Chauffeur de bus et refus de service : dégonfler le bobard islamophobe.

S'agit-il d'une "nouvelle affaire du RER D "? C'est possible, mais une fois de plus, les Don Quichotte sont partis contre les moulins à vent. Malheureusement, il ne s'agit pas de moulins à vent, mais d'un salarié qui risque des ennuis professionnels.

J’avoue que j’ai manqué de réactivité, pour deux raisons :

- j’avais autre chose à faire

- et je voulais m’assurer de la réalité des faits.

Quand j’ai voulu ajouter mon commentaire aux quelques uns peu amènes déjà publiés, c’était trop tard : l’auteur avait décidé de fermer les commentaires.

Donc on ne peut pas donner son avis sur l’analyse faite, et, beaucoup plus grave, faire le point sur la réalité des faits.

En effet, le responsable du syndicat CGT du chauffeur de bus a livré une toute autre version, où la religion du conducteur n’a aucune place.

La seule chose avérée, c’est que les deux jeunes filles n’ont pas pu monter dans ce bus, et que ce refus de service, s’il n’a pas de raisons sérieuses, constitue peut-être un faute professionnelle.

À en croire les syndicalistes, les deux amies, à qui le chauffeur a refusé l’accès, étaient en fait en train de fumer une cigarette quand le bus s’est stoppé devant l’arrêt. Les deux jeunes filles ne se levant pas, le conducteur a alors refermé les portes et a poursuivi sa route jusqu’au feu rouge.

"Quand elles sont venues pleurer devant la porte, il leur a fait comprendre qu’elles n’étaient pas à l’arrêt et qu’il fallait monter quand elles étaient à l’arrêt", relate Olivier Davoise, représentant CGT interrogé par RTL. 

Il poursuit : "Imaginer un collègue qui croit dans sa religion, qui la pratique dans sa vie privée et qui refuserait l’accès au bus sous prétexte que la jupe est trop courte ou le décolleté trop profond, ça ne tient pas debout une seconde.1"

La machine à fantasmes s’est pourtant aussitôt mise en route, et deux ministres ont même fait un communiqué, où la « jupe trop courte » est devenue une jupe, sans précisions de taille.

Une telle aubaine ne pouvait échapper au spécialiste de la seksyphobie, du sekso-séparatisme, qui amalgame toujours un peu tout, et qui au passage montre son ignorance du judaïsme.

« Les juifs haredim - beaucoup moins nombreux - sont aussi autoritaires que les intégristes musulmans sexyphobes. Ils sont aussi sexoséparatistes (femmes à la maison pour s’occuper des enfants). »

Premier point :

Il y aurait un milliard et demi de musulmans dans le monde, et 15 millions de juifs. Le « beaucoup moins nombreux » est-il en valeur absolue, ce qui est facile, ou en pourcentage du nombre global de fidèles ? Comment est fait le décompte ?

Dans les foyers haredim, le plus souvent, le mari étudie les textes religieux, n’a pas d’activité professionnelle qui lui permette de nourrir sa nombreuse famille.

Le foyer vit donc des aides sociales et de l’argent que la femme gagne, le taux d’emploi des femmes haredis est supérieur à la moyenne israélienne2.

1 https://www.sudouest.fr/2019/05/06/video-femme-en-jupe-refusee-d-un-bus-la-version-du-pere-mise-a-mal-par-les-syndicalistes-ratp-6045405-10407.php

2 http://www.modernorthodox.fr/femmesharediot/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.