Pour l'émerveillement

Il y a toutes sortes de gens et de motivations pour salir le monde. Le pari sera que de donner envie de préserver sa beauté sera plus fort que dénoncer en permanance les prédateurs et autres petits et grands salauds. L'audace de Jean-Claude Guillebaud se déguste avec bonheur, comme plaisir et la joie d'une humanité retrouvée.

sauver-la-beaute-du-monde-1
L'un dit : moi je connais le président directeur général  de Botal, le prince de la Rochego

et je suis intime avec la femme du premier ministre des Célèbes, sans compter que j'ai mes entrées à L'Elysée Montmartre...

L'autre lui répond : moi parmi mes plus chers amis, je peux te présenter un beau chevreuil, un subtil renard, une ravissante genette et une très influente couleuvre....

L'un nage ou étouffe dans la brume des villes, l'autre pourrait être le frère de Jean-Claude Guillebaud, qui à défaut de pouvoir offrir à ses lecteurs les senteurs de son jardin de Bunzac où il vit désormais une partie de sa vie, leur donne un essai merveilleux " Sauver la beauté du monde"

La vitesse sert sans doute d'alibi à l'inconsistance de nos vies urbaines. Comment penser le monde, si nous ne prenons plus le temps de contempler, de respirer, de nous réjouir. Sauver la planète en danger n'est pas seulement un devoir, c'est aussi s'accorder le droit d'éprouver du plaisir devant la vie sauvage, la vie, qui avant d'avoir une âme, a un corps capable de dialoguer avec les animaux, les plantes, les arbres, les fleurs, les étoiles et le soleil.

Jean-Claude Guillebaud, qui a parcouru le monde, couvert drames et tragédies, sait que chacun de nous a besoin d'un ailleurs. Cet autre lieu  ne sera pas seulement un refuge loin du bruit, mais aussi un ami mettant à nu nos contradictions, et nous permettant de les dépasser. "Sauver la beauté du monde" avant d'être une exigence esthétique, est un impératif éthique, créant une nécessaire passerelle entre les besoins des humains et les différentes manifestations du vivant. Avant d'être oeuvre d'art la beauté est harmonie. Elle nait d'un déploiement de l'intelligence humaine tournant enfin le dos à une funeste volonté  de maitriser son environnement. Ainsi Le grand  photographe Sébastiao Salgado dissuadé de continuer son métier après avoir assisté à des massacres à répétition, entreprend avec sa femme Lelia de combattre la déforestation de la vallée du Rio Doce dans l'état du Minas Gerais. En une dizaine d'années ils réussirent à replanter deux millions d'arbres. Et le miracle se produit. "En lieu et place de la vallée desséchée, des arbres poussent, les buissons s'installent, les prairies reverdissent, les insectes et les oiseaux reviennent, puis les animaux sauvages. La beauté ressuscite".

On comprendra donc que cumulées les petites négligences, comme les inattentions au quotidien peuvent s'avérer catastrophiques. Mais nous sommes aussi libres de créer des enchainements positifs par une attention humble et permanente à la vie. Il n'y a là dans le discours de l'auteur aucun moralisme, juste une volonté de partager avec le plus grand nombre le plaisir de la vie dans sa diversité.

Jean-Claude Guillebaud cite Jacues Brel qui dès le début des années 5O chantait " On traite les braves de fous/et les poètes de nigauds/ Mais dans les journaux de partout/ tous les salauds ont leur photo" Aujourd'hui la roue a tourné, mais malheureusement les salauds sont toujours les salauds, seulement nous avons tout de même appris que dénoncer les salauds ne pouvait nous tenir lieu de vertu. Jean-Claude Guillebaud le sait si bien qu'il nous invite à cultiver  les belles personnes, celles qui rayonnent si fort qu'elles nous incitent à faire reculer notre part du diable, pour contribuer avec modestie à ré-enchanter monde. Aussi prend-t-il soin de rendre hommage à "ces grandes figures de l'histoire de la pensée: Jacques Ellul, René Girard,Edgar Morin, Cornelius Castoriadis et Maurice Bellet"

La curiosité de l'auteur, son appétit de vie lui ont fort heureusement ménagé d'autres belles rencontres : Jacques Delamain pour son livre "Pourquoi les oiseaux chantent" Alain Cugno pour "la libellule et le philosophe", Francis Hallé pour " Plaidoyer pour l'arbre" et "Plaidoyer pour la forêt tropicale", Jacques Derrida qui s'est bien heureusement insurgé contre le délit

d'hospitalité et tant d'autres à découvrir dans le livre. L'auteur sait aussi ce qu'il doit à Albert Camus. Relire " L'été", "Noces" serait une belle façon de s'émerveiller devant la beauté du monde, sans jamais oublier que nous avons à chaque seconde à lutter pour la défendre. Ainsi la citation en exergue du premier chapitre du livre"une déclaration d'amour à la terre" Camus écrivait" Nous tournons le dos à la nature, nous avons honte de la beauté. Nos misérables tragédies traînent une odeur de bureau et le sang dont elles ruissellent a couleur d'encre grasse"

"Sauver la beauté du monde" n'est pas un livre à charge écrit par un procureur exigeant que nous rendions enfin justice à la vie multiple et diverse. Non, l'encre utilisée pour écrire cet ouvrage est fluide, lumineuse, pleine du désir de partager avec tous la joie et la beauté. Cette envie, ce désir sont les meilleurs compagnons d'une lucidité sans concession.

Ami lecteur, tu as là l'occasion de te faire, de nous faire un beau cadeau.

 François Bernheim

 

Jean-Claude Guillebaud

Sauver la beauté du monde

Editions L'Iconoclaste

 Ps : Coïncidence en forme d'affinité

Il se trouve qu'au moment où Jean-Claude Guillebaud sortait son livre, je préparais une soirée poétique qui se tiendra sous le chapiteau du cirque Romanès - Porte Maillot le Mercredi 20 Janvier à 20h dont le thème sera : "Partager la beauté du monde"

J'ai écrit à l'auteur pour lui demander de participer à cette soirée.Il a bien volontiers  accepté. 

 

Le programme détaillé de la soirée sera mis en ligne sur le blog Mardi ça fait désordre et sur le Club Médiapart

 

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.