Son blog
93 abonnés Le blog de François Gèze
Voir tous
  • M. Macron, le Président nigérien doit libérer les démocrates détenus illégalement

    Par
    Le 4 juin, Emmanuel Macron reçoit le président nigérien, Mahamadou Issoufou. Récemment qualifié par M. Macron d’« exemple pour la démocratie », celui-ci réprime durement ses opposants de la société civile. Vingt-six restent détenus aujourd’hui, sans motif. D’où cette lettre ouverte de la Fondation Frantz Fanon, enjoignant M. Macron d’exiger du président nigérien la libération de ces opposants.
  • Moines de Tibhirine: la puissance de la désinformation

    Par
    Révélées le 29 mars, les expertises des têtes des moines assassinés en Algérie en 1996 ont confirmé l’enquête de Jean-Baptiste Rivoire en 2011 : leur assassinat a été l’issue d’une opération de la police politique (DRS) qui a mal tourné. Le faible écho donné par les médias dominants à cette information capitale est le résultat de la désinformation orchestrée par le DRS. Mais pas seulement.
  • «Faire cesser la barbarie» contre les exilés: la tribune de Yann Moix, un tournant

    Par
    L’œuvre littéraire et les prestations médiatiques de Yann Moix ne sont pas ma tasse de thé. Mais j’ai été impressionné par sa tribune du 21 janvier dans Libération : «Monsieur le Président, vous avez instauré à Calais un protocole de la bavure.» Avec d’autres prises de position, elle fait apparaître une fracture dans le consensus politico-médiatique xénophobe dominant au sein des «élites».
  • Algérie: vingt ans après, se souvenir des terrifiants massacres de Relizane

    Par
    "Contre l'oubli et le déni" : depuis sa création en 1997, l'ONG de défense des droits humains Algeria-Watch documente méthodiquement les violations des droits humains en Algérie, d'où qu'elles viennent. En ce vingtième anniversaire des terribles massacres de Relizane (au moins 1 400 victimes civiles), l'association remet en avant son analyse de ce drame, essentielle.
  • Algérie: l’étonnant négationnisme du terrorisme d’État des années 1990

    Par
    La justice suisse va trancher dans l’affaire du général Nezzar, objet depuis 2011 d’une plainte pour torture : l’Algérie des années 1990 a-t-elle connu un « conflit armé », source de crimes de guerre ou contre l’humanité ? La vérité sur ces années de terrorisme d’État est pourtant largement établie. Dix-huit personnalités algériennes, européennes et françaises dénoncent un nouveau négationnisme.