Non, Vichy n'était pas le France!

Macronapoleon Ier ou comme certains le prétendent, Jupiter lui même réincarné en Macron par une de ses ruses dont lui seul à le secret, nous fit ce 16 juillet dernier à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vel'd'hiv, un discours qui dans le genre fera date.

image-2

B.Renouvin, sur son blog, en a fait une remarquable analyse mais aussi des plus instructive, elle se passe de commentaires, j'en recommande la lecture ici: ( http://www.bertrand-renouvin.fr/emmanuel-macron-le-vel-dhiv-la-memoire-et-lhistoire-chronique-140/ )

 Le speech du Président-qui-préside commence ce jour là ainsi:
"Si je suis ici parmi vous en ce jour sombre et solennel, c’est en effet pour que se perpétue le fil tendu en 1995 par Jacques CHIRAC, à qui je veux tout particulièrement rendre hommage aujourd’hui, maintenu par Dominique DE VILLEPIN en 2005, Nicolas SARKOZY et François FILLON en 2007, poursuivi enfin par François HOLLANDE en 2012. Récemment encore, ce que nous croyons établi par les autorités de la République sans distinction partisane, avéré par tous les historiens, confirmé par la conscience nationale s’est trouvé contesté par des responsables politiques français prêts à faire reculer la vérité. C’est faire beaucoup d’honneur à ces faussaires que de leur répondre, mais se taire serait pire, ce serait être complice...Alors oui, je le redis ici, c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation...Je récuse les accommodements et les subtilités de ceux qui prétendent aujourd’hui que Vichy n’était pas la France, car Vichy ce n’était certes pas tous les Français, vous l’avez rappelé, mais c’était le gouvernement et l’administration de la France."
Admirons la réthorique;
"moi Macronapoleon 1er je viens vous dire la Vérité qu'elle est vrai (comme disait Michel) dans le droit fil de mes augustes prédécesseurs et en m'appuyant sur les "Historiens" qui pensent comme moi, alors en vérité je vous le dis, Vichy c'était le gouvernement et l'administration de la France"
VOILÀ LA VÉRITÉ: VICHY et son gouvernement C'ÉTAIT LA FRANCE! Circulez la messe est dite.
J'ai pour ma part, "ma"vérité qui vous vous en doutez n'est pas celle du mari de Brigitte ni de ses "historiens" qui veulent réécrire l'histoire, ma vérité s'appuie sur des historiens comme À.Lacroix-riz, et bien d'autres...
Mais si Macron dit la Vérité quid alors de cette ordonnance du 9 août 1944? 
A ma connaissance cette ordonnance n'a jamais été abrogée par la République ni par "les autorités de la République" qu'invoque notre Olympien Président.
Serait-elle pour les "historiens macroniens" qui disent la vérité, une fiction, une chimère? Et pour notre souverain qu'un morceau de papier, juste bon à se torcher?
Comme B.Renouvin sur son blog, le précise :

"la Convention de La Haye sur le droit de la guerre (1907) considère que les forces de police sont placées sous l’autorité de la puissance occupante".


La demande ETAIT Allemande, les forces de police sous leur autorité.
Alors à quoi ça sert d'expier une faute dont la France n'est pas coupable?
La France n'est pas responsable de la Shoah qui a génocidé près de 6 millions de juifs, l'Allemagne oui.
Alors pourquoi se battre la coulpe? A quoi cela sert-il, d’expier sans cesse, un crime qui n’est pas le notre?

Dans quel but?
il faut rechercher, alors le point commun entre toutes ces "autorités de la République," Macron compris, qui ont enfourché ce cheval de bataille, depuis 1995, pour comprendre. Et il n'est pas difficile à trouver, ces "autorités" depuis 1995, ont toutes abandonné la souveraineté de La Nation au profit d'une institution supranationale entre les mains d' oligarchies financières et incarnée dans le projet européen maestrichien, ordolibéral( la forme allemande du projet néolibéral ) çela va de soi.
Une Europe donc sous l'emprise allemande et entre les mains de Banques privés et de groupes multinationaux qui font la pluie et le beau temps au sein des institutions européennes.
Cette Europe au détail près,'était le grand projet initial de l' Allemagne au début du siècle dernier et que deux guerres ( 1914-1918 et 1939-1945 ) n'avaient pas pu concretiser, et que le Vichy de Pétain et Laval rêvait de realiser et qu’ils appelaient de leur vœux.


Vichy, n’était pas la France!

Vichy fut le résultat d'une défaite improbable, d'une "étrange défaite" disait M.Bloch, d'un complot contre la démocratie et la République, la "gueuse" comme on disait dans les salons huppés de l'époque afin que la finance et Les cartels puissent gouverner sans entraves;
« Le jour viendra [...] et peut-être bientôt où il sera possible de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l’Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l’Europe en détruisant de nos propres mains tout l’édifice de nos alliances et de nos amitiés. Les responsabilités des militaires français ne peuvent se séparer sur ce point de celles des politiciens comme Laval, des journalistes comme Brinon, des hommes d’affaires comme ceux du Creusot, des hommes de main comme les agitateurs du 6 février, mais si elles ne sont pas les seules elles n’en apparaissent que comme plus dangereuses et plus coupables pour s’être laissé entraîner dans ce vaste ensemble. » écrivait Marc Bloch, en avril 1944 -
Vichy fut le résultat d'un long travail de sape des élites de ce pays, depuis 1920, principalement du noyau dur des 200 familles de la Banque de France, des grands propriétaires des industries de l'acier et des houillères, de la chimie, de l'automobile, ou du textile, et bien sur des militaires et des cadres des grands corps d'Etat de la haute administration, polytechnicien ou d' autres grandes écoles qui les ont formés, avec la religion du temps. Cette élite ne pensait qu'à la sauvegarde de ses intérêts, face à la menace bolchevique et du PCF face aux revendications de la classe ouvrière et de ses organisations montantes. Le cartel des gauches et encore plus le Front Populaire furent des cauchemars pour cette élite, elle ne voyait de salut que dans un grand et fort projet européen avec l' Allemagne d'Hitler et elle s'y est employée.
À qui a profité le "crime"?
Il suffit de savoir qu'à la fin de la guerre les salariés français qui avaient encore un travail, avaient perdus 50% de leur pouvoir d'achat, depuis 1940 et plus quelques vingtaines de kg en moyenne, victimes de rachitisme et d' autres "maux" de la misère, la jeunesse française conduite à travailler chez l'occupant ( STO) pendant que les guerriers allemands guerroyaient dans les "Einzatsgruppen" la SS et le RSHA ( Gestapo et Kripo) (occupés eux à travailler activement au génocide du peuple juif, ceux sont eux les véritables génocidaires quelquefois assistés dans la besogne par la population comme en Pologne par exemple, ce qui n'a jamais été le cas en France.) la misère la malnutrition, les maladies et la crainte de la dénonciation, furent, pour la majorité des Français, les fardeaux quotidien alors que dans le même temps ces élites, cette polycratie, responsable de cette « Étrange défaite » avaient bâtit des fortunes colossales en travaillant en "collaborant" avec l'occupant.
Pour la plupart nous les retrouverons après la guerre, avec leur fortune à faire fructifier, pour continuer à travailler à la construction européenne, cette fois ci au profit des vainqueurs américains.
Thierry Maulnier chroniqueur au Figaro qui devint académicien en 1964, écrivait en 1938 pour justifier Munich;
« ...une défaite de l'Allemagne signifierait l'écroulement des systèmes autoritaires qui constituent le principal rempart à la révolution communiste, et peut être la bolchévisation immédiate de l'Europe. En d'autre termes, une défaite de la France eût bien été une défaite de la France; et une victoire de la France eût été moins une victoire de la France que la victoire de principes considérés à bon droit à la ruine de la France et de la civilisation elle même. »
Ces propos résument assez bien l'état d'esprit de ces élites françaises.
Pétain rêvait d'une révolution nationale, Macron aussi, il l'a écrit, curieusement, elles se ressemblent. L'un voulait un Chef, pour la France, l'autre souhaite un Monarque plutôt qu'un Président de la République. Leur révolution nécessité les pleins pouvoirs et aussi de gouverner par ordonnance, le Parlement est accessoire.
Vichy dans les premiers jours s'est attelé à déconstruire les acquis du front populaire, Macron s'emploie des les premiers mois à détruire les acquis du CNR et à démolir le Code du Travail... En réalité le but est toujours le même,favoriser toujours plus les "riches" et arrimer la France au vaisseau amiral, l'Allemagne, la premiere puissance économique du continent, dans le but d'avoir une part de gâteau, de la richesse produite par le Travail, une part toujours plus grande et la moins contestable possible par les salaries.
Tout çela est rendu possible par l'abandon de la souveraineté des nations, des Peuples à cette Europe de technocrates, au seul service de l' oligarchie financière, et qui passent avec facilité, de la présidence de la Commission à Goldman Sacht ou vice versa.
Macron et ses « historiens » réécrivent l'histoire pour nous construire le mythe de cette Europe qui nous préserve de la Guerre, car c'est bien connu, Emmanuel a bien insisté sur ces points, se sont les nationalismes qui sont à l'origine de ces drames tout comme le "racisme et l'antisémitisme" a produit Vichy a t-il insisté.
Avec l'Europe allemande plus de risques de revivre tout ça mais la certitude que les riches seront toujours de plus en plus riches car la création monétaire par la Dette produisant intérêt et sa régulation, par les banques centrales, sont entre leurs mains, les 0,1% les plus riches et non entre les mains du Peuple, de la nation
Voilà le véritable sens à donner à ce discours de commémoration.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.