François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

122 Billets

7 Éditions

Billet de blog 9 avr. 2010

Berlusconi à Paris: plus fort que Sarko !

L'un a perdu, l'autre pas. Le président italien du Conseil le rappellera sans doute lors de sa visite à Paris, ce vendredi. Nicolas Sarkozy a encore à apprendre de celui qui, il y a quelques années, se présentait comme le père spirituel de notre président. Car Silvio Berlusconi, confronté après deux années de pouvoir à des élections régionales, vient de créer la surprise en les emportant largement.

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

L'un a perdu, l'autre pas. Le président italien du Conseil le rappellera sans doute lors de sa visite à Paris, ce vendredi. Nicolas Sarkozy a encore à apprendre de celui qui, il y a quelques années, se présentait comme le père spirituel de notre président. Car Silvio Berlusconi, confronté après deux années de pouvoir à des élections régionales, vient de créer la surprise en les emportant largement.

« L'amour l'a emporté sur l'envie et la haine», a-t-il triomphé. L'« envie » d'une gauche italienne toujours au fond du trou et qui perd quatre des onze régions qu'elle contrôlait. La « haine » des juges dont les multiples procédures qui visent le président du Conseil ou ses proches sont bloquées.

Cerné par les scandales sexuels et financiers, ses proches mis en cause dans des affaires de corruption, son gouvernement accusé d'incompétence crasse, une situation économique catastrophique : rien n'y fait. L'inoxydable Silvio s'est personnellement lancé dans cette campagne, ses trois chaînes de télévision et ses quotidiens faisant le reste. Et quand Nicolas Sarkozy faisait perdre des points à l'UMP à chacune de ses apparitions lors de la campagne des régionales, c'est l'inverse qui s'est produit. Berlusconi a empêché l'hémorragie des électeurs de droite.

A quel prix ? Celui de la montée en puissance continue du parti autonomiste et xénophobe de la Ligue du Nord. Car l'autre surprise est la victoire du principal allié de Berlusconi, le parti d'Umberto Bossi. En emportant les deux régions les plus riches du nord de l'Italie -le Piémont et la Vénétie (où la Ligue fait 35% des voix !)-, en dépassant les 12% des voix au niveau national, la Ligue du Nord est en situation de prendre l'ascendant sur l'autre allié de Berlusconi, l'ancien néo-fasciste Gianfranco Fini (qui a pourtant préfacé les livres de Sarkozy !).

Une fois de plus, le Cavaliere fait la démonstration qu'il est bien autre chose qu'un clown démagogue. Au centre de la scène depuis quinze ans, après avoir battu les records de longévité au pouvoir, il a su à plusieurs reprises remodeler son parti -désormais baptisé parti du peuple de la liberté- et restructurer la droite italienne en profondeur. La médiacratie, le poids sans équivalent en Europe de son empire télévisuel n'expliquent pas tout. Le berlusconisme est installé à tous les échelons de pouvoir en Italie.

Tous ceux qui, depuis des années, prédisent l'explosion de l'alliance Bossi-Fini-Berlusconi croient le moment venu : la Ligue du Nord demande la mairie de Milan pour 2011 et le «fédéralisme » fiscal qui permettrait au Nord de ne plus payer pour le Sud. Ils risquent fort de se tromper car la Ligue sait aussi s'arrêter. Contrôlant déjà le ministère de l'intérieur, des villes importantes et des régions, elle sait que l'ombre du Cavaliere lui permet de prospérer à son aise. Berlusconi a trois ans devant lui. Une éternité.

(chronique parue dans l'hebdomadaire Marianne du 3 avril)

Retrouvez ici:

Notre dossier : les ressorts victorieux du berlusconisme

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85