A propos des repas de substitution dans les cantines scolaires

Émile Combes était plus intelligent que certains intégristes de la laïcité actuellement.

Je connaissais le fait, mais je n'avais pas de référence précise.

Les voici :

Audition de Jean Baubérot (page 26)

https://www.senat.fr/rap/r14-590-2/r14-590-21.pdf

J’ai dit que nous devions éviter le choc des civilisations.
L’Observatoire de la laïcité a fait un état de la juridiction laïque, qui frappe par son caractère raisonnable et terre à terre. La liberté de conscience ne peut être illimitée, au risque de désorganiser les institutions. Il ne s’agit pas d’opposer un principe absolu à un autre, mais la liberté de chacun aux nécessités du vivre ensemble. Nous pouvons faire comprendre cela. La liberté illimitée de l’un tronque la liberté de l’autre. La transformation de la laïcité en religion civile a généré conflits et crispations. Il faut l ’adapter, certes ; même Émile Combes, ce partisan de la laïcité la plus intransigeante,   avait signé une circulaire prévoyant l’absence de viande dans les cantines le vendredi, pour faire preuve de libéralisme politique mais aussi par intérêt bien compris, pour éviter que les enfants n’aillent dans les écoles congréganistes. Il nous faut inventer les mêmes genres d’accommodements  aujourd’hui : proposer un menu végétarien – pas hallal ou casher, ce serait trop compliqué ! – à côté du menu habituel résoudrait bien des choses. Les limitations à la liberté de conscience doivent être raisonnables, elles ne s’opposent pas à une religion en particulier mais visent à permettre la coexistence de toutes. La laïcité est un équilibre des frustrations. Nous ne la faisons pas assez vivre si nous pratiquons une catho-laïcité ou une laïcité à  deux vitesses.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.