«Six heures pour nos libertés». Tous à Grenoble le 7 février!

Six heures de débats, des dizaines d'intervenants, de la musique et des poèmes. Retrouvez-nous dimanche 7 février, au Palais des sports de Grenoble, pour un événement exceptionnel. Face à l'état d'urgence, au projet d'extension de la déchéance de nationalité, à la mise en place de politiques discriminatoires, il est urgent de défendre, ensemble, nos libertés individuelles.

Des dizaines d'associations, de collectifs et de syndicats se sont mobilisés à l'annonce de notre initiative d'organiser dimanche 7 février, de 16 heures à 22 heures, « Six heures pour nos libertés ». L'événement se tient à Grenoble, et sera un grand rendez-vous démocratique de la société civile. Pourquoi Grenoble ? C'est là qu'à l’été 2010, Nicolas Sarkozy provoquait l’indignation des forces progressistes et de gauche avec son discours de Grenoble. Plus de cinq ans plus tard, c’est un pouvoir socialiste qui reprend à son compte plusieurs de ses propositions.

Ces « Six heures pour nos libertés » seront également retransmises en direct sur Mediapart, Dailymotion et YouTube. Mediapart sera ce jour-là en accès libre de 8 heures à minuit. Hashtag: #Lautrediscoursdegrenoble

a

Dès 15 h 30, l'accueil du public se fera au Palais des sports par une déambulation-concert de la troupe de percussions brésiliennes de rue « la BatukaVI ». Créée dans le quartier de Villeneuve, cette troupe a participé à 170 événements l'an dernier et se rendra au Brésil cet été pour accompagner des délégations françaises aux Jeux olympiques. La retransmission en direct sur Mediapart débutera à 16 h. Voici le programme détaillé de ces « Six heures pour nos libertés ».

Parmi les nombreux intervenants, Mediapart a invité les 6 députés (sur 577) qui ont voté contre la prolongation de l'état d'urgence, le 19 novembre dernier. Quatre seront présents. L'événement sera animé par Edwy Plenel et la rédaction de Mediapart.

  • 16 h. Ouverture

Chant d'accueil, par la BatukaVI
Ouverture par Éric Piolle, maire de Grenoble, et Edwy Plenel, président de Mediapart

  • 16 h 20-17 h. État d’urgence, un état des lieux

Faouzi Sakref, collectif « Jamais Déchu(e) » (Lyon)
François Marchive, Sud-PTT Isère (arrestation manifestants et licenciement d’un facteur)
Armand Samba-Sambeligue, avocat (Grenoble)
Raymond Avrillier, maire-adjoint honoraire de Grenoble

  • 17 h-17 h 30. Ils ont voté « non »

Pouria Amirshahi, député PS
Noël Mamère, député écolo

  • 17 h 30-18 h 15. Quelles mobilisations citoyennes

Sihame Assbague, activiste, animatrice du site contre-attaques.org
Chloé Lavalette, Collectif Veille artistique et citoyenne et comités d'urgence citoyenne
Hamid Zeddoug, recteur du centre culturel des musulmans d'Annemasse
Samir Bensaadi, Pas sans nous

  • 18 h 15-18 h 30

Un témoin : Brahim Rajab, directeur du théâtre Le Prunier sauvage (Grenoble)

  • 18 h 30-19 h 15. État d’urgence, déchéance : une machine à discriminer

Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l'homme (LDH)
Marwan Mohammed, sociologue au CNRS, a publié Islamophobie : la construction d'un racisme légitime
Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France
Florian Borg, président du syndicat des avocats de France (SAF)

  • 19 h 15-19 h 30

Les « Cent discours admirables » de Grenoble, lecture

  • 19 h 30-20 h. Ils revoteront « non »

Barbara Romagnan, députée PS
Sergio Coronado, député EELV

  • 20 h-20 h 45. La bataille du droit

Alain Dru, vice-président de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH)
Laurence Blisson, secrétaire générale du syndicat de la magistrature (SM)
Marwan Muhammad, ex-porte-parole du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF)
Caroline Bollati, responsable de la Cimade

  • 20 h 45-21 h

Les « Cent discours admirables » de Grenoble, lecture

  • 21 h-21 h 50. Régime d’exception et citoyenneté : ce que nous disent l’histoire et la sociologie

Sophie Wahnich, historienne, directrice de recherche au CNRS
Olivier Ihl, professeur de science politique, IEP Grenoble
Bernard Lahire, sociologue, professeur à l'ENS-Lyon, vient de publier Pour la sociologie

  • 21 h 50-22 h. Conclusion

par Edwy Plenel

----------------------

Rendez-vous dimanche dès 15 h 30 au Palais des sports de Grenoble, hall Est. Accessible par le tram C (stations Valmy ou Hôtel-de-Ville). Cette salle fait environ 600 places. Une seconde salle – hall Ouest – sera également disponible avec retransmissions en direct de l'événement, débats et forums.

7-fe-vrier 7-fe-vrier

Cet événement est soutenu par :

  • Associations et collectifs en Isère et en Rhône-Alpes

Réseau éducation sans frontières RESF-38
Le collectif du défilé des Tuiles (Villeneuve)
Le collectif Villeneuve debout
l'Atelier populaire d'urbanisme de Villeneuve
Le CIIP, centre d'information inter peuples
Ensemble! 38, membre du front de gauche
Le collectif « Jamais Déchu(e) » de Lyon
Le centre culturel des musulmans d'Annemasse
Le théâtre Le Prunier sauvage (quartier populaire Mistral)
Le collectif Citoyens résistants d'hier et d'aujourd'hui (CRHA)
La CGT Isère
Sud-PTT Isère
Section de Grenoble-Métropole de la ligue des droits de l'homme
Go citoyenneté
L'intersyndicale Solidaires Isère
Association France Palestine Solidarité – Isère Grenoble
Les Editions du Tripadour
Le CRI, club de réflexion sur l’intégration
DÉCLIC, dialogue et concertation islamo-chrétiens
PAG38 (Pour une alternative à gauche Isère)
Le Pôle de renaissance communiste en France
La Confédération paysanne 38
Particité.fr, journal indépendant de l'agglomération grenobloise

  • Associations et collectifs nationaux

La Ligue des droits de l'homme
La Cimade
Le syndicat de la magistrature
Le syndicat des avocats de France
L'association ATTAC
La Convention pour la VIe République
la fédération Sud-énergie
l'Institut du Tout-Monde, fondé par Édouard Glissant
Le collectif « Les Pas sans nous »
Le Mouvement commun
Les collectifs d'urgence citoyenne
La Coordination contre le racisme et l’islamophobie
Alternatiba
La Confédération paysanne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.