nic

nic

Economiste
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 déc. 2008

L'effet tsunami

Avant la dernière vague la mer se retire, et cette ultime vague est d'autant plus violente que le reflux a été impétueux. La chute des prix du pétrole et des biens alimentaires pourraient se trouver dans ce creux incertain.

nic

nic

Economiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant la dernière vague la mer se retire, et cette ultime vague est d'autant plus violente que le reflux a été impétueux. La chute des prix du pétrole et des biens alimentaires pourraient se trouver dans ce creux incertain.

La tremblote des prix

Depuis quelques années maintenant, tous les yeux sont rivés sur les cours des matières premières comme pourraient l'être ceux d'un joueur au casino attendant de voir où s'arrête la boule qui tourne. L'effondrement des prix depuis cet été pourrait être une bonne nouvelle : plus facile de manger, de prendre de l'essence, la vie plus facile. Mais, cette baisse soudaine fait peser des risques de long-terme inquiétants – en plus des risques de déflation beaucoup plus immédiats.

Comme sur tout marché, c'est l'offre et la demande qui fixent les prix. La montée en puissance des BRIC, en particulier de la Chine, a fait explosé la demande en matières premières, riz et pétrole en premier chef. L'offre n'a pas suivi à la même vitesse et les prix ont augmenté très vite sur des produits à faible élasticité. En temps voulus, nous avons discuté des effets du bioéthanol, de la spéculation et force est de constater que personne n'a trouvé aujourd'hui de réponse à ces questions, et peut-être que jamais on ne pourra démêler ce qui relevait de la pure spéculation, des mécanismes structurels jouant sur les marchés spécifiques des matières premières, de la crise financière faisant affluer les capitaux, etc.

Le reflux avant la grande vague

La baisse des prix aujourd'hui suit une logique similaire à celle qui a prévalu à leur hausse : la crise économique, le ralentissement marqué de l'économie mondiale fait baisser la demande en matière première, tandis que les capitaux s'effacent d'un marché en baisse. Cette baisse est bien-sûr un soulagement pour les industries consommatrices de pétrole et autres matières premières. A ceci près qu'elles ont presque toutes passés des contrats de trois ans et qu'elles continuent aujourd'hui encore à payer le pétrole au prix de cet été. Les effets de la baisse se feront sentir peu à peu. Après l'hyperinflation, c'est aujourd'hui de déflation que l'on parle.

Pourtant, avec la hausse des prix, de nouveaux projets ont pu être lancés qui n'auraient pas été rentables avec des prix inférieurs. Des forages plus profonds, de nouvelles plateformes pétrolières, nouvelles cultures céréalières, etc. la hausse des prix a mis en branle une révolution structurelle de l'offre que la baisse remet entièrement en cause. Les prix aujourd'hui ne permettent plus de préparer l'avenir, et pire, ils limitent les capacités de maintenance, d'entretien et d'amélioration des installations existantes.

Au moment où l'activité économique reprendra, la demande augmentera de nouveau, mais l'offre ne sera pas là. Encore moins là. Et une nouvelle bulle risque de se former, alimentée par des capitaux libérés et non employés, fournis en quantité par les Banques centrales. Et la croissance peut être tuée de nouveau. Nous serions dans un cycle aberrant où une reprise de croissance serait tuée par une hyperinflation, non par les prix, mais par les coûts.

Ces risques sont aussi alimentaires, et les famines que nous avons connues l'année dernière ne peuvent être qu'un avant-goût de ce qui suivra. Et on comprend que dans ces situations, grande est la tentation de sécuriser ses sources d'approvisionnement en matières premières, de les placer hors des effets de marché, et de réorganiser son agriculture pour la rendre moins dépendante des fluctuations du marché. Une réorganisation structurelle plus protectionniste n'est pas à exclure. Et les discours sur les vertus de l'ouverture des frontières peuvent ne pas tenir longtemps face à des économies souffrant des effets du marché. 2008 ouvre une période longue d'instabilités économiques mondiales, dont la pire manifestation pourrait être la trappe de liquidités potentiellement créé par les taux nuls de la Fed, et dont il faudra parler plus tard.

Des phénomènes cycliques, avec des cycles de plus en plus brutaux et amplifiés n'est pas à exclure. Comment nous en sortirons ? Nul le peut le dire aujourd'hui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida