François BURGAT
Politologue sur le monde arabe et musulman
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2017

Avec ou sans Tariq Ramadan, ses combats politiques demeureront les miens

Pas plus que les crimes de DSK n’ont apporté la “preuve” des vices du socialisme dont il était alors le champion, ou ceux des prêtres pédophiles celle d’une perversité inhérente au dogme chrétien, ceux de Tariq Ramadan, - s’ils devaient être établis - ne sauraient le moins du monde être inscrits au débit de ses convictions politiques, que je continue à partager.

François BURGAT
Politologue sur le monde arabe et musulman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire Tariq Ramadan est bien évidemment affligeante, d’abord pour les victimes, si leurs accusations sont confirmées, et bien sûr, pour ses proches et pour ses amis. Elle l’est également parce que la nécessaire recherche de vérité sur les accusations portées contre lui  est désormais mêlée pernicieusement à la tentation de discréditer le combat politique qu’il incarne. La confusion sciemment entretenue entre les termes judiciaires, moraux et politiques du débat ne sert pourtant ni la justice ni la vérité. Pour pouvoir y répondre sereinement, il convient de les démêler. C’est à la justice qu’incombe la tâche, si difficile soit-elle, d’établir ce qu’il en est de la part d’ombre de la personnalité de Tariq Ramadan. Pourtant,  la cohorte opportuniste de ses adversaires de toujours, spécialistes de la défense de la femme... à condition que la violence vienne d’un musulman,  s’autorise déjà à  jubiler sur l’air  de  "on vous l’avait bien dit qu'il avait un double discours!"  Je retrouve ici cette mauvaise foi sans limite à laquelle ils m’ont habitué.

Car le débat n’a jamais été celui-là. Il a toujours porté très exclusivement sur la question de savoir si - chez les musulmans de France ou d’ailleurs - Tariq jouait le rôle d'un agent de la radicalisation islamiste. J’ai toujours affirmé qu’il n’en était rien, bien au contraire.  Et cette conviction demeure plus que jamais la mienne. Si besoin était, la preuve de son bien fondé est donnée avec éclat par l’absence chez les djihadistes francophones  de la  moindre trace de son influence !  

Si Tariq Ramadan se retrouve demain discrédité, ce sera seulement du fait des actes qui lui sont aujourd’hui reprochés, et non du fait des causes pour lesquelles il s’est battu politiquement. Pas plus que les crimes de DSK n’ont apporté la “preuve” des vices  du socialisme dont il était alors le champion, ou ceux des prêtres pédophiles la preuve d’une perversité inhérente  au dogme chrétien,  ceux de Tariq Ramadan, -  s’ils devaient être établis -  ne sauraient le moins du monde être inscrits au  débit  de ses convictions politiques.  

Pour le reste… disons que,  toute tristesse bue,  mon mépris profond pour les adeptes des raccourcis manipulateurs demeure intact. Leur humanisme à géométrie variable (plus prompt à criminaliser “les violences du Hamas contre les femmes”  que celles, infinies, de l’occupant israélien contre... la société toute entière) usurpe tout simplement le combat féministe au service d’un agenda sectaire.    

Pour regarder l’avenir,  disons enfin que, avec ou sans Tariq, ses luttes contre la liberté d’expression à deux vitesses ou contre la citoyenneté de seconde zone réservées aux croyants musulmans de France et d’Europe  (les seules qui me concernent puisque je ne partage pas sa foi) demeureront plus que jamais les miennes. Et celles, je le sais, de millions … d’autres, musulmans, juifs ou chrétiens, croyants ou non croyants, hommes ou femmes.

François Burgat, politiste, Aix-en-Provence

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat