Le cannabis et ses vertus médicinales pour soigner ou apaiser la douleur !

Michka entourée d'autres spécialistes du cannabis a dirigé la publication de l'ouvrage du « Cannabis médical, du cannabis indien aux cannabinoïdes de synthèse ». La France est encore à la traîne pour les patients qui souhaitent utiliser le cannabis pour soigner, soulager et même guérir différentes pathologies y compris certaines graves. Un bilan des études est dressé autour du chanvre thérapeutique. Les différentes législations sont prises en compte pour comparer l'arsenal répressif ou au contraire bienveillant de différents pays concernés. Le livre fait foi dans la recherche et est très complet, avec de multiples illustrations, documents et références. Un livre très sérieux et très compétant sur la question, qui ouvre de nouveaux horizons pour se soigner de façon naturelle et efficace en connaissance de cause.

 

La France est le pays le plus répressif d’Europe à la gueule du client et selon la classe sociale et compte le plus grand nombre de fumeurs de cannabis.

 

 http://www.mediapart.fr/journal/france/061115/le-destin-incertain-dun-fumeur-de-joints?page_article=2

Raison de plus pour laquelle se soigner de façon naturelle avec du cannabis demeure un sujet encore très tabou en pays franchouille. Sans doute qu’une des raisons principales provient des trusts pharmaceutiques qui distillent et insufflent leurs industries chimiques dans les moindres interstices laissés vacants par la société et imposent leurs produits, comme seule solution probante pour se soigner. C'est tout bénef pour eux. Ils s'assoient sur les bavures sanitaires dont ils sont pourtant les premiers responsables et trinquent à la vie à la mort des patients tombés entre leurs griffes.

C'est un lobby bras armé, des politiques es moral, qui freine les avancées médicales autour de l’usage du cannabis et les remettent en question. D'où la France qui arrive bonne dernière des pays les plus évolués dans les soins de santé naturelle. Alors que les neuroleptiques sont admis dans les mentalités pour apaiser les souffrances tant physiques que mentales et que le jaja représente le sport national pour emboucher les estomacs. C’est la  cirrhose ou l’overdose !

 

« La santé par les plantes », Ramon Pipin's Odeurs connaît la musique :

 

https://youtu.be/QgDeolXTUuE

ODEURS - La Santé par les Plantes.wmv © Yannick SEILLE EL GALLAD

 

Mon crane bascule / Le soir parfois / Ma mère me tend des amphétamines / En fait elle ne comprend pas l’écologie !... » C'est par cette boutade que s'achève la chanson !

 

Aborder le cannabis médical, c'est aussi revenir aux sources des plantes et des molécules qui composent les médicaments. Sauf que les plantes sont supposées être plus naturelles dans leur environnement, que le cachet que vous ingurgitez prescrit par la médecine allopathique toute puissante. Quand elles ne sont pas transformées et engraissées par substrats chimiques pour être plus productives, les plantes regorgent encore toutes leurs substances guérisseuses.

 

Comment, moi qui pète la forme j'en suis arrivée à m'intéresser à ce sujet pointu ?

Pour tout vous dire, j'ai découvert presque par hasard Michka sur les ondes de France Culture. 

http://www.franceculture.fr/emission-sur-la-route-sur-la-route-des-jardiniers-en-herbe-a-la-frontiere-espagnole-2015-09-19   (entre 37 minutes 57 et 45 minutes 12)                                                                                                          

Elle est à l'origine de ce livre collectif qui nous intéresse dont elle a assuré la direction. Elle se désigne elle-même comme « auteure française traduite en plusieurs langues qui a publié une demi-dizaine d'ouvrages sur le cannabis. Appelée comme expert auprès des tribunaux, elle est également journaliste et voyage régulièrement entre l'Europe et l'Amérique, où elle observe depuis plus de trente ans l'évolution de cette plante, qu'il s'agisse de son versant récréatif ou thérapeutique ». (page 15)

A l'entendre et à la lire c'est un plaisir, pour la clarté et la qualité de ses propos. En plus, c'est une grosse pointure en la matière. Elle cherche avant tout à  nous informer et dire toute la vérité, rien que la vérité sur le cannabis. Faut croire, qu'elle y soit parvenue, puisque j'ai tout pigé du gros livre richement illustré dont je vous cause aujourd’hui. Et pourtant je n'ai aucune connaissance scientifique à mon actif. Je ne fume pas des bananes comme Daevid Allen en zizique, avec son groupe Gong. Tout  m'intéresse. Surtout ce qui est d'essence naturelle. J'ai été servie par la richesse des propos, tant de Michka, pour toutes les autres personnes qui ont contribué à ce pavé dans la mare à donner lire un autre son de cloche, que celui officiel tout puissant et majoritaire. Ensuite, à chacune et chacun, comme toujours d'exercer son sens critique et se forger sa propre opinion.

 

Ni la question récréative du cannabis ni celle de sa dépénalisation ne sont abordées dans cet ouvrage. Ce n'est pas le sujet. Seul compte la santé.

 

Même si forcément le plaisir de consommer du cannabis transpire entre les pages et dans son entretien sur France Culture. Michka explique d’ailleurs que c’est comme parler du vin, des grands crus à la bibine. Qu’il y a toutes sortes d’herbes et autant de grands écarts dans la qualité, que pour le vin. Puisque le cannabis peut avoir de vraies vertus thérapeutiques apaisantes et peut redonner l’appétit dans certaines pathologies très graves. J’y reviendrai.

 

 

Michka explique les raisons pour lesquelles le cannabis médical a été si longtemps interdit et s'interroge si ça va durer. Il est considéré comme une des plus anciennes plantes médicinales qui compte pas loin de huit cents variétés (chanvre ou marijuana) dont près de 500 composants identifiés et 70 que l'on trouve dans aucune autre plante. « En dix mille ans d'utilisation, le cannabis n'as jamais tué personne – ce qui n'a pas empêché les conventions internationales de le considérer comme un dangereux stupéfiant » (page 15) Ses principes actifs n'ont été reconnus que dans les années 1960.

Dans certains milieux bobos de l’époque, le Club des Hachischings dans les années 1845 en ont l'expérience, idem les musiciens noirs de jazz, « Dans une société âprement divisée par la ségrégation raciale, la marijuana associée aux descendants des esclaves noirs et aux travailleurs saisonniers mexicains, fut d'emblée perçue comme une menace à l'ordre établi ». (page 16) En 1937,  le Sénat vota une taxe si importante, digne d'une  prohibition en bonne et due forme.

Au XIX eme siècle la ganja était considérée comme un remède international qui se traduisit par des applications médicales, Elle fut prescrite pour soigner la douleur, le tétanos, la rage, l'épilepsie, l'asthme et utilisée dans les cures désintoxication des alcooliques et des héroïnomanes....

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on redécouvrit ses vertus curatives à travers son utilisation récréative qui permit pas exemple à un GI au Vietnam atteint de glaucome héréditaire de lui rendre une clarté de vision. Idem chez un patient atteint de leucémie qui ne supportait pas son traitement en chimiothérapie et a recouvré l'appétit... En 1970, des études sont entreprises à ce sujet avec des résultats très probants. « En 1976, la recherche sur le cannabis est tout simplement interdite aux États-Unis, car le gouvernement fédéral trouve qu'il serait inapproprié d'envoyer à sa jeunesse « un message contradictoire », en reconnaissant quelque vertu que ce soit pour le cannabis ». (page18)

 

Michka met un point d'honneur à redonner ses vertus aux plantes qui soignent tel le cannabis sous ses différentes formes. Expliquant avec justesse que la plupart des médicaments actuels sont dérivés de plantes. On doit au maréchal Pétain, parmi ses nombreuses tares et en dehors du criminel galonné et chef des collabos, d'avoir supprimé le diplôme d'herboriste en France !

 

Cannabis de Nino Ferrer © jérôme Lefdup

 

Pour se soigner avec le cannabis il existe une multitude de possibilités qui vont de le boire, l'inhaler, le manger, l'absorber par la peau...

Les preuves du cannabis pour soulager sont faites. Suivant les symptômes aussi divers que l'anorexie, les spasmes, différentes douleurs, l'asthme, l'épilepsie, le glaucome, le déficit de l'attention, la maladie d'Alzheimer, le cancer...

J'apprécie le caractère objectif du livre qui prend en compte également certains effets secondaires. Ainsi, sur une thérapie de longue durée peuvent apparaître certains symptômes qu'il faut bien évidemment prendre en ligne de compte. « Le cannabis possède un potentiel de toxicomanie et peut provoquer les symptômes de l'état de manque (anxiété, nervosité, insomnie, salivation, diarrhée), Toutefois, cela n'a jamais été décrit chez les patients traités à long terme avec du THC ». (page 51)

Le THC est le principal composé actif du cannabis.

 

Des patients témoignent du bienfait du cannabis dans leur traitement de maladies graves. Tout un chapitre y est consacré. Plusieurs pays (Etats Unis, Canada, Espagne, Hollande... sont passés au crible des législations. Les citoyens ne sont pas traités sur le même pied d'égalité et suivant le lieu où l'on habite on sera plus ou moins libres  de consommer du cannabis à titre médical ou subir la justice,

L'histoire des variétés et leurs évolutions sont également développées.

Comme du temps de la prohibition de l'alcool où de nouvelles boissons tirées de l'alambic selon des formules magiques pas toujours très cohérentes pour les bienfaits physiques ont fait leur apparition. Il en va de même avec le cannabis. Pour parer les interdictions, sont apparues sur le marché des substances chimiques imitant les effets du cannabis et autres cannabinoïdes de synthèse. Un chapitre se consacre à cette analyse.

 

Ce livre très complet n'est pas écrit par une bande de babas cools, mais par des spécialistes sur la question, docteurs, biologistes, avocats, professeurs de droit et j'en  oublie tant ils sont riches de leur sujet qu'il connaisse sur le bout des doigts.

 Les plus grands spécialistes internationaux se sont penchés sur le berceau du cannabis et répondent aux questions que l'on peut se poser.

 

Ce n'est pas non plus un hasard si de plus en plus de pays dans le monde et autour de notre tout petit hexagone s'intéressent désormais aux vertus du cannabis médical.

Ce livre exulte une synthèse actuelle se basant sur l'histoire du cannabis et de tous ses relents qui n'ont pas toujours bonne presse, par manque d'informations sur le sujet complexe. Ce le livre a au moins le mérite de creuser le cannabis médical jusqu'à la racine et de nous éclairer de ses lumières.

La culture, les lieux dans les différents pays où on peut s'approvisionner légalement ainsi que les dérivés du cannabis qui sont disponibles actuellement... Tout vous saurez tout sur le cannabis et toutes ses vertus médicinales.

L'ouvrage s'achève sur un « CannaScope » qui répertorie les sites internet et propose un annuaire selon les pays, un agenda et les publications et ressources internationales ainsi que des références de vidéos,

 

Balèze de chez balèze se travail entreprit avec Michka et des spécialistes sur la question, qui l'ont bien entourée pour écrire en chœur ce livre très détaillé et complet sur la question. Afin de lever un tabou ancestral, rétablir certaines vérités et suggérer enfin des solutions thérapeutiques.

 

 

Michka entourée d'autres spécialistes internationaux : Cannabis médical du chanvre indien aux cannabinoïdes de synthèse, éditions Mama, nombreuses illustrations, 320 pages,  24 euros, existe également en format poche

 

Mama éditions : http://www.mamaeditions.net/index.html

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.