François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

122 Billets

7 Éditions

Billet de blog 15 sept. 2013

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Mediapart et le scandale Dassault

Serge Dassault est un grand fauve de notre République. Héritier, milliardaire (fortune estimée à plus de 12 milliards d'euros), homme politique (sénateur), homme de presse (le groupe Figaro), homme d’industrie et marchand d’armes, il campe au cœur du pouvoir depuis près de trente ans, tout comme son père, Marcel (1892-1986), l’avait fait avant lui. Serge Dassault, il le sait, est une superpuissance à lui seul.

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Serge Dassault est un grand fauve de notre République. Héritier, milliardaire (fortune estimée à plus de 12 milliards d'euros), homme politique (sénateur), homme de presse (le groupe Figaro), homme d’industrie et marchand d’armes, il campe au cœur du pouvoir depuis près de trente ans, tout comme son père, Marcel (1892-1986), l’avait fait avant lui. Serge Dassault, il le sait, est une superpuissance à lui seul. Présidents et gouvernements passent, lui est toujours là, au centre de ce carrefour où s’entrecroisent politique, affaires et communication, où le conflit d’intérêts systématisé à grande échelle est le carburant du pouvoir

C’est pourquoi ce que révèle aujourd’hui Mediapart (cliquez ici) prend une dimension tout à fait exceptionnelle. Il ne s’agit nullement d’un énième épisode des bagarres électorales pour la conquête d’une des villes les plus pauvres d’Ile-de-France, Corbeil-Essonnes (43.000 habitants). Il s’agit des pratiques corruptrices d’un des personnages les plus importants du pays, et des accords qu’il a passés avec un milieu aux méthodes parfois criminelles.

Bon nombre de confrères, avant nous, avaient suggéré la gravité de ces pratiques en cours à la mairie de Corbeil. Mais à défaut de documents incontestables, et face aux dénis répétés de M. Dassault et de son entourage, ils ne pouvaient aller plus loin, laissant les citoyens de Corbeil à une sorte de trouble folklore électoral. Les extraits d'enregistrement que Mediapart a décidé de publier, considérant qu'il s'agissait là d'une information d'intérêt public décisive, constituent le chaînon manquant qui permet de donner l'ampleur réelle de cette affaire.

En 2009 déjà, le système avait failli exploser. Le conseil d’Etat décidait d’annuler l’élection, considérant que « des dépenses correspondant à des dons d'argent, dont le montant ne peut être tenu pour négligeable » avaient influé sur le scrutin… Mais cette décision se trouvait fragilisée par les rétractations de quatre témoins qui, dans un premier temps, avaient décrit le système d’achats de votes, avant de faire marche arrière fort opportunément.

Cette fois, c'est Serge Dassault qui parle. Et révèle l'ampleur du système de corruption mis en place pour acheter des voix et des soutiens politiques. 1,7 million d'euros, c'est la somme en discussion avec ce seul groupe d'interlocuteurs. Les enquêtes judiciaires en cours devront établir si d'autres groupes, tenant d'autres quartiers de la ville, étaient également du système. 

Au passage, Serge Dassault reconnaît l'irrégularité de tels versements, l'utilisation de ce qui peut ressembler à une caisse noire installée au Liban (« Y a plus de Liban. Y a plus personne là-bas »), les nouvelles précautions prises (« Je suis surveillé par la police »). Et le voilà discutant pied à pied non pas avec quelques militants politiques en mal d'aides mais avec un milieu qui tient des pans entiers de la ville.

On s'était habitué – déjà à tort – au clientélisme paternaliste de Marcel Dassault, député de l'Oise jusqu'à sa mort (son petit-fils, Olivier, a pris le relais). Mais il s'agit avec Serge Dassault de tout autre chose. Obsédé par la prise de Corbeil-Essonnes, finalement arrachée aux communistes en 1995, voulant face au père se tailler lui aussi un fief électoral (il sera conseiller général, maire, député puis sénateur de l'Essonne), et l'utiliser comme un levier d'influence supplémentaire, l'industriel s'est fait hors la loi, piétinant ce principe sacré de la démocratie : la sincérité du suffrage universel.

Agé de 88 ans, Serge Dassault préside toujours le groupe familial, l'un des leaders mondiaux de l'armement et l'un des plus gros employeurs français (voir ici le détail du groupe Dassault et de ses filiales). Depuis la tribune du Sénat, il harangue avec régularité les ministres dénonçant tout à trac l'Etat, les fonctionnaires, les dépenses publiques, le laisser-aller général, les 35 heures, les tricheurs, les fraudeurs, les voyous et l'insécurité. Corbeil-Essonnes nous raconte une tout autre histoire : celle d'un homme prêt à tout acheter, quel qu'en soit le prix. Il est urgent que la justice puisse sereinement avancer et boucler ses enquêtes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro