François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

122 Billets

7 Éditions

Billet de blog 22 janv. 2017

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart

L'artiste russe Piotr Pavlenski à la soirée «Sonnons l'alarme!»

Piotr Pavlenski, l'un des artistes les plus connus en Russie pour ses «performances», est en France, où il demande l'asile politique. Revendiquant un «art politique» qui dénonce le régime de Vladimir Poutine, il se trouve sous la menace d'un dossier judiciaire qui peut lui valoir dix ans de camp. Il participera lundi à la soirée organisée par Mediapart au Théâtre du Rond-Point à 20h.

François Bonnet
Journaliste
Journaliste à Mediapart
Piotr Pavlenski. © Piotr Pavlenski

Piotr Pavlenski est arrivé en France, avec sa compagne Oksana Chaliguina et leurs deux enfants, il y a une semaine. L'artiste russe a décidé de demander l'asile politique à la France, s'estimant menacé par une affaire judiciaire montée de toutes pièces par le régime russe et qui pourrait lui valoir dix ans de camp. « Le pouvoir cherche à faire de moi un fou ou un criminel », a-t-il expliqué dans un entretien à France Info. En décembre dernier, il a appris lors d'un interrogatoire de police qu'il était visé par une affaire de violences sexuelles en réunion à l'encontre d'une jeune actrice russe. Ce qu'il nie catégoriquement. « On nous a expliqué qu'on avait en gros deux possibilités, aller en prison dans un camp pour dix ans, avec tout le loisir d'expliquer aux autres prisonniers qu'on avait été victimes d'une sale intrigue, ou partir de Russie », a expliqué l'artiste.

Depuis 2012, Piotr Pavlenski est devenu l'une des figures les plus connues de la contestation dans les milieux artistiques. Cette année-là, il se coud les lèvres en soutien au groupe Pussy Riot dont les membres sont condamnées et certaines emprisonnées pour avoir chanté dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou une « prière punk » critiquant Vladimir Poutine.

Depuis Piotr Pavlenski revendique un « art politique. Ce que je dénonce, c'est l'individu réduit à l'état de bétail par l'État, la propagande et les instruments du pouvoir ». Ces performances, largement médiatisées sur internet et les réseaux sociaux russes, exaspèrent le pouvoir. Il arrose d'essence et incendie les portes du siège de l'ex-KGB, place de la Loubianka à Moscou (ce qui lui vaudra sept mois de détention). Il se cloue la peau des testicules sur les pavés de la place Rouge.

"Fixation" de Piotr Pavlenski en novembre 2013. L'artiste s'est cloué la peau des testicules sur le pavé de la place Rouge, à Moscou. © Reuters

Il s'enroule, nu, dans un rouleau de fil barbelé. Il se coupe le lobe d'une oreille, assis, nu, sur le mur de l'institut psychiatrique Serbsky, haut lieu de la psychiatrie répressive soviétique, ce qui lui vaut un internement. Il doit se plier à des tests qui, tous, concluent à l'absence de troubles. Lui revendique ces performances qui mettent en scène la souffrance du corps face à l'appareil répressif de l'État. « Le corps est le seul moyen qui existe pour exprimer suffisamment clairement la violence qui règne et s'exerce sur la société russe », dit-il.

Piotr Pavlenski et Oksana Chaliguina participeront lundi 23 janvier à la soirée organisée par Mediapart au Théâtre du Rond-Point, à Paris à partir de 20 h. L'entrée est libre pour les abonnés de Mediapart. L'événement sera retransmis en direct sur Mediapart.

Pour consulter le programme complet de la soirée, cliquez ici

Pour réserver votre place au Théâtre du Rond-Point, lundi, cliquez ici.

Piotr Pavlenski a également publié un livre traduit en français dans lequel il détaille sa démarche artistique : Le cas Pavlenski, la politique comme art,

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins qui accompagnent des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités