectables et pouvaient répandre dans la communauté sunnite mondiale un salafisme fondementaliste dans tous les pays islamiques au point aujourd'hui, d'être majoritaire dans le Monde.

Régis Debray, terrible scrutateur de l'histoire nous rappelle, les faceties de Madame H:

"L'humanité est en marche, oui, mais sur un certain plan en marche arrière, le symbolique allant au rebours du technique, car le progrès technique n'est pas synonyme de l'humanité. Les partis communistes ou progressistes, en 1950, étaient certains de mettre la religion au musée, en 2000 c'est la religion qui les a mis au musee. Le nombre d'états laïque dans le monde, se réduit en peau de chagrin et ceux qui l'ont été à leur fondation, Israël, Turquie, Indonésie, Égypte et d'autres prennent le chemin inverse. Ben Gourion , Nasser, Atataturk, Saokarno, ces grands modernisateurs devant l'Eternel, ne reconnaîtraient plus leur pays aujourd'hui. Et c'est à Bombay, à la pointe de l'informatique que le fondamentalisme hindou se porte le mieux et se sont des facultes des sciences et des techniques et non des facultes de Lettres que de partout sortent les cadres intégristes. La Mondialisation se rêvait heureuse, le doux commerce remplacerait les cartes d'identité par la carte bleu et une gouvernance mondiale   enfin englobée et bientôt remplacée par une belle ligne droite, tout ce qu'il y a de tordu dans les  lignage et les ancrages." (extrait du grand entretien avec Régis Debray en cloture de " L'année...vue par la philosophie " le 5 février dernier dans l'émission de France culture, les nouveaux chemins de la connaissance. )

Ou encore, comme le faisait remarquer, non pas en 2016 mais en 1947, le grand historien Arnold Toynbee   peu connu en France et grand spécialiste des civilisations, sous forme d'avertissement :

 " Le panislamisme est en sommeil, et pourtant nous devons compter avec la possibilité que le dormeur se réveille si jamais le prolétariat cosmopolite d'un monde occidentalisé se révolte contre la domination occidentale et réclame à grands cris une direction anti-occidentale"

Rappelons que pour Toynbee c'est dans ce "prolétariat cosmopolite, issus des brassage consécutif à l'intrusion de la civilisation grecque dans les civilisations de la Syrie, de l'Iran, de l'Égypte, de la Babylonie et de l'Inde qu'a "germé" puis "jaillit" une des plus puissantes créations accomplies par l'esprit humain: une floraison de grandes religions."

Alors le choc des civilisations pourrait bel et bien recommencé...

L'interview de Medvedev m'a fait penser aux "chiens de garde" de France inter, Thomas Legrand et Patrick Cohen qui cette semaine s'en sont pris à Mélenchon qui soutenait la politique de POUTINE  en Syrie. Pour eux bien sur, Mélénchon était du coté des méchants, ASSAD et POUTINE contre les bons, l'Amérique et ses alliés, la Turquie, les monarchies pétrolières de la Péninsule, Israel et sans oublier la France, desormais bon soldat de.  l'OTAN. Monsieur Legrand dans son édito politique ( écouter ici ) deverse son fiel sur Mélenchon, l'allié des méchants contre la Pax americana qui le fait tant réver, un edito? non, un monument de propagande ignoble et immonde! Si nos chiens de garde avaient fait leur boulot honnétement, ils auraient parlé de l'interview de MEDVEDEV et de l'anecdote du " our son of a bitch" sur Samoza. Ils auraient alors pu se rendre compte que depuis cet "our son of a bitch" avait eu beaucoup de petits frères depuis 150 ans.

cleardot.gif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.