François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

285 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 déc. 2017

Les universalistes ont-ils piscine depuis quelques jours ?

Dans le concert des réactions après les dernières décisions de Trump, certains silences sont assourdissants.

François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, les organisations qui luttent contre le racisme sont partagées entre deux approches.

La première consiste à considérer d’abord le racisme comme un comportement individuel blâmable, comme le harcèlement sexuel, qui peut se rencontrer dans tous les groupes humains.

La seconde consiste à mettre l’accent sur son caractère systémique, le rôle des institutions publiques, en organisant les victimes du racisme, premières concernées par la lutte pour leur émancipation.

La première approche se considère comme universaliste, ses partisans estiment que la seconde est communautaire, voire communautariste. Leur combat se veut également féministe, laïque, opposé à toutes les discriminations, y compris celles fondées sur l’orientation sexuelle.

La seconde se veut politique, et considère que la première est morale, voire paternaliste : « Être raciste, c’est vilain !! Touche pas à mon pote ! »

Cette semaine, le président des États-Unis d’Amérique (je n’écris pas le président américain, par respect pour les Canadiens, Brésiliens, qui sont tout aussi américains) a décidé de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l’État d’Israël, et d’y transférer l’ambassade de son pays.

Cette décision est contraire à toutes les résolutions des Nations Unies sur la question. Elle risque de déclencher une flambée de violences et de mettre à feu et à sang toute la région, voire plus.

Elle signe l’acte de décès du processus de paix initié par les accords d’Oslo en 1993, dont il ne restait plus depuis longtemps que le processus (on fait semblant de négocier pendant que la colonisation continue) sans la paix.

Un nouvel axe stratégique se dessine : États-Unis, Israël, Arabie Saoudite. Les gouvernements de ces trois pays sont influencés ou contrôlés par des forces religieuses dangereuses pour la paix du monde.

Les wahhabites saoudiens ont financé et continuent probablement de financer des mouvements terroristes, en diffusant également la version la plus sectaire et la plus rétrograde de la religion musulmane.

Les économies occidentales sont droguées à l’agent saoudien (et d’autre pays du Golfe persique), les États vendent les armes qui sont utilisées pour anéantir le Yémen. Si un jour, un commando yéménite ivre de haine s’en prend à un pays occidental, il ne faudra pas chercher pourquoi.

La coalition au pouvoir en Israël et largement majoritaire dans le pays s’appuie sur une interprétation littérale de la Bible hébraïque. Les partis religieux jouent un rôle de plus en plus important dans la définition de la politique intérieure et extérieure. Pour les non-religieux, le principe est le suivant : « Peu importe de savoir si Dieu existe, mais on est sûrs qu’il nous a donné ce pays ».

Cette même interprétation littérale (plus celle du Livre de l’Apocalypse) conduit les chrétiens évangéliques à soutenir l’entreprise sioniste, préalable nécessaire au retour du Messie, fut-ce au prix d’une guerre mondiale.

Les trois idéologies se sont fait également remarquer par leur mépris des femmes et leur sexisme.

Alors, on aurait pu penser que les « universalistes » réagiraient en fonction de leurs principes à cette décision dangereuse, et qu’ils ne laisseraient pas les « communautaristes » avoir le monopole de l’indignation, avec la gauche de gauche et les associations de soutien à la cause palestinienne.

J’ai cherché à savoir si c’était le cas, en consultant leurs sites Web :

LDH :

La « Une » s’ouvre sur le processus de paix (réel celui-là) au Pays basque, dans lequel la Ligue s’est investie.

Les communiqués les plus récents (moins de deux semaines) portent sur :

le projet gouvernemental de tri des sans-abris (08/12/2017)

la baisse des APL (07/12/2017, 28/11/2017))

les mesures de l’état d’urgence déclarées contraires à la constitution (04/12/2017)

l’exploitation de l’or en Guyane (01/12/2017)

la situation au Maroc (30/11/2017)

la question des archives (28/11/2017)

l’emprisonnement de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri (28/11/2017)

SOS-Racisme :

En tête de la « Une » :

Un communiqué dénonçant le stage syndical organisé par Sud Éducation 93 (21/11/2017)

Une enquête sur l’état des lieux des discriminations en France (23/11/2017)

L’esclavage en Libye

une lettre ouverte à la députée FI Danièle Obono, coupable de complaisance envers Houria Bouteldja.

La LICRA

Un hommage à « Johnny l’antiraciste » (07/12/2017)

Le racisme dans le sport (07/12/2017)

une campagne avec l’ESDES (Catho de Lyon)

Le MRAP national

Le communiqué le plus récent (23 octobre 2017), dans la rubrique dédiée est consacré au 45ème anniversaire de la loi Pleven

Bref, la Palestine est presque rayée de la carte, mais n’est plus non plus dans le viseur des « universalistes »

Alors, ils ont piscine depuis quelques jours ?

Mais ils ont eu le temps auparavant de dénoncer les « méchants communautaristes ».

Outre la lettre ouverte à Danièle Obono, SOS-Racisme a publié une tribune d’un « musulman laïque » qui enfile les contre-vérités.

La LICRA a dénoncé Houria Bouteldja, Sud-Éducation 93, un prédicateur de l’UOIF (les propos qui lui sont reprochés sont effectivement scandaleux).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux