Franck Noir
Manager/Cadre
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2020

Pour en finir avec l’argument du temps de formation des réanimateurs

L'argument d'Olivier Véran disant qu'il est impossible de renforcer les équipes de réanimation car cela nécessite une formation de médecins réanimateurs de dix ans est un trompe l'œil visant à nous faire accepter l'inaction du gouvernement qui ne répond pas à une question simple : qui voulons-nous former ?

Franck Noir
Manager/Cadre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Image par Free-Photos de Pixabay © Free-Photos

Afin de justifier l’investissement proche de zéro dans les hôpitaux par le gouvernement en pleine période d’épidémie de COVID-19, Olivier Véran, avec le soutien de tous les représentants du gouvernement, nous explique qu’il est de toute façon impossible de former des réanimateurs vu que le délai de formation est de dix ans. Alors zou ! Tous confinés. Or ce raisonnement est un sophisme total qui oublie un élément majeur qu’Olivier Véran ne peut ignorer lui-même : la formation des médecins déjà en activité.

On ne demande pas de former des « niveaux baccalauréat »

En affirmant qu’il faille former les médecins réanimateur sur une durée de 10 ans, Olivier Véran envisage donc de former des gens niveau BAC au métier de réanimateur, première année de concours inclus.

Pour vous faire simple, la formation des médecins, toutes spécialités confondues, possède un socle commun sur ces dix ans qui dure… six ans. Par la suite, ils se spécialisent en passant un deuxième concours appelé le concours de l’internat.

Pourquoi un socle commun si long me direz-vous ? Tout simplement pour pouvoir posséder une connaissance de la médecine au complet, dans le but de former des médecins avant tout, et non de simples spécialistes, capables de faire face à toutes les situations, en particulier en cas d’urgence. Les externes (avant l’internat) doivent d’ailleurs aller se former de service en service, à toutes les spécialités ou presque, avant de se spécialiser.

De ce fait, n’importe quel médecin possède le socle de connaissances nécessaires pour être formé en urgence à une situation sanitaire particulière.

Si on voulait être un peu idiot, on pourrait donc déjà dire que sur ces dix ans, il n’en reste donc plus que quatre. Sacrée économie.

La formation pourrait se focaliser sur la prise en charge du COVID-19

Le deuxième point soulignant cette mauvaise foi d’Olivier Véran, c’est de considérer que l’on a besoin de former des médecins réanimateurs pour toutes les situations auxquelles ils sont susceptibles de faire face dans leurs carrières de réanimateurs. Là aussi, c’est une idiotie : on a besoin de faire des formations accélérées à des médecins sur la prise en charge de patients COVID-19, pas pour le reste.

Alors certes, il peut y avoir des complications, des notions et des subtilités que seul un médecin réanimateur serait capable d’interpréter et prendre en charge, mais on pourrait très bien imaginer un service de médecins réanimateurs chapeauté par un chef de service, comme c’est déjà le cas, renforcé par une équipe de médecins formés au COVID-19, et uniquement cela, qui seraient sous la responsabilité des autres médecins réanimateurs du service. Impossible ? Ça existe déjà : les internes présents et formés dans ces services. Pourquoi les médecins réanimateurs seraient-ils plus aptes à faire confiance à des individus dont la formation n’est pas terminée qu’à des praticiens venant d’autres spécialités et se retrouvant dans la même situation : se former ?

Le volontariat des médecins est primordial

Il y a un vrai travail de formation et de changement des mentalités à opérer : ne peut-on réellement pas se passer de dermatologues par exemple, pendant un mois, or urgences médicales bien entendu, le temps de faire face à cette nouvelle vague ?

Depuis mars, si on avait commencé ce travail de formation immédiatement, ils auraient déjà bénéficié de huit mois de formation. Sur les quatre ans qu’il reste à tirer pour devenir des médecins réanimateurs complets, on aurait déjà réalisé 15% de la formation initiale totale. On aurait encore du travail, mais on aurait avancé.

Les chirurgiens qui reportent leurs blocs pour cause de pandémie de COVID-19, ne pourraient-ils pas venir aider en renfort dans les services de réanimation selon ces modalités de formation évoquées en sus ?

Alors certes, le chirurgien moyen au melon démesuré, vous savez, ce cliché qu’on a tous en tête, il aura peut-être un peu à mal à se voir chapeauté par de « simples » médecins réanimateurs, lui qui se prend pour le maître du monde, mais j’ai envie de dire à ces héros : peut-être que c’est le moment d’être justement les rois du monde et de mettre son ego de côté, juste le temps de sauver des vies.

Allez, c’est un cliché, je sais qu’ils seraient volontaires pour la grande majorité.

Bizarrement, on ne les entend pas, il faut sûrement crier un peu plus fort, docteurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire