François Bernheim
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

4 Éditions

Billet de blog 14 nov. 2018

La femme est l'avenir de la femme

Pour Nina Bouraoui, l'écriture est plus qu'un miroir,beaucoup plus qu'une compensation ou un exutoire. L'écriture transforme la vie.Accepter de passer par mille tourments, c'est aussi revendiquer sa liberté, se donner la possibilité de vivre pleinement ce que l'on est, protégée par des milliers de lecteurs anonymes et bienveillants.

François Bernheim
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Tous les hommes désirent naturellement savoir"

Nina Bouraoui a emprunté le titre de son dernier roman à Aristote. Pendant des siècles et des siècles on a pu quand on parlait de " l'homme " non seulement évoquer  le sexe masculin, mais également l'humain dans sa globalité. Prendre cette citation pour titre quand on est femme et féministe, pouvant dans son intimité se passer des hommes, ne manque ni de sel ni d'humourPourquoi son livre me touche infiniment ? Parce que Nina Bouraoui en grande bâtisseuse construit un espace où une existence en proie aux les émotions les plus bouleversantes comme à une extrême violence est révélée par l'écriture la plus rigoureuse et précise qui soit. Face au racisme des français vis à vis de son père algérien, face au racisme des algériens vis à vis de sa mère française ayant rejoint son père en Algérie, face  à sa propre condamnation de son homosexualité, Nina Bouraoui ne peut emprunter qu'un seul chemin, celui de l'écriture. Mais comme elle l'écrit" l'écriture n'apaise pas, c'est le feu sur le feu" L'écriture, justement, parce qu'elle la met en danger, parce qu'elle expose l'auteure à livrer combat contre d'autres énigmes, d'autres violences, lui révèle sa propre identité. Au-delà de l'Algérie, de la France et de l'homosexualité, elle est Nina Bouraoui un être de croisement, complexe, faisant face à ses contradictions comme à son exigence de romancière. Le point précis où ses différentes routes se rencontrent est une place-forte, ouverte à toutes les tempêtes ,à toutes les passions. L'Algérie de Nina n'est pas seulement celle des années 90, où l'on égorge comme on peut dire bonjour, elle est aussi et surtout celle de son enfance, charnelle, sensuelle, parfumée, libre." La France, c'est le vêtement que je porte, l'Algérie, c'est ma peau livrée au soleil et aux tempêtes"  Celle qui écrit au scalpel est en filigrane une femme d'une infinie tendresse, ni dominante, ni soumise. Celle qui à 18 ans, la honte au ventre, se frayait un chemin jusqu'au Katmandou, lieu de prédilection des homosexuelles parisiennes  appartenant à toutes les classes sociales, est aujourd'hui une femme libre incapable de tricher. La justesse de ses mots ajoute encore à la beauté de la personne. La regarder prendre la parole au cours d'une émission de télévision est un plaisir rare. Il participe de la séduction d'une femme qui ne fait absolument rien pour vous séduire. Ainsi elle donne à voir son être profond en osmose inouïe avec son physique. Ainsi, pour une fois la gent masculine au repos, est en mesure de  se laisser aller à goûter une sensualité dénuée de toute  volonté de conquête. Respect ému pour une si belle auteure.

François Bernheim

Nina Bouraoui

Tous les hommes désirent naturellement savoir

éditions JC Lattès

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement américaines
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière
L’arrêt « Roe v. Wade », qui a été abrogé par six voix pour et trois contre, avait fait, il y a 50 ans, de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. La décision de la Cour suprême n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne