Le préfet de Meurthe-et-Moselle justifie la colonisation israélienne

Si un conseil municipal n'a pas à avoir d'avis sur les questions de politique internationale, un préfet devrait encore moins se référer à des actes contraires au droit international.

Régulièrement, des municipalités affichent leur soutien à la cause palestinienne : banderoles sur la mairie, baptême de rues, vœux du conseil municipal.

Ces actes de solidarité ne plaisent pas aux partisans de la colonisation, notamment à ceux que Charles Enderlin appelle les « bibistes ».

Malheureusement, ils trouvent de plus en plus de relais au sommet de l’État, puisque des préfets demandent l’annulation des manifestations de solidarité avec la cause palestinienne.

L’argument avancé est le suivant : « occupez-vous de vos oignons, les collectivité locales n’ont pas à avoir un avis sur la politique internationale ».

Mais le préfet de Meurthe-et-Moselle, Éric Freysselinard, va plus loin, car il donne son avis sur Marwan Barghouti, le plus célèbre des prisonniers palestiniens :

Le préfet estime que ces décisions portent « atteinte au principe de neutralité des services publics et est de nature à porter atteinte à l’ordre public, M. Barghouti ayant été condamné en Israël à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtres et tentative de meurtres »

Ce que ne sait pas (??) le préfet, c’est que toutes les résolutions des Nations Unies (et le gouvernement français) condamnent l’occupation des territoires palestiniens (Cisjordanie et Gaza) par Israël, et que les tribunaux israéliens sont donc des tribunaux d’occupation.

Ils n’ont donc aucune légitimité à juger et condamner des Palestiniens.

De plus, presque tous les régimes dictatoriaux respectent l’apparence des formes juridiques :

Les victimes des procès de Moscou, de Prague, ont été condamnées par des tribunaux. Et en plus, elles avaient « avoué » !

Les époux Rosenberg, les militants des droits civiques aux États-Unis, ont été condamnés par des tribunaux. Et aussi Nelson Mandela en Afrique du Sud.

Sans oublier toutes les personnes condamnées par les tribunaux de Vichy, pour ne pas négliger nos turpitudes françaises.

Alors, que tous ceux qui le peuvent soutiennent les initiatives de la ville de Vandoeuvre-lès-Nancy :

HOMMAGE à MARWAN BARGHOUTI
PAR LA VILLE DE VANDOEUVRE,
en présence de son épouse Fadwa Barghouti
SAMEDI 30 JUIN 2018
Centre Culturel André Malraux,
Scène Nationale, Vandoeuvre-lès-Nancy

Né en 1959, Marwan Barghouti, député palestinien et homme de paix, est une figure emblématique. Il est considéré comme le Mandela palestinien.

Participant aux deux Intifadas en 1987 et en 2000, il est enlevé en 2002 par l'armée israélienne. Le 6 juin 2004, il est condamné par un tribunal israélien à cinq peines d'emprisonnement à perpétuité et il est toujours détenu en Israël.

Vous êtes cordialement invité(e) à participer aux différentes manifestations :

11h-12h : Cérémonie sur le parvis de l'Hôtel de Ville

Devant le portrait de Marwan Barghouti et en présence de son épouse Fadwa Barghouti, Stéphane Hablot, Maire de Vandoeuvre, lui rendra un hommage.

12h : Apéritif et vernissage d’une exposition consacrée à la Palestine au CCAM :

« Eclats de vie à Gaza » par de jeunes photographes palestiniens, une vision grave et poétique de la vie à Gaza visible ce samedi 30 juin.17h-18h30 : Table ronde au CCAM autour du thème « Femmes palestiniennes en  résistance : quelles solidarités pour la Palestine ? »Participeront à ce débat : Fadwa Barghouti, Taoufiq Tahani Président d'honneur de l’Association France Palestine Solidarité, Alain Desmarest Président de l’AFPS de LorraineSud, Yves Lubraniecki de l’Union Juive Française pour la Paix.

Entrée libre.

18h30-19h : Moment de poésie et de musiqueLecture de poèmes de Mahmoud Darwich en arabe et en français par Nafissa Lakbakbi, Nadim Chaghouri et Ridouane Atif ; accompagnement musical par Michel Groppe et Stéphane Berdah.19h-20h: Concert du groupe Moussafir qui interprétera des chansons de Marcel Khalifé, Feirouz et Cheikh Imam. Entrée libre20h au CCAM : Repas préparé par l'association Khamsa. Réservation obligatoire jusqu’au27 juin (association.khamsa@free.fr - Tél : 06 28 63 08 01)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.