Sans Périphérie, il n’y plus de vie

Le centre est un noyau vide qui dispose de tous les pouvoirs. Nous, nous avons le pouvoir de redonner la parole à ceux de la périphérie. Comment ? en contribuant au retour de l'émission"Périphéries" , porte-voix de la France diverse et populaire.

 

 France –inter a rayé de sa carte « Périphéries » l’émission d’Edouard Zambeaux qui donnait la parole à tous ceux qui ne l’ont pas dans les quartiers populaires.

Il ne s’agit pas de pleurer, mais plutôt de prendre conscience que l’enrichissement de nos vies est aussi là. Là où il y fragilité, relégation, difficultés extrêmes, certes, mais aussi énergie, créativité, diversité, possibilité d’inventer un quotidien où la justice sociale et l’imaginaire puissent dialoguer, où à travers nos banlieues on puisse s’ouvrir au monde tant pour comprendre les répercussions d’une géopolitique qui nous prend en tenaille, que pour saisir la complexité des cultures qui interfèrent avec la notre. Grâce à nous tous l’émission d’Edouard Zambeaux peut revenir en podcast sur le net. C’est essentiel, vital et enrichissant.

 Vite passons à l’action, soutenons cette initiative

 

La parole est au créateur de Périphéries

 Ami.es, proches, moins proches, lointains ...
J'adresse cet envoi à tous mes contacts, à celles et ceux qui m'ont croisé et ont aussi écouté ou au moins entendu Périphéries. Et je m'excuse par avance auprès de celles et ceux qui ne se sentiraient pas concernés par la démarche dans laquelle je suis engagé.

Pendant 12 ans, sur les ondes de France Inter, j’ai donné la parole aux acteurs des territoires urbains éloignés des centres. L’émission donnait à entendre les voix des quartiers populaires dans leur simplicité, leur banalité, leur humanité. Alors que le micro est quasi-exclusivement trusté par l’hypercentre, la démarche essayait de contribuer humblement à rétablir une forme d’équité médiatique.

L’émission a disparu des ondes de France Inter en juin 2017. Plus de diffuseur? J’ai souhaité m’affranchir du diffuseur. Avec les camarades de Simplon, une entreprise solidaire, nous travaillons à relancer l’émission en podcast.

Et pour financer ce projet, nous sommes engagés dans une campagne de crowdfunding qui se clôturera dans une dizaine de jours. Mais nous sommes encore loin de notre objectif et à ce jour, si les contributions n'augmentent pas, le retour de l'émission sur Internet ne se fera pas.

Cependant, votre contribution peut changer la donne. C’est la raison pour laquelle, je fais appel aujourd’hui à l’ensemble de mes contacts, amicaux et professionnels, à toutes celles et ceux que j'ai croisé sur ma route : Rejoignez les premiers contributeurs et aidez Périphéries à renaître.

Je reçois chaque jours de nombreux messages de soutien et d’encouragement. J’en suis très heureux. Mais nous avons désormais besoin que chacun, avec les moyens qui sont les siens, contribue sur cette page : https://fr.ulule.com/peripheries/

Un grand merci également de nous suivre sur les réseaux sociaux (FacebookInstagramTwitter) et de partager nos contenus. Vous trouverez également en suivant ce lien tous les éléments visuels et rédactionnels  pour créer vos propres contenus de soutien à la campagne.

Venez enfin nous rencontrer vendredi prochain au Grand Bouillon, le café culturel d’Aubervilliers pour une grande soirée festive et culturelle autour du retour de Périphéries. Je serais heureux que cette campagne soit aussi pour moi l'occasion de revoir celles et ceux que je n'ai pas vu pour certains, depuis très longtemps.

Un grand merci par avance chers amis, pour votre soutien dans cette nouvelle aventure…

Soyons curieux,

Soyons Périphéries

Edouard Zambeaux

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.