Des insinuations fantaisistes visent le Qatar et… les musulmans d’Europe

"Les dirigeants #Emiratis veulent imposer une vision criminalisante des #Frèresmusulmans car ils savent que ce sont les seuls de leurs opposants capables de lever des majorités populaires. Comme ils n'ont pas de capacité de mobilisation dans le paysage européen… ce sont les porte parole de l’islamophobie que nous entendons donc en Europe prendre la défense de la contre révolution arabe :-(

 

Le documentaire intitulé «Qatar, guerre d’influence sur l’islam d’Europe» diffusé le 5 septembre 2019  par la RTBF (et programmé le 24 septembre par Arte) incrimine avec virulence le petit émirat pour sa tentative alléguée de faire main basse sur l’islam en Europe et cela au profit de et grâce aux Frères musulmans. Il s’agit d’une version télévisée des Qatar Papers, un livre de Christian Chesnot et Georges Malbrunot. Nous avons interrogé à ce sujet François Burgat, politologue dont les travaux sur l’islamisme sont reconnus (1).

Baudouin Loos : On peut avoir le sentiment, après visionnage du documentaire, d’une charge à sens unique…

Il s’agit en fait de la dernière des trois attaques successives de Christian Chesnot et Georges Malbrunot contre l’Emirat du Qatar. Elle n’est pas seulement marquée par une faille factuelle majeure. Elle pose surtout aux médias qui la relaient sans en faire la moindre appréciation préalable un grave problème éthique. Le film souffre en effet d’une exceptionnelle disproportion entre la montagne des accusations et la «souris» des réalités. Qu’on en juge: la fondation Qatar Charity a effectivement soutenu financièrement 22 des 2.500 édifices liés au culte musulman en France, et donc moins d’un pour cent d’entre eux – le plus souvent dans une proportion qui ne lui permet aucunement d’en prendre le contrôle. L’Algérie gère directement plusieurs centaines de mosquées de France, la Turquie 200… Le Qatar… aucune ! De qui se moquent ceux qui affirment que Doha a fait main basse sur l’islam de France ? S’il en était besoin, l’inexistence de cette emprise a d’ailleurs été largement démontrée en juin 2017, par le silence remarquable de ce supposé «islam français du Qatar» lorsque l’Emirat a été la cible d’un embargo d’une grande violence de la part des Emirats et de l’Arabie.

Baudouin Loos Mais le financement étranger de l’un des cultes en France est-il légitime?

Légal, il l’est totalement. Légitime, cela se discute! Mais alors ciblons avant tout ces Etats «consulaires», Algérie, Maroc, Tunisie, Turquie, dont l’influence est cent fois plus forte que celle du Qatar. N’oublions pas non plus que cette France championne mondiale de la laïcité n’a pas une semaine cessé d’en faire autant vis-à-vis des… chrétiens d’Orient! Au début des années 1990, j’ai le souvenir que l’essentiel du budget de la coopération culturelle française en Egypte passait ainsi dans les œuvres des religieuses chrétiennes…

Baudouin Loos Mais n’est-il pas reproché au Qatar d’être un vecteur spécifique de la radicalisation des musulmans de France?

Quand on sait que ces accusations sont portées par les Etats qui ont mis Doha sous embargo, l’Arabie, bien connue sur ce terrain de la modération, ou ces Emirats qui, en Libye, comme au Yémen, sponsorisent et manipulent les terribles milices dites madkhalistes, on a un peu l’impression que… l’hôpital se moque de la charité! Le cheikh Qardawi – celui qui en 2004, à la demande de la France, a largement contribué à la libération de Chesnot et Malbrunot alors détenus en Irak – n’est certes pas irréprochable. Mais il est parfaitement erroné de dire que celui que Malbrunot – dont le talent d’islamologue laisse sans voix – accuse de prôner «un islam du berceau au tombeau» a transformé en dictature intégriste ce pays où pas une seule peine capitale n’a été exécutée depuis 2003. Et reporter la responsabilité de la radicalisation de quelques musulmans de France sur tel ou tel acteur extérieur est juste une façon paresseuse et contre-productive de nier en la matière la part essentielle de responsabilité de nos politiques.

Baudouin Loos : Pourquoi alors cet acharnement spécifique contre les Frères et contre Doha?

Avant tout parce que depuis trente ans au moins le courant des Frères musulmans s’est indiscutablement hissé au premier rang des oppositions arabes. Et parce que le Qatar est effectivement, avec la Turquie, l’un des seuls Etats de la région à ne pas le criminaliser. Le crime des Frères est d’être partout sortis en tête des urnes du printemps arabe! Le Qatar paie donc aujourd’hui le prix de son opposition au camp puissant de la contre-révolution arabe, lui-même activement soutenu par la France… Que ces courants, en pleine évolution, se soient pourtant explicitement montrés – l’Egyptien Morsi ou le Tunisien fondateur d’Ennahda Ghannouchi en tête – respectueux des règles élémentaires de la démocratie – n’y change rien. Les officines émiraties nous vendent avec une étonnante facilité les plus grosses et les plus inusables ficelles de leur propagande. Le boulevard qu’emprunte cette communication est pavé des plus inusables ressorts de la haine islamophobe. Dans le lexique de Chesnot et Malbrunot, «Grand remplacement» se dit en effet «Reconquista». Pour les libertés, Sissi ferait en effet mieux aujourd’hui que Morsi hier! Mais si contre-productive soit-elle en matière de lutte contre l’extrémisme, cette tâche, qui reçoit le soutien béat, pas seulement de l’extrême droite, se révèle exceptionnellement facile.

Le Qatar n’a donc rien à voir pour vous avec la radicalisation des musulmans d’Europe?

Cette accusation est… parfaitement fantaisiste! Et ce qui est grave, ce n’est pas qu’elle soit formulée mais que, sans le moindre filtre d’une évaluation préalable… ces ruissellements d’insinuations sectaires trouvent si facilement – avec s’il vous plaît le soutien de «l’Assemblée nationale française» – le chemin des grands médias audiovisuels européens. Car si le Qatar est parfaitement étranger aux quelques trajectoires de radicalisation qui ont endeuillé la France ou la Belgique, une chose est certaine: les pratiques irresponsables de nos pompiers pyromanes sont quant à elles loin d’y être étrangères.

(1) Dernier ouvrage : Comprendre l’islam politique : une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste, 1973-2016, Paris, La Découverte.

Cet article a été publié dans Le Soir du 9 septembre 2019. https://plus.lesoir.be/246462/article/2019-09-08/francois-burgat-au-soir-des-insinuations-fantaisistes-visent-le-qatar-et-les

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.