Islam et identité nationale : le débat officiel de la France à New York

Zèle intempestif ? Le consulat de France à New York organise, mercredi 27 janvier, un débat intitulé «Islam et identité nationale en France». Faisant soudain mentir Nicolas Sarkozy et Eric Besson. Le ministre assurait début janvier que l'objet de ce « grand débat » n'était certainement pas l'islam. Du coup, l'embarras est bien réel au consulat.
Zèle intempestif ? Le consulat de France à New York organise, mercredi 27 janvier, un débat intitulé «Islam et identité nationale en France». Faisant soudain mentir Nicolas Sarkozy et Eric Besson. Le ministre assurait début janvier que l'objet de ce « grand débat » n'était certainement pas l'islam. Du coup, l'embarras est bien réel au consulat.

« Inscrivez-vous vite à la conférence "Islam and National Identity in France" ! », annonce la page Facebook du consulat de France à New York (cliquez ici). C'est ce mercredi, à 18h30 sur la Ve avenue, n°934. Voilà donc d'un coup le « grand débat » voulu par Eric Besson, et défendu une fois encore par Nicolas Sarkozy lundi soir sur TF1, réduit à la seule question de l'islam. Un « ami » Facebook du consulat de France le note d'ailleurs à sa manière: « Et ceux qui nous racontaient à longueur de journée, que ce fichu débat initié par notre commandant de l'ordre de la cravate blanche, ne se résumait pas à une pure stigmatisation de l'Islam... »

Le 4 janvier, Eric Besson convoquait pourtant une conférence de presse pour faire mordre la poussière à ses détracteurs (lire notre article). Non, ce débat n'avait pas provoqué de dérapages racistes et xénophobes, sauf quelques cas « très isolés ». Non, l'islam n'était pas au centre des milliers de contributions reçues par le ministère. Et de se féliciter : «Le débat n'est pas focalisé sur l'immigration et sur l'islam.»

Mais que fait alors le consulat de France à New York ? La presse américaine, qui considère déjà avec une certaine stupeur ce débat engagé par le pouvoir, s'interroge par ailleurs sur cette étrange mission parlementaire visant à l'interdiction du port de la burqa. Ce type d'interdiction, étrangère à la culture américaine, avait été déjà critiquée par le président Barack Obama dans son discours du Caire. Et voilà que notre consulat remet le couvert en plaçant au centre de la table l'islam comme un problème d'identité nationale. N'a-t-il donc rien compris aux virtuosités manœuvrières de notre ministre ? Les préfets, eux, se sont bien gardés de tomber dans ce piège...

Interrogé par Mediapart, le service de presse du consulat a tenté quelques explications: «Cela s'inscrit dans un cylce de conférences....Il ne s'agit pas d'avoir un débat franco-français mais des regards croisés avec des intervenants américains... Une autre conférence portera sur les communautés juives en France et aux Etats-Unis... Il s'agit de débattre du modèle d'intégration à la française.» Réponses qui n'éclairent guère l'intitulé d'un tel débat.

L'initiative du consulat est d'autant plus déplorable que les deux invités à cette soirée-débat sont Justin Vaisse et Jonathan Laurence. Le premier est un chercheur français réputé, associé au grand centre d'études américain Brookings Institution. Le second est professeur de sciences politiques au Boston Collège. Les deux chercheurs ont publié en 2006 à la Brookings Institution un livre très intéressant « Intégrer l'islam, les défis politiques et religieux dans la France contemporaine » (cliquez ici).

Il n'est nullement question dans cet ouvrage d'identité nationale. Bien au contraire les auteurs s'attachent à démonter ce qu'ils nomment « l'école alarmiste », cette production de chercheurs qui nous décrit une « islamisation accélérée de l'Europe ». Une école bâtie sur quatre mythes, selon Justin Vaisse : une bombe démographique qui n'existe pas ; une communauté musulmane compacte, ce qui n'est pas le cas ; un projet visant à remettre en cause la laïcité (il n'existe pas plus) ; une capacité à peser sur la politique étrangère (elle est nulle). Loin de ces mythes, les auteurs décrivent « de surprenants progrès dans l'intégration » des musulmans.

 

Pour lire une présentation détaillée de leur ouvrage (en anglais) cliquez ici.

 

Les voilà donc embarqués par le consulat de France dans une thématique tout autre, brassant l'amalgame islam et identité nationale. Le ministre a-t-il été trop bien compris ?

PS. Quelques minutes après la mise en ligne de ce billet, l'intitulé du débat sur la page Facebook du consulat était complété avec la formule suivante: "- A Discussion on the French Model of Integration". Ci-dessous une capture d'écran de la page originale:

De même, les invitations par mail étaient modifiées. La première était ainsi formulée: "Islam and National Identity in France".

La seconde a le libellé suivant: "Islam and National Identity in France- A Discussion on the French Model of Integration".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.