La Bible selon la LICRA

Comment parler de la Bible à des élèves ??Préambule : j'ai eu une intuition heureuse en téléchargeant le texte mis en ligne gratuitement sur un site du ministère de l'éducation nationale.Il n'y est plus, non pas à cause de sa présentation biaisée et partiale de certains sujets, mais parce qu'un des contributeurs a été condamné par la justice.

Comment parler de la Bible à des élèves ??

Préambule : j'ai eu une intuition heureuse en téléchargeant le texte mis en ligne gratuitement sur un site du ministère de l'éducation nationale.

Il n'y est plus, non pas à cause de sa présentation biaisée et partiale de certains sujets, mais parce qu'un des contributeurs a été condamné par la justice.

L'exercice peut être très délicat, car il y aura dans le public des gens à qui la Bible n'évoque rien, d'autres pour qui c'est un document intéressant, mais complété par d'autres, d'autres enfin pour lesquels il contribue à la structuration de leur environnement familial et fait partie de leur conscience individuelle.

La confrontation avec l'histoire scientifique peut être délicate : il y a de nombreuses discordances entre le récit biblique et les conclusions des travaux des géologues, paléontologues, archéologues, historiens, etc.. Et certaines personnes en sont restées à des interprétations littérales.

Enfin, il existe plusieurs Bibles. Le « Livre » est un ensemble de textes, mais les contenus sont différents selon les religions qui s'y réfèrent.

Pour les juifs, la Bible hébraïque comprend 24 livres, répartis en trois groupes : La Loi (Torah ou Pentateuque), les prophètes, les écrits.

Pour les chrétiens, ces livres constituent « L'Ancien testament (ou alliance) », ils y ajoutent le « Nouveau testament » : Évangiles, Actes des apôtres, épîtres, Apocalypse de Jean.

Les églises protestantes ne reconnaissent, concernant l'Ancien testament, que les livres de la bible hébraïque. Catholiques et orthodoxes y ajoutent des écrits qui ne sont présents que dans la traduction des Septante (livres deutérocanoniques).

Il existe aussi des textes dits « apocryphes », qui ne sont pas reconnus, mais qui ont pu inspirer certains commentateurs et certaines traditions chrétiennes.

Le texte d'Antoine Spire pour la LICRA n'évite pas un certain nombre d'écueils, on peut même dire qu'il se précipite droit dessus.

Dire la Bible est le livre de référence des trois religions monothéistes est abusif. Il faudrait tout d'abord préciser de quel contenu on parle. Les juifs ne reconnaissent aucun caractère sacré au « Nouveau Testament ».

L'histoire biblique est intégrée dans la foi musulmane, qui fait d'Abraham le « premier musulman ». Mais les musulmans vont se référer d'abord au Coran, aux hadiths, à la Sirah, et le texte biblique n'est pour eux qu'un « précurseur », dont le texte a été altéré.

C'est très bien de parler de l'importance de la Bible dans la culture mondiale, mais plus que de Harry Potter, il aurait été judicieux de décrire le rapport à la Bible dans les sociétés chrétiennes et son rôle structurant, d'expliquer par exemple que c'est la traduction de Luther qui fera du « hochdeutsch » l'allemand de référence.

Il n'y a aucun recul par rapport au récit historique et les conditions matérielles de son élaboration.

Les « aventures des rois et des prophètes » sont-elles toutes véridiques ou bien sont-elles symboliques et apologétiques ?

Et écrire :

« L’exercice éclaire sur « la pédagogie de Dieu » qui parie gros sur Sa confiance en l’homme, l’appelle à découvrir son identité, à éprouver sa liberté… et ne s’en décourage jamais. »

peut faire hurler les défenseurs de la laïcité de l'enseignement.

Parlons un peu des traductions en français.

Il en existe de nombreuses, et le texte de Spire est très réducteur. J'ai trouvé une liste impressionnante à cette adresse.

C'est absurde de distinguer la « Bible de Jérusalem », écrite par des « chrétiens » de celle du « protestant » Louis Segond. Les protestants sont aussi des chrétiens, que je sache.

La « Bible de Jérusalem » est une traduction faite par les Dominicains (catholiques) de l'École biblique de Jérusalem. Et la traduction de la Bible de Jérusalem est faite à partir du texte massorétique (hébreu) pour livres inclus dans la Bible hébraïque, pas à partir de celui des Septante, comme l'écrit la LICRA.

La traduction de la Bible en français utilisée par l'Église catholique n'est même pas mentionnée, alors que les textes sont lus lors des cérémonies liturgiques. C'est la seule que connaissent la plupart des catholiques.

Dire que la traduction de la Bible par André Chouraqui est « difficile à lire » est une euphémisme. Exemple :

Le « sermon sur la montagne » (les « Béatitudes ») selon la traduction française officielle de l'Église catholique1.

01 Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.

02 Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :

03 « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.

04 Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

05 Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.

06 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

07 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

08 Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

09 Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.

11 Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

12 Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

"Copyright AELF - Paris - 1980 - Tous droits réservés".

Le même selon André Chouraqui2 :

1, Et, voyant les foules, il monte sur la montagne et s’assoit là.

Ses adeptes s’approchent de lui.

2.     Il ouvre la bouche, les enseigne et dit:

3.     « En marche, les humiliés du souffle ! Oui, le royaume des ciels est à eux !

4.     En marche, les endeuillés ! Oui, ils seront réconfortés !

5.     En marche, les humbles ! Oui, ils hériteront la terre !

6.     En marche, les affamés et les assoiffés de justice ! Oui, ils seront rassasiés !

7.     En marche, les matriciels ! Oui, ils seront matriciés !

8.     En marche, les coeurs purs ! Oui, ils verront Elohîms !

9.     En marche, les faiseurs de paix ! Oui, ils seront criés fils d’Elohîms.

10.     En marche, les persécutés à cause de la justice ! Oui, le royaume des ciels est à eux !

11.     En marche, quand ils vous outragent et vous persécutent,

en mentant vous accusent de tout crime, à cause de moi.

12.     Jubilez, exultez ! Votre salaire est grand aux ciels ! Oui, ainsi ont-ils persécuté les inspirés, ceux d’avant vous.

Suis-je un « matriciel » ? Grave question !!

La conclusion est ainsi rédigée :

« Les chrétiens ont eu longtemps l’habitude de parler du nouveau testament à propos des évangiles, de l’apocalypse et des épîtres de Paul3. C’était laisser croire qu’une nouvelle alliance se serait substituée à l’ancienne (ce fut la théologie catholique pendant des siècles, abandonnée à Vatican II) alors que la Bible est un tout dont les lectures sont plurielles. »

Si l'Église catholique a heureusement renoncé à tous les textes infamants et infâmes sur le judaïsme, elle n'a jamais renoncé à parler d'ancienne et de nouvelle alliance.

Un des textes de référence du concile Vatican II est la constitution « Lumen gentium » dont le chapitre II a pour titre « La Nouvelle Alliance et le Peuple nouveau »4. Extrait :

« C’est pourquoi il s’est choisi Israël pour être son peuple avec qui il a fait alliance et qu’il a progressivement instruit, se manifestant, lui-même et son dessein, dans l’histoire de ce peuple et se l’attachant dans la sainteté. Tout cela cependant n’était que pour préparer et figurer l’Alliance Nouvelle et parfaite qui serait conclue dans le Christ, et la révélation plus totale qui serait transmise par le Verbe de Dieu lui-même, fait chair. « Voici venir les jours, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une Alliance Nouvelle... Je mettrai ma foi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. Alors, je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. Tous me connaîtront du plus petit jusqu’au plus grand, dit le Seigneur » (Jr 31, 31-34). Cette alliance nouvelle, le Christ l’a instituée : c’est la Nouvelle Alliance dans son sang (cf. 1 Co 11, 25), il appelle la foule des hommes de parmi les Juifs et de parmi les Gentils, pour former un tout selon la chair mais dans l’Esprit et devenir le nouveau Peuple de Dieu. »

Visiblement, sur se sujet, Antoine Spire a « tout faux. »

Bref, un article qui n'avait pas sa place sur un site officiel et de référence pédagogique.

1 http://www.aelf.org/bible-liturgie/Mt/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Matthieu/chapitre/5

2 http://nachouraqui.tripod.com/id61.htm

3 L'oubli de quelques épîtres (Pierre, Jacques, etc..) est accessoire, mais omettre les « Actes de Apôtres », récit des premières années du christianisme, est plus grave. Mais il n'y a pas de spécilaistes pour relire les textes à la LICRA ?

4http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.