Son blog
26 abonnés Le blog de François Bernheim
Ses éditions
Voir tous
  • Marseille Soleils

    Par
    Est-ce possible qu'une ville qui a si mauvaise réputation, cultive autant de promesses d'avenir sans oublier l'amour et la beauté du moment présent? Marseille fait du bien partout.
  • La grâce sans état

    Par
    14 Mai 2017 - Comment l'état de grâce pourrait durer plus de 24h? Sans vergogne prenez la grâce, laissez tomber l'état et rendez vous dès que possible au square Parodi. le spectacle que vous offre le cirque Romanès est en toute simplicité merveilleux. Pour résister à tous les vents mauvais, dilatez votre coeur, vos poumons avec le meilleur de la poésie et de la tendresse.
  • Les mots tuent plus sûrement que les armes à feu

    Par
    La loi punit le crime, comme la non assistance à personne en danger. L'enfermement de millions de personnes, la négation de leur existence est normale. La réalité reconstruite par des torrents de discours devient une réalité qui s'impose à tous. Ceux qui subissent deviennent des fainéants, délinquants ou des faibles d'esprit.Qui peut s'étonner que le désespoir social se perde dans l'extrème?
  • La culture Tzigane ne se vole pas, elle se partage

    Par
    Personne n'est à l'abri des clichés les plus éculés concernant les gitans. Dommage. la réalité de cette culture est celle de l'exigence, du courage et de l'imagination. il faut beaucoup de rigueur pour tenter de caresser le ciel ! Hors de la Sorbonne mais pas si loin que cela...le cirque Romanès de Délia et Alexandre apporte la preuve que l'esprit nomade est source d'enrichissement et de plaisir
  • «Même si on n’est rien, on est quand même quelqu’un»

    Par
    «L'illusion nationale» a ses laboratoires. Ainsi Hayange, Beaucaire, Hénin-Beaumont, la ville dont Marine le Pen est la star. Pour dénoncer l'imposture il faut aussi savoir écouter, donner la parole aux partisans du Front. Il faut aussi savoir pratiquer l'auto-critique. Si la gauche était à gauche...
Voir tous
  • Édition Merde, on est vivant !

    Allez, on se jette à l’eau ?

    Par
    Après avoir passé des semaines à gamberger, on s’est dit il y a quelques jours que nous faisions sans doute fausse route. On risquait de passer notre temps à peaufiner nos analyses, mais de rester dans l’impuissance. Alors, avant de penser à penser, on pourrait peut-être déjà se jeter à l’eau ?