La « loi de Dieu » et les lois des hommes.

Ça revient comme un mantra : il y aurait des gens pour qui la loi de Dieu serait supérieure aux lois des hommes. Belle découverte !! C’est pourtant le cas dans toutes les religions, et depuis longtemps. Et est-ce si grave ?

J’ai volontairement écrit « les lois des hommes », et pas « la loi de la République ». Parce que la Russie, l’Iran, la Chine, etc..sont aussi des républiques. Et parce que la Belgique, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, ne sont pas des républiques, et je ne pense pas que les lois y soient plus mauvaises qu’en France.

Et les lois de la République « française », puis que c’est de cela qu’il s’agit n’ont pas toujours été et ne sont pas toujours d’une qualité exemplaire, en matière sociale ou sociétale. Elles ont changé au cours des siècles et elles peuvent encore changer, en bien ou en mal.

Je ne vois pas pourquoi on sacraliserait des lois de la République, déclarées par essence irréprochables.

Soyons précis, pour un croyant, de n’importe quelle religion, la « loi de Dieu » a une valeur supérieure aux lois humaines.

Par exemple, pour un catholique convaincu, les relations sexuelles ne se conçoivent que dans le mariage, bien entendu exclusivement entre un homme et une femme, et tout acte interrompant une grossesse est condamnable.

Et si aujourd’hui les lois de la République (française) ne condamnent que les relations sexuelles non consenties ou avec des mineurs, ça n’a pas toujours été le cas. Preuve du danger qu’il y a à les sacraliser en oubliant qu’elles ne sont pas par nature immuables.

Donc un catholique respectera la « loi de Dieu », qu’il considérera comme supérieure.

De la même façon, un juif ou un musulman ne mangera pas certains aliments, dont la consommation est tout à fait légale.

Il n’y a conflit, et donc problème, que si une loi interdit ce qu’exige l’autre. Il y a des exemples, et pas forcément où on le croirait à première vue.

La conscription (service militaire ou national) a longtemps été une obligation légale. Les fidèles de certaines religions (ou de doctrines philosophiques) refusent de porter les armes, voire même de participer même indirectement, à la défense nationale. D’autres, qui ne sont pas par principe, opposés à l’institution militaire, refusent de participer à des guerres qu’ils estiment injustes.

En France, l’Église catholique s’est opposée à la loi de 1889 « curés sac au dos », qui soumettait le clergé séculier à la conscription.

Dans l’autre sens, les « lois de la République » sanctionnent l’aide aux migrants en situation irrégulière1.

Des militants, motivés par leurs conceptions religieuses ou philosophiques, enfreignent volontairement ces lois. Certains d’entre eux (qu’on retrouve souvent dans des organisations d’origine chrétienne2) placent donc la « loi de Dieu » au-dessus des lois de la République.

Et il est paradoxal de condamner ceux qui opposent leur conscience aux lois de l’État dans des sociétés occidentales qui ont fait d’Antigone une héroïne3.

1https://www.vie-publique.fr/eclairage/18715-du-delit-de-solidarite-au-principe-de-fraternite-lois-et-controverses

2https://doctrine-sociale.blogs.la-croix.com/migrations-chretiens-pieds-dans-plat%E2%80%89/2018/04/14/

3https://fr.wikipedia.org/wiki/Antigone_(fille_d'%C5%92dipe)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.