Woerth, mensonge fatal?

23 juin, le cabinet d'Eric Woerth admet que le ministre a remis la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, mais insiste: il «ne l'a pas proposée». 2 septembre, Eric Woerth reconnaît avoir écrit une lettre pour proposer la Légion d'honneur pour Patrice de Maistre. Au revoir M. Woerth?

23 juin, le cabinet d'Eric Woerth admet que le ministre a remis la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, mais insiste: il «ne l'a pas proposée». 2 septembre, Eric Woerth reconnaît avoir écrit une lettre pour proposer la Légion d'honneur pour Patrice de Maistre. Au revoir M. Woerth?

Voilà une enquête dont est dispensé le procureur Courroye : les mensonges d'Eric Woerth. Le ministre du travail a pratiquement signé sa lettre de démission, ce jeudi matin, en reconnaissant, devant l'association des journalistes économiques et financiers, qu'il était bien l'auteur d'une lettre demandant la Légion d'honneur pour Patrice de Maistre. Lettre révélée par L'Express et qui fut adressée en mars 2007 à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur.

Déclaration bien ennuyeuse puisqu'elle vient contredire les précédentes explications du ministre avancée depuis la fin du mois de juin et assurant qu'il n'était en rien intervenu dans le processus d'attribution de cette Légion d'honneur à l'employeur de son épouse, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt et éminent membre donateur de l'UMP.

Mardi, le désormais ministre du travail assurait n'avoir « jamais menti à qui que ce soit », refusait de confirmer l'existence de cette lettre tout en assurant qu'il n'y avait « pas eu de contrepartie ». Le flou est désormais levé et, devant l'évidence des faits, le ministre est obligé de prendre acte de son mensonge.

« J'ai fait comme de multiples députés, c'est d'une grande banalité. Je n'ai jamais dit que cette lettre n'a pas existé », explique-t-il ce jeudi, s'enferrant dans le déni de ses précédentes déclarations. Comme il l'avait fait sur le sujet de ses relations avec Patrice de Maistre. Celui dont il avait assuré qu'il n'était qu'une « vague connaissance » s'est révélé depuis un visiteur régulier, attentif et amical de l'ancien trésorier de l'UMP.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.