Iran États-Unis : pour qui roulent les moudjahidines du peuple (OMPI) ?

L'Organisation des moudjahidines du peuple d'Iran a été créée en 1965. Au départ, elle peut être qualifiée d'islamo-gauchiste, car elle défend un programme socialiste avec des références religieuses.

L'Organisation des moudjahidines du peuple d'Iran a été créée en 1965. Au départ, elle peut être qualifiée d'islamo-gauchiste, car elle défend un programme socialiste avec des références religieuses.

Son logo fait encore référence à ce passé.

OMPI-0306b.jpg

Elle s'oppose au shah, soutient brièvement la révolution islamique de 1979 avant de rompre avec le nouveau régime et de passer à une opposition violente.

Les militants réfugiés notamment en Irak reçoivent le soutien de Saddam Hussein jusqu'à sa chute en 2003. L'OMPI avait créé une petite armée dans le camp « Ashraf », qui fut désarmée par les troupes américaines.

L'organisation est accusée d'avoir non seulement lancé depuis cette base des attaques contre l'Iran mais aussi d'avoir participé à la répression par le gouvernement de Bagdad des insurrections kurdes.

Après le retrait US d'Irak, les militants d'Ashraf ont été en butte à l'hostilité du nouveau gouvernement irakien allié de l'Iran.

L'OMPI a été inscrite sur diverses listes nationales ou internationales des organisation terroristes puis retirée, ses relations avec les pays occidentaux se sont améliorées.

Le fonctionnement est opaque, qualifié de sectaire par beaucoup de personnes. Le culte de la personnalité de la « dirigeante » Mariam Radjavi1 est indéniable.

Cette dernière maîtrise parfaitement la communication du groupe et est experte en lobbying auprès d'ONG comme le MRAP, de parlementaires de tous bords, de journalistes.

A l'occasion du rassemblement annuel de l'organisation à Villepinte, la parole a été donnée à Wes (Wesley) Martin, « ancien patron du contre-terrorisme des forces de la coalition ». Les journaux du groupe EBRA2 ont reproduit un entretien avec celui-ci3.

Les propos rapportés sont parfois excessifs et perdent toute crédibilité :

Accuser Nouri al-Maliki, le premier ministre irakien d'incompétence, de sectarisme, de brutalité, de corruption, de clanisme, de communautarisme peut se défendre, mais l'accusation de génocide (de qui?) est grotesque.

Plus important est le contexte : la présence auprès de l'OMPI d'un ancien responsable américain, très présent dans les médias et groupes de pression bellicistes4, est le signe d'un rapprochement entre cette dernière et certains secteurs politiques des États-Unis.

Ceux qui soutiennent l'OMPI en continuant de croire que c'est une organisation progressiste, laïque, démocratique, bref respectable, devraient y réfléchir.

1 Personne ne sait ce qu'est devenu son époux Massoud.

2 Groupe de presse régionale présent de la frontière belge à la frontière italienne, propriété du Crédit mutuel.

3 Exemple :

http://www.dna.fr/actualite/2014/07/05/nous-n-avions-aucune-raison-juridique-d-envahir-l-irak

4http://usfliberty.org/member/board-advisors/wesley-wes-martin-colonel-us-army-ret

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.