François Gèze
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2019

François Gèze
Abonné·e de Mediapart

Pour mieux comprendre le hirak algérien, lire «L’envol du faucon vert»

Excellente nouvelle ! Les Éditions Métailié republient en poche le formidable polar d’Amid Lartane, «L’envol du faucon vert». S’il vous avait échappé lors de sa parution en 2007, à lire d’urgence pour comprendre les racines profondes du hirak algérien. Une révolte populaire sans précédent dans l’histoire face à un régime combinant de façon inédite totalitarisme orwellien et clientélisme mafieux.

François Gèze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici comment l’éditrice ouvre sa présentation de la nouvelle édition (en librairie depuis le 3 octobre) du roman d'Amid Lartane : « Portraits d’hommes politiques, stratégies douteuses, utilisation des intégristes musulmans, massacres des populations, faux barrages de police, collusions, trahisons… l’auteur dresse un tableau véridique du fonctionnement du pouvoir et de la corruption. »

Sur le site Algeria-Watch, nous avions publié le 24 janvier 2007 une interview exclusive de l’auteur, lequel se présentait comme un « ancien haut fonctionnaire algérien, qui a quitté l’Algérie et travaille actuellement dans une organisation internationale ». Interview que nous avions fait précéder d’une brève recension dont voici un extrait : « De façon assez transparente, ce roman propose une interprétation de l’“affaire Khalifa” qui répond à bien des questions que continuent à se poser les observateurs quatre ans après la chute de cet étrange “empire”, né en 1998 et qui défraya comme on sait la chronique aussi bien en Algérie qu’en France. […] L’intérêt majeur de ce polar, dont nous ne saurions trop recommander la lecture, dépasse toutefois très largement l’élucidation des dessous de l’“affaire Khalifa”. Les clés qu’il donne sont celles, pratiquement jamais évoquées dans les médias, du fonctionnement du système de pouvoir algérien, mixte étrange et inédit de totalitarisme orwellien et de clientélisme mafieux. Des clés qui aident à comprendre comment ce système a pu, au cours des années 1990, construire la “machine de mort” dont Algeria-Watch s’efforce de démonter les rouages depuis des années. »

Et c’est bien là le grand intérêt de cette nouvelle édition en poche. En proposant une véritable anthropologie des arcanes du régime algérien, constitué de généraux discrets, d’oligarques incertains et de politiques aux ordres, tous unis dans le même pacte de corruption, ce roman explique les raisons pour lesquelles les hommes de cette coupole s’accrochent désespérément au pouvoir (et que l’on pourrait presque résumer d’un mot : l’argent). Et pourquoi la permanence depuis des décennies de leur corruption, assortie de terreur d’État, d’arrogance et de profond mépris du peuple, a fini par précipiter la révolte populaire du hirak.

Une révolte qu’Algeria-Watch suit de près depuis le début, notamment à travers les interventions d’Omar Benderra (voir par exemple « L’Algérie entre hirak et état-major : l’État de droit enjeu de souveraineté », 4 octobre 2019), de Ghazi Hidouci (voir par exemple « Face à la contestation populaire, le régime algérien vieillissant peut-il s’effondrer ? », 4 octobre 2019), d’Hocine Malti (voir par exemple « Les hydrocarbures au centre du pouvoir », 21 mars 2019), d’Habib Souaïdia (voir par exemple « Le séisme politique au sein de la “coupole” des décideurs algériens de l’été 2018 », 21 octobre 2018), de moi-même (voir par exemple « La remarquable lucidité du peuple algérien », 13 mars 2019) et de bien d’autres ; ou par nos entretiens vidéos.

Mais si vous ne pouvez pas tout lire, commencez par L’Envol du faucon vert ! Et si vous voulez savoir pourquoi l’auteur a (très probablement) choisi le pseudonyme de « Lartane », vous pouvez vous reporter à un billet que j’ai publié sur mon blog de Mediapart en août 2011 : « “Madame Courage” : la drogue au cœur de la crise sociale en Algérie ? »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro