Son blog
80 abonnés Le blog de François Gèze
Voir tous
  • Algérie: l’étonnant négationnisme du terrorisme d’État des années 1990

    Par
    La justice suisse va trancher dans l’affaire du général Nezzar, objet depuis 2011 d’une plainte pour torture : l’Algérie des années 1990 a-t-elle connu un « conflit armé », source de crimes de guerre ou contre l’humanité ? La vérité sur ces années de terrorisme d’État est pourtant largement établie. Dix-huit personnalités algériennes, européennes et françaises dénoncent un nouveau négationnisme.
  • Moussa Tchangari: une étude majeure pour comprendre la «guerre sans fin» au Sahel

    Par
    Le 17 août, l’éditorial du Monde « Au Sahel, la crainte d’une guerre sans fin » concluait, sans expliquer : « La réponse militaire s’est jusque-là montrée très insuffisante pour venir à bout de groupes qui recrutent en jouant sur des frustrations économiques ou communautaires auxquelles aucune solution n’est apportée. » L’analyste nigérien Moussa Tchangari apporte les explications qui manquent.
  • Macron et l’état d’urgence: se mobiliser contre le retour des «lois scélérates»

    Par
    Face aux potentielles dérives liberticides du projet de loi antiterroriste de Macron, visant à pérenniser l’état d’urgence, face aux éditocrates délirants qui soutiennent ce projet aussi dangereux qu’inefficace, il faut entendre les juristes, les ONG et les historiens qui s’engagent pour la préservation de l’état de droit et contre le retour de «lois scélérates» comme celles de 1893-1894.
  • Macron à Gao: en finir (vraiment) avec le «double jeu» algérien au Sahel?

    Par
    La France aurait-elle décidé de tourner la page de l’aveuglement volontaire face au « double jeu » d’Alger sur la lutte antiterroriste au Sahel ? La question se pose après les déclarations d’Emmanuel Macron lors de son premier voyage présidentiel en Afrique, le 19 mai 2017, à l’état-major de la force militaire française « Barkhane », à Gao (Mali).
  • Pour la reconnaissance des crimes de la colonisation: questions à Emmanuel Macron

    Par
    Les déclarations d’Emmanuel Macron qualifiant la colonisation de « crime contre l’humanité » ont suscité de violentes critiques de Marine Le Pen. De fait, ce débat s’est introduit dans le second tour de la présidentielle. La commémoration des massacres de mai-juin 1945 dans le Nord-Constantinois donne l’occasion au candidat Macron de concrétiser ses propos. Par François Gèze et Gilles Manceron.