A Toulouse le PLU nouveau est arrivé: une énième mauvaise cuvée

Le PLU nouveau est arrivé !

A Toulouse, le Plan Local d'Urbanisme a été présenté par la nouvelle municipalité, le comité DAL Toulouse en retient surtout sa saveur terne et désuète, comme il l'explique dans son tract.

 

L'effarement nous a saisi lorsque nous avons appris les orientations du futur PLU de la mairie de Toulouse. Alors qu'avec 6 100 nouveaux habitants par an selon l'INSEE, les questions de la densification et du droit à la ville doivent être posées, M. Moudenc y répond par des réponses désuètes et à côté de la plaque.

 Débutons par les places de parking, pour tout automobiliste l'idée de ne pas avoir à chercher une place pendant un quart d'heure en rentrant chez lui peut être séduisante, mais ce « gain de temps » se répercutera sur les loyers et les charges pour les locataires et les petit propriétaires. De plus, l'effet tunnel encourageant l'emploi de la voiture risque de gommer le « gain de temps », par sa contribution aux embouteillages que nous subissons suffisamment....

Poursuivons avec les logements sociaux. La Mairie entend les concentrer dans les grands ensembles et non plus dans les petites résidences, nous comprenons mal ce choix et sa justification... Par ailleurs la Mairie pour atteindre les objectifs de la loi Duflot, s'engage à construire 30% de logements sociaux, mais quels types de logements sociaux ? En effet, il existe actuellement quatre grands types de logement sociaux par niveau de ressources : PLAI, PLUS, PLS, PLI. Seul le premier peut être considéré comme du logement très social permettant aux familles les plus pauvres d'y accéder. Combien de logements très sociaux seront ils construits ?

Enfin, après avoir consulté le site de Toulouse Métropole sur le PLU, nous constatons une nouvelle fois l'emploi d'une novlangue complexe propre à l'urbanisme qui ne peut que décourager les habitants d'y participer. De plus, deux consultations publiques, qui s'apparentent davantage à l'exposé des experts, ne peuvent être légitimes pour une participation réelle des habitants. Ce déni de démocratie n'est pas nouveau dans les plans d'aménagement urbain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.