La France aurait-elle décidé de tourner la page de l’aveuglement volontaire face au « double jeu » d’Alger sur la lutte antiterroriste au Sahel ? La question se pose après les déclarations d’Emmanuel Macron lors de son premier voyage présidentiel en Afrique, le vendredi 19 mai 2017, à l’état-major de la force militaire française « Barkhane », à Gao (Mali) : « Emmanuel Macron a précisé, indique une dépêche de Reuters, qu’il avait informé jeudi le président algérien Abdelaziz Bouteflika de son déplacement au Mali lors d’un entretien téléphonique et qu’il lui avait dit sa détermination sur la situation sécuritaire au Sahel. “Je lui ai fait part […] de mon souhait de pouvoir en parler avec l’Algérie de manière très franche”, a-t-il dit, précisant que rien ne lui permettait de confirmer le soutien présumé d’Alger à Iyad Ag Ghali, chef du mouvement djihadiste malien Ansar Dine. »

Cette sortie « franche » n’a pratiquement pas été relevée par la presse française. Mais elle n’a pas échappé aux services de la police politique algérienne (l’ex-DRS), comme en témoignent plusieurs articles d’organes de presse habitués à se faire l’écho de leurs préoccupations. « Divergences franco-algériennes sur la gestion du terrorisme au Sahel. Lyad Ag Ghali, le dossier qui fâche », titrait par exemple Le Soir d’Algérie le 21 mai 2017. Car en déclarant que « rien ne lui permettait de confirmer le soutien présumé d’Alger à Iyad Ag Ghali », c’est évidemment le contraire – suivant en cela une coutume diplomatique plus vieille que Machiavel – qu’Emmanuel Macron entendait affirmer.

 Et pour cause : tous ceux qui suivent avec attention, depuis les années 2000, la question du « terrorisme islamiste » au Sahara et au Sahel savent que le chef touareg Ag Ghali, créateur en décembre 2011 du groupe islamiste Ansar Eddine, est de longue date un « pion » (à géométrie variable) du DRS algérien dans l’instrumentalisation de la violence « djihadiste » dans la région. C’est ce que, après d’autres, j’avais analysé il y a quatre ans (en avril 2013), à partir d’une analyse des sources ouvertes disponibles, dans un article intitulé « Le jeu trouble du régime algérien au Sahel ». Article publié dans l’ouvrage collectif dirigé par Michel Galy, La Guerre au Mali (La Découverte, 2013), où était explicitée l’hypothèse que l’incursion au Mali d’Ansar Eddine en décembre 2012 n’avait été qu’un prétexte – assez peu fondé, car étant surtout une « manip » des services algériens – au déclenchement par Paris de l’opération « Serval », élargie en opération « Barkhane » dix-huit mois plus tard. Des opérations classiquement néocoloniales principalement destinées – bien avant l’objectif affiché de « lutte antiterroriste » – à défendre les intérêts économiques et politiques français dans la région (notamment les mines d’uranium d’Areva au Niger).

 Près de trois ans après la mise en place de ce lourd dispositif militaire (ayant déjà coûté la vie, à ce jour, à dix soldats français), celui-ci se révèle toujours incapable de mettre fin à la violence dans la région. Laquelle, loin d’être seulement « djihadiste », se nourrit de multiples facteurs, dont l’enchevêtrement est devenu particulièrement difficile à décrypter : les manipulations, en effet, de certains groupes armés par les services algériens (dont les conséquences ont d’ailleurs souvent échappé à leurs initiateurs, lesquels contrôlent sans doute bien moins qu’hier leurs « pions » plus ou moins obéissants, comme Ag Ghaly), mais tout autant voire plus encore, la corruption et l’impéritie des dirigeants de l’État malien, ainsi que les multiples interventions de puissances étrangères dans la région (outre celle la France, celles des États-Unis, de la Chine, du Royaume-Uni, de l’Allemagne, du Maroc, etc.), ou encore la présence d’organisations criminelles impliquées dans de multiples trafics (drogue, contrebande et autres).

 Reste que l’aveuglement plus ou moins volontaire des responsables politiques et militaires français, englués depuis des décennies dans les méandres corrompus de la Françafrique et de la Françalgérie, obsédés par la défense de leur pré-carré africain hérité de l’histoire coloniale, a aussi largement contribué à ce chaos. Un aveuglement entretenu, s’agissant des exactions des services algériens, par l’étroite complicité nouée dans les années 1980 entre les chefs du DRS et ceux de la DST française (devenue plus tard DCRI, puis DGSI).

 Il ne fait pourtant pas de doute que les autres services secrets français concernés (DGSE et DRM au premier chef) n’ignorent rien, depuis longtemps, du rôle du DRS algérien dans l’instrumentalisation, voire l’organisation, des « groupes islamistes de l’armée » (comme les surnomment de longue date les Algériens de la rue) : depuis les GIA et le GSPC des années 1990 jusqu’à Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique, apparu en 2007) et ses improbables extensions postérieures, comme Ansar Eddine (2011) ou le « Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans » (Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin). Ce dernier serait issu, début mars 2017, comme l’expliquait un article de Mediapart, de la fusion des groupes Ansar Eddine, Aqmi et Al-Morabitoune : « Dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, émir d’Ansar Eddine, et placée sous la tutelle d’Al-Qaida, cette nouvelle entité consolide et étend l’implantation de l’organisation au Sahara et au Sahel, au moment où l’État islamique est affaibli en Libye. »

Il n’est pas certain, tant le « chaos terroriste » sahélien échappe désormais à tout contrôle, après les dégâts provoqués par l’intervention militaire de l’OTAN et de la France en Libye en 2011, que les responsables des services algériens puissent encore y exercer une influence. Il est certain, en revanche, qu’ils ont largement contribué à alimenter ce chaos, ce que les autorités françaises ont toujours couvert. Les déclarations à Gao d’Emmanuel Macron, ce 19 mai 2017, quelques jours après sa prise de fonction, témoigneraient-elles du fait que certains responsables de l’armée et des services français « n’en peuvent plus » du « double jeu algérien » et entendraient le faire savoir ? Mais la France et ses alliés africains sont-ils encore en mesure de rompre vraiment avec la longue histoire de leurs compromissions passées avec le « terrorisme d’État » promu depuis les années 1990 par le régime algérien ? Et peut-on encore espérer que Paris reconnaisse un jour la responsabilité des généraux algériens dans les crimes contre l’humanité – qui s’inscrivent dans la droite ligne de ceux commis par l’armée française lors de la guerre de libération, eux-mêmes toujours non reconnus – qu’ils ont commis lors de la « sale guerre » des années 1990 ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.