François Gèze
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2019

La remarquable lucidité du peuple algérien

Les puissantes manifestations populaires inaugurées en Algérie le 22 février dernier pour refuser un « cinquième mandat » du président Abdelaziz Bouteflika ont conduit en deux semaines au retrait de la candidature de ce dernier. Mais leur formidable créativité a surtout révélé la remarquable lucidité du peuple algérien sur la nature du régime.

François Gèze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’ampleur des puissantes manifestations populaires inaugurées en Algérie le 22 février dernier pour affirmer le refus d’un « cinquième mandat » du président Abdelaziz Bouteflika et poursuivies par celles, plus impressionnantes encore, du 1er mars et du 8 mars, a pris de court les hiérarques du pouvoir autant qu’elle a sidéré les responsables des médias internationaux. Ces derniers (français y compris) ont été bousculés, multipliant d’un coup analyses, commentaires et reportages, alors que, depuis une vingtaine d’années, la « question algérienne » avait pratiquement disparu de leurs radars. Comme si cette société, qui avait vécu les pires horreurs lors de la « guerre civile » des années 1990, avait été effacée des représentations.

Du coup, les médias internationaux, aussi médusés que leurs homologues algériens, ont largement rendu compte du caractère massif et pacifique d’une mobilisation populaire totalement inattendue. Tous ont souligné la retenue responsable des manifestants, ne réclamant pas une « révolution » pour « changer de régime » et scandant dès le 22 février « silmiyya, silmiyya » (pacifique, pacifique) ou écrivant par exemple sur un panneau (en arabe) : « Ne coupez pas d’arbres, ne jetez pas de pierres, ne brisez pas de vitres, car tout appartient au peuple. » Mais ces médias ont plus rarement mis en évidence la remarquable lucidité et la finesse d’analyse sur la nature du régime exprimées à travers mille slogans et bannières des manifestantes et manifestants, comme dans nombre de clips et vidéos de rappeurs et créateurs produits en un temps record dans la ferveur collective (et immédiatement visionnés, grâce aux réseaux sociaux, des millions de fois en quelques jours). En atteste par exemple la formidable chanson (en arabe), « Youm Echâab » (le jour du peuple) dont le refrain est « Libérez l’Algérie », postée le 1er mars, qui pourrait rester dans l’histoire comme l’équivalent de la fameuse Grandola, villa morena, marqueur en 1974 de la révolution portugaise contre la dictature salazariste.

Cette lucidité des Algériennes et Algériens de toutes conditions, femmes (voilées ou non) et hommes, jeunes et vieux, s’est exprimée de façon spectaculaire lors de la manifestation inaugurale du 22 février, et plus encore lors de celles, plus massives encore (mobilisant des millions de personnes), des 1er et 8 mars dans tout le pays. Il suffit pour s’en convaincre de visionner les vidéos de la manifestation du 8 mars, comme celle, bouleversante, de la réalisatrice Drifa Mezenner, ou celle (sous-titrée en français), postée par Farid Yaker : « La manifestation historique du 8 mars à Alger en chants et en images ».

Une recension (trop rapide, qu’il faudra impérativement compléter) des slogans, affiches et pancartes produits alors atteste de cette remarquable intelligence face aux hommes d’un « système » qui opprime et méprise le peuple depuis si longtemps. Les premiers slogans ont dénoncé, en arabe, en français et en anglais – volonté manifeste d’interpeller la planète entière –, la volonté du « cinquième mandat » annoncé par les manipulateurs de la « momie Bouteflika » : « Algérie libre et démocratique ! », « Une république n’est pas une monarchie ! », « Game over ! », « Système, dégage ! Place aux jeunes ! », « Le peuple ne veut pas de Bouteflika et Saïd ! », « Good morning Algeria : keep calm and force the 5th term. » Mais dans le même temps, et de plus en plus au fil des semaines, ce sont les deux fondements essentiels du régime qui ont été dénoncés par les manifestants pacifiques : la corruption généralisée et le contrôle permanent de la police politique (la légendaire « Sécurité militaire » de 1962, devenue DRS en 1990 puis DSS en 2015).

En témoignent paroles et écrits affirmés lors des dernières manifestations dans les rues des grandes villes algériennes : « Algeria is kidnapped by a gang » ; « Voleurs, vous avez mangé le pays ! » ; « L’Algérie n’est pas la poule aux œufs d’or, mafia dégage ! » Ou encore ce placard non signé en forme d’affiche (en français) à la typographie soignée, circulant depuis le 7 mars sur les réseaux sociaux (illustrée par la photo du général Gaïd Salah, chef de l’armée) : « Messieurs les généraux, envie d’un coup d’État, de tirer sur les manifestants ? Osez un seul coup de feu, versez une seule goutte de sang, LE PEUPLE vous traînera à la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité. Le sang du peuple est notre ligne rouge. Démissionnez, demandez pardon, rendez les milliards et les biens mal acquis. Mieux vaut un petit chez soi qu’un grand en exil. Le peuple est la source du pouvoir. » Ou encore (en français) : « Ni FLN, ni RND, ni DRS/GIA [allusion aux « groupes islamistes de l’armée », appellation ancienne au sein de la population pour désigner les massacreurs ayant sévi dans les années 1990] ! Ni Toufik, ni Bouteflika, ni Saïd, pouvoir au peuple, stop la Françalgérie ! Non au DRS, Gaïd Salah le traître ! »

D’autres slogans témoignent autant de la clairvoyance populaire sur la nature du régime que sur la détermination à le remplacer : « Qui sème la misère récolte la colère » ; « Nous sommes vaccinés contre le chaos » ; « Peuple vivant, pouvoir vacant ! » ; « Le gouvernement nous pisse dessus… Les médias nous disent qu’il pleut ! Lorsque l’injustice devient la loi, alors la résistance devient un devoir » ; « Quand un plat est trop salé, on ne change pas de cuillère » (en arabe, 8 mars) ; « Le président, “nous” le choisirons… Le système, “nous” le changerons. Armée, police, citoyen, c’est “nous”. “Nous c’est le peuple” » ; « Le peuple a décidé : System Reset » ; « Pour un état de droit : 1) libérer l’Algérie ; 2) résistance = existence ». Et le 11 mars, un article de Mediapart complétait remarquablement ce bilan provisoire : « Algérie : l’humour et la dérision pour défier le surréalisme du pouvoir ».

Enfin, depuis le début, il faut le souligner, s’affirme également le refus de toute ingérence étrangère, par des slogans sans équivoque (souvent sur le thème « L’Algérie n’est pas la Syrie ») : « Non à l’ingérence étrangère, affaire de famille » (en arabe, 22 février) ; « Non à l’ingérence étrangère/Par le peuple et pour le peuple/Ceci n’est pas une révolution colorée/Ceci est une révolution vert-rouge-blanche » (en français, 1er mars) ; « Dear USA, there is no oil left, so STAY AWWAY unless you want olive oil » (8 mars).

Comme toutes ces manifestations sont surtout exprimées dans la langue de l’immense majorité des jeunes, l’« arabe dialectal » algérien (dit darija), elles échappent largement aux observateurs étrangers, notamment français. Habitués de longue date à n’approcher les réalités algériennes que par le seul prisme de leurs native informants (selon le terme d’Edward Saïd), membres de l’intelligentsia laïque francophone qui leur parlent la langue (et les idées) qu’ils comprennent facilement, ces observateurs relaient en France assez spontanément les « analyses » d’intellectuels ou écrivains algériens parfaitement francophones, souvent créateurs talentueux, comme Boualem Sansal, Mohamed Kacimi, Kamel Daoud, Mohammed Sifaoui ou Yasmina Khadra. Ce dernier affirmant par exemple benoitement, dans une interview à L’Obs du 7 mars 2019, à propos des mobilisations en cours : « Où trouver la bonne personne pour incarner les espoirs de la nation ? Le manque de discernement chez une grande partie du peuple, conjugué à la méfiance héritée des désillusions et à la promptitude de contester toute figure qui se propose de mener la marche populaire, risque de retarder la prise de conscience générale. C’est désormais aux opposants sincères de convaincre et d’agir au plus vite car le temps est le meilleur atout du régime. » Tout est dit : face au « manque de discernement » du peuple, seuls les « opposants sincères » au régime, dont ils ne sont en réalité qu’une manifestation perverse, pourraient agir… Afin que « tout change pour que rien ne change », selon la formule consacrée. Khadra, mais il n’est pas le seul, offre ainsi une stupéfiante illustration de l’aveuglement des personnages issus d’un régime devenu expert dans la fabrication de ses « opposants » sans danger pour lui, et souvent relayés dans les médias français. Des personnages le plus souvent sincèrement convaincus par leur dénégation de la réalité, quand ils s’escriment encore à nier la formidable lucidité exprimée dans les rues par le peuple algérien, de mille façons, depuis le 22 février 2019.

Heureusement que d’autres intellectuels algériens et français, de plus en plus nombreux, qui avaient peu ou prou été dupes de la désinformation organisée dans les années 1990 par « service d’action psychologique » de la police politique (le DRS), saluent aujourd’hui cette lucidité populaire. Quand on sait leur rôle dans la formation de l’opinion des responsables politiques occidentaux, il faut y voir une promesse d’espoir. Mais c’est bien le peuple algérien qui aura le dernier mot.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin