François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 janv. 2017

Les "indigènes" colonisent-ils l'anti-racisme ?

Depuis plusieurs années, les organisations antiracistes historiques sont confrontées à la concurrence de nouvelles organisations. Ces dernières estiment que "l'antiracisme moral" ne suffit pas, et qu'il faut un "antiracisme politique". Elles sont accusées d'être communautaristes par les premières, qui se veulent universalistes. La LICRA a publié un dossier à charge. Décryptage.

François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite de l'analyse du « dossier » de la LICRA.

Après les deux mises en bouche du président et du rédacteur en chef, une longue introduction de Stéphane Nivet répond oui à cette question.

Comme auparavant, les lecteurs du « Droit de vivre » sont priés de le croire sur parole. Donner des références précises ne semble pas être dans les habitudes de la LICRA.

Je précise d'entrée que je ne suis pas membre du PIR, que je n'approuve pas forcément toutes leurs thèses, mais je crois qu'ils « appuient là où ça fait mal » et que tout débat sur ses thèses passe par un minimum d'honnêteté intellectuelle : ne pas tordre le sens des citations, etc.

Commençons par examiner les quatre brèves dans la marge gauche de la page 18, sensées illustrer le propos.

« Deux poids, deux mesures » ?

Dans le sens commun, la rhétorique du « deux poids deux mesures1 » désigne les discours du type : « vous dénoncez les crimes commis par les A contre les B, mais pas l'inverse2. », « vous dénoncez la répression d'État, le racisme contre les X, mais pas celle contre les Y »

Le communiqué du PIR du 14 novembre 20153 dit :

Paris est endeuillé par des attentats d’une violence inouïe ayant fait plus de 120 morts et de nombreux blessés dont certains ont leur pronostic vital engagé. Toutes nos condoléances et notre solidarité vont aux familles des victimes.

Nous sommes bouleversés par ces actes terroristes que rien ne peut justifier mais nous ne sommes pas surpris. Malheureusement, compte-tenu des précédents, les tueries de janvier, celles de Bruxelles et de Toulouse, tous les indicateurs étaient au rouge. La France connaît le retour de flamme d’une politique étrangère belliciste en Libye, au Mali, en Syrie, en Irak… motivée par la stratégie du « choc de civilisations » et son corrélat interne que sont le racisme et l’islamophobie d’État.

Nous dénonçons ceux qui d’ores et déjà cherchent à instrumentaliser cette tragédie dans le sens de politiques répressives à l’encontre des musulmans, des réfugiés  et de l’ensemble des foyers de résistances des quartiers populaires.

Certains trouveront là l’occasion de faire taire toute opposition à ces politiques dans une nouvelle « Union sacrée ». Nous n’emprunterons pas cette voie car cela ne ferait que creuser les fractures et aggraver les tensions en lieu et place d’une mobilisation la plus large pour éviter que ces tragédies ne se reproduisent.

Le PIR

Cela n'a aucun rapport un discours du type « deux poids, deux mesures ».

L'essentialisme est-il un racisme pudique ?

La phrase citée est extraite de l'introduction à une long article d'un membre du PIR, pas d'un communiqué officiel4.

Il peut se résumer à « s'assumer tel qu'on est », mais rien ne permet de penser qu'il s'agit d'une forme de racisme.

Apologie du terrorisme.

Je citerai deux textes :

Le soutien du FUIQP5 à Aya Ramadan, qui rappelle que « Toute l’histoire des luttes anti-coloniales démontre que le recours à la violence par les colonisés n’est que le résultat de la violence du dominant. » 6

et ce texte récent de soutien au soldat israélien qui a assassiné de sang froid un Palestinien et vient d'être condamné.

« Ce qui est en jeu dans l’affaire du soldat de Hébron n’est pas seulement la question de savoir s’il a agi conformément aux ordres de ses supérieurs, au code éthique de Tsahal ou au droit international. La question beaucoup plus importante, voire cruciale, qui se pose aujourd’hui est de savoir si l’Etat juif saura préserver ce qui donne à ses soldats la force de se battre contre des ennemis toujours plus cruels et déterminés : à savoir la conscience que notre guerre est juste.7 »

Il est publié sur le site de la LDJ (Ligue de défense juive, groupement de fait). La dite LDJ est évoquée en passant par le LICRA, qui parle simplement de dérapage, de discours vindicatif et anti - maghrébin paranoïde, pas de racisme et de culte de la violence.

« Deux poids, deux mesures » ?

Wiam Berhouma.

Dans sa présentation (page 18) :

Le 21 janvier 2016, dans « Des paroles et des actes », une jeune femme, présentée par David Pujadas comme « une enseignante musulmane affiliée à aucun parti », interpelle Alain Finkielkraut et Daniel Cohn-Bendit. Wiam Berhouma est en réalité une militante très proche des « Indigènes ».

la LICRA parle d'entrisme. Voyons d'abord ce que ce mot signifie et ensuite quels sont les faits.

La définition qu'en donne le Larousse est claire :

« Tactique adoptée par certaines organisations (syndicat, partis politique) et visant à faire entrer dans une autre organisation certains de leur membre en vue d'en modifier la pratique ou les objectifs. ».

Une personne seule ne peut pas faire d'entrisme. A la rigueur, elle peut jouer un rôle de taupe. Et une émission télévisée, même si elle parle de politique, n'est pas une organisation.

Zéro pointé pour la maîtrise de la langue française. Si la LICRA veut un exemple d'entrisme, elle peut acheter (1,99 €) et lire l'ouvrage de Christophe Bourseiller « Cet étrange Monsieur Blondel »

Les faits :

Wiam Berhouma a commis une sorte de blasphème, non pas contre une religion historique, mais contre cette religion-zombie qu'est la combinaison du national-républicanisme et du national-laïcisme, avec ses prêtres (Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, BHL, etc.). Elle a demandé à l'académicien-philosophe de faire ce qu'il ordonne à ses contradicteurs : se taire.

C'est Marianne et la fachosphère qui lui ont collé cette étiquette « Indigènes » pour discréditer son attitude. La LICRA embraye.

Elle s'est expliquée (et a démenti) :

https://www.zamanfrance.fr/article/qui-veut-peau-wiam-berhouma-19866.html

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1474773-j-etais-face-a-finkielkraut-dans-dpda-les-vaines-polemiques-ont-occulte-mon-propos.html

Avec ces précisions factuelles de la rédaction :

Mise à jour du 29 janvier 2015 à 17h38 :

Wiam Berhouma n'est pas membre du Mafed ("Marche des femmes pour la dignité"), un collectif féministe créée à l'occasion de la marche de la dignité. Elle n'a participé à aucune réunion de ce collectif. Le PIR a ensuite repris la liste des signataires sur leur site.

Wiam Berhouma était inscrite sur la Liste d'union citoyenne, qui accueillait des citoyens non-encartés, qui s'est présentée en Ile-de-France lors des élections régionales. Elle occupait la 18ème place pour la section électorale du Val-de-Marne8.

Quant à la MAFED (Marche des femmes pour la dignité), ce n'est pas le PIR qui en est à l'origine, même s'il a soutenu l'initiative.


1 http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/faire-deux-poids-deux-mesures/

et aussi :

« Nous avons deux poids et deux mesures : nous approuvons, pour une idée, un système, un intérêt, un homme, ce que nous blâmons pour une autre idée, un autre système, un autre intérêt, un autre homme. »

Chateaubriand - Mémoires d'outre-tombe

http://www.expressio.fr/expressions/avoir-deux-poids-et-deux-mesures.php

2 Au choix : Israéliens/Palestiniens, gouvernement/rebelles Syriens, rebelles pro-Russes/gouvernementaux Ukrainiens, etc.

3 http://indigenes-republique.fr/attentats-de-paris-communique-du-pir/

4 http://indigenes-republique.fr/faire-vivre-son-essence/

5 Qui a curieusement échappé à la vindicte de la LICRA.

6 http://www.ism-france.org/communiques/Communique-du-FUIQP-n-2-Soutien-total-a-Aya-Ramadan-article-20016

7 http://www.liguedefensejuive.com/apres-la-condamnation-du-soldat-elor-azaria-quelle-morale-pour-tsahal-et-pour-israel-2017-01-05.html

8 https://94.citoyens.com/2015/regionales-ile-de-france-liste-dunion-citoyenne-en-val-de-marne,12-11-2015.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre