Franck Noir
Manager/Cadre
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 févr. 2021

Essoufflement

On manque de souffle. Au propre comme au figuré. On a du mal à respirer de partout.

Franck Noir
Manager/Cadre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On tousse, on remplit nos services de réanimation parce qu’on manque littéralement d’air, la faute à un virus qui cible, comme fait exprès, toutes les personnes fragiles, comprendre qui vivent avec un tas d’autres pathologies que pendant des années on n’a surtout pas cherché à guérir. On appelle ça des comorbidités. Tu vis avec des trucs morbides en toi tout le restant de ta vie, mais c’est cool, parce que tu n’en meurs pas, et tu devrais t’en contenter. Parce que si tu savais combien tu rapportes !

Ta morbidité est une bénédiction. Pas pour toi, mais pour ceux qui te « soignent ». Si on était cyniques, on se dirait qu’on a surement trop investi dans tous ces traitements rentables parce qu’ils ne te guérissent jamais, mais te maintiennent en vie assez longtemps pour que tu sois dépendant de molécules toute ta vie. Si au lieu de ça, on avait cherché et trouvé des moyens de te guérir, peut-être que ce virus ne t’aurais pas tué.

Mais là, tu manques de souffle. On te met des pompes à oxygène, parce que de toi-même, tu n’arrives plus à prélever tout seul ce qui est pourtant là, à portée de main, bien qu’insaisissable.

On baigne dans l’oxygène. Pour l’instant.

Encore que. On va commencer à tous en manquer. Le réchauffement climatique n’est plus une simple histoire alarmiste qu’on raconte aux gens pour leur faire peur. Désormais on le voit, on le vit. Les changements climatiques ont commencé. Les ours polaires ont commencé à migrer, au point de croiser d’autres espèces d’ours et d’engendrer des bâtards. Nos températures s’emballent, les normales saisonnières n’ont plus rien de normal. On mourra peut-être d’une autre canicule, ou du manque d’eau potable… A moins qu’on ne manque d’air.

On commence à transpirer en mars, on range les barbecues en novembre… Ça sent la graille.

Mais tout commence à saturer. Nos esprits étouffent, enfermés chez nous comme nous le sommes, douze heures par jour, comme si la solution pour que certains respirent mieux était d’étouffer tous ensemble. On veut tous arrêter la machine, revenir en arrière, reprendre les bases. Plus rien ne passe. Quand ils s’enflamment à vouloir nous tracer, à base de passeports vaccinaux garantissant des droits aux plus sains et plus vertueux, ceux que le régime reconnait comme valides et correspondant à ses critères de rentabilité, nous, on soupire. Ils lancent la machine, n’écoutent plus qu’eux-mêmes, au mépris de nos opinions, de nos consternations à les voir mettre en œuvrent des idéologies eugénistes dignes d’un quatrième Reich. Tous ces choix, devraient faire l’objet de référendums. Tous. Et pas une seule fois ils ne prononcent ne serait-ce que le mot.

Ils foncent dans leur folie, mais ils sont, eux aussi, à bout de souffle. Plus personne ne les écoute. Plus personne ne les respecte. On retient notre souffle dans l’attente d’une présidentielle qu’on espère salvatrice. Sachant qu’elle pourrait au contraire nous précipiter dans le pire des mondes.

Alors on s’occupe, on regarde des merdes à la TV, sur Netflix, Youtube, on sature les réseaux, on nous impose la 5G dont personne n’a besoin, au mépris du simple principe de précaution.

Ils accélèrent, comme fatigués d’attendre, comme si l’avenir appartenait à ceux qui vont trop vite. On nous a mis en pause pendant un an, mais il faut encore qu’ils accélèrent. Ça n’a aucun sens, plus rien n’a de logique, on donne des responsabilités à des abrutis, et on fait taire les voix dissidentes. Il n’y a plus qu’un seul discours qui vaille d’être entendu ou discuté, le leur.

Mais on a déjà dit tout ça, on a déjà décrit le problème. On se répète. On bégaye. On tousse.

Mais ce n’est pas mieux en face. Eux aussi, ils ont le hoquet. Ils nous rejouent la finale LREM – RN, comme si c’était acté, alors que ni l’un ni l’autre n’ont été capable de faire plus de 5% au seul dernier sondage qui vaille : les élections municipales. Plus personne ne les écoute. Plus personne ne les entend. Eux-mêmes sont restés le souffle coupé en se rendant compte lors du débat Darmanin – Le Pen de leurs incroyables similitudes malgré leurs apparats d’affrontement par stratégies de communication translucide.

Ca ne prend plus, on n’y croit plus, la machine est à bout de souffle. Comme nous, comme tous.

Le président n’a plus de voix, on ne l’entend plus, il est devenu inaudible. Ces derniers jours, il dirige le pays dans l’indifférence générale. Il n’est même pas foutu de donner une perspective, et même les chiffres, sur lesquels il s’appuie sans cesse pour tenter de justifier ses choix, même les plus abjectes, il ne les comprend plus.

C’est le problème quand il n’y a plus d’air, en physique on sait cela : dans le vide, le son ne passe pas.

Heureusement, dans ce déluge il y a parfois un peu d’espoir. Quand Benjamin Griveaux donne des leçons de républicanisme à Jean-Luc Mélenchon, lui qui a de façon très républicaine fait montre d’arguments très intimes en pleine campagne municipale, on se dit que malgré tout, certains ne manquent pas d’air.

Mais moi aussi, je m’essouffle. Rejeté par les miens, trahis par des auto-proclamés alliés, la lutte sent parfois le soufre. Alors je vérifie. J’ai toujours mes deux poumons, j’arrive toujours à courir, j’ai arrêté de fumer. Du souffle on en a. De la voix aussi.

Tout ce qu’il nous manque désormais. C’est de respirer ensemble le même air, pour faire tourner le sens du vent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier