Prélèvement à la source : mensonges et arrière-pensées

Ou bien les princes qui nous gouvernent sont devenus fous, ou bien ils ont une idée derrière la tête.

« Avec le prélèvement à la source, votre impôt s’adapte immédiatement à l’évolution de vos revenus. »

C’est un gros mensonge, car cette adaptation n’est ni automatique (il faut la demander, justificatifs à l’appui), ni immédiate (la demande est considérée comme une réclamation contentieuse, dont l’examen peut prendre du temps).

Exemple :

Un contribuable célibataire a déclaré 24 000 euros de revenus salariaux pour 2017. L’impôt dû est de 1651 €, soit 6,88 %.

En 2019, ses revenus mensuels prévisionnels ne sont plus que de 1 000 euros par mois. Son impôt sur les revenus de 2019 ne serait que de 117 euros pour l’année.

Alors qu’un prélèvement à la source de 68,88 euros sera appliqué chaque mois, s’il ne réagit pas ou fait confiance en « l’immédiat » de Monsieur Darmanin.

Le trop perçu lui sera remboursé « automatiquement » pendant l’été 2020 !!

Avant, à l’époque « archaïque », celui ou celle qui estimait que les acomptes versés étaient trop élevés par rapport à l’impôt finalement dû, pouvait en rectifier le montant sans difficulté.

Mais le meilleur, c’est encore ça :

Par ailleurs, vous bénéficierez du versement, le 15 janvier 2019, d’une avance sur les réductions et crédits d’impôt.

Cette avance est calculée sur la base de votre déclaration des revenus 2017 faite en 2018, et est égale à 60 % des réductions et crédits d’impôt suivants : réduction d’impôt sur les dons, crédit d’impôt service à la personne (emploi à domicile), crédit d’impôt frais de garde d’enfants, réduction d’impôt pour dépenses d’accueil en établissement pour personnes dépendantes, crédit d’impôt cotisations syndicales, réduction d’impôt en faveur de l’investissement locatif et réduction d’impôt logement DOM. Cette avance sera versée sur votre compte bancaire. Elle sera identifiable sur votre relevé bancaire grâce au libellé suivant : « CREDIMPOT ALASOURCE ».

Le solde des réductions et crédits d’impôt auxquels vous avez droit au titre des dépenses de 2018 vous sera versé à l’été 2019. En revanche, si vous avez bénéficié le 15 janvier 2019 d’un versement anticipé trop important au regard de votre situation 2018, vous devrez le rembourser en septembre 2019. Tous les éléments d’information figureront sur votre avis d’impôt 2019.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Pourquoi remplacer un système qui marchait ?

Pourquoi présenter comme la réforme du siècle une réforme qui ne touche ni à l’assiette de l’impôt, ni à son caractère injuste, peu progressif, avec de nombreuses niches, etc. ?

A moins qu’il n’y ait un projet masqué (non je ne suis pas complotiste) : remplacer l’impôt actuel par une « flat tax », au taux unique, et fusionnée avec la CSG.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.