Cueillir les cerises

C’est donc demain le déconfinement. Celui que l’on attend depuis quasiment deux mois maintenant. Pourtant il ne s’agira pas d’un moment de joie extatique brodé de romantisme, de musiques, et d’embrassades à tout-va comme fantasmé par certains. Le déconfinement sera gris.

Je vous le dis clairement j’attendrai la réouverture de mon bar de quartier, Les Merles Moqueurs, pour respirer un peu mieux, et ce n’est hélas pas pour demain.

Surtout que les récentes contaminations survenues en Haute-Vienne et en Dordogne nous rappellent que nous ne sommes pas à l’abri de devoir retourner dans nos logements trop petits. Ces derniers nous rappellent à quel point la Terre peut être étroite si on n’a pas le compte en banque et l’origine adéquates. Christophe Castaner l’a redit ce matin, le déconfinement dépend de notre civisme. Pas des masques et des tests, mais de notre attitude. Traduction : si nous sommes contraints de nous reconfiner, ce sera de notre faute, pas de celle du gouvernement élu pour gérer les affaires. On commence à avoir l’habitude de ce genre de logique, qui veut qu’un tir de LBD à bout portant soit de la responsabilité de celui ou celle qui en est victime plutôt que de celui qui a appuyé sur la gâchette.

Dans le monde de la start-up nation, on est toujours coupable de n’ « être rien » en attendant notre train, et de coûter un « pognon de dingue » quand nos vies sont des galères.

Dans cette sinistrose, la crise du Covid 19 aura au moins eu ce mérite : mettre davantage à nu l’ignominie du libéralisme économique sous toutes ses formes : néo, ordo et autres. C’est ce à quoi nous invite aussi la nouvelle séquence à venir : poursuivre le combat pour construire un nouveau monde, celui d’après que tout le monde a à la bouche. En espérant que nous soyons encore plus nombreux à le désirer désormais. En espérant que nous parvenions, dans les mouvements sociaux et politiques, à proposer des alternatives permettant un changement de logiciel au sommet du pouvoir.

J’attendrai la réouverture de mon bar de quartier pour respirer un peu mieux, et l’assurance qu’il sera ouvert avec ses salariés l’année prochaine et celle d’après pour respirer pleinement. Pour cela il faut repenser les modèles. Et à Toulouse de manière singulière, tant les dégâts du raz-de-marée qui s’annonce risque d’avoir des conséquences importantes sur le secteur aéronautique. Rappelons que ce dernier concerne plus de 500 000 emplois directs ou indirects en Haute-Garonne. D’ores et déjà de riches débats ont débuté dans notre ville.

Cela a commencé fin avril avec les contributions d’Attac, de la Fondation Copernic, de l’Université Populaire de Toulouse et des Amis du Monde Diplomatique, signant deux tribunes sur le sujet dont la dernière en date ce samedi 9 mai : « Toulouse, un pays de Cocagne ? ». Celle-ci réaffirme les positionnement pris dans la première publiée fin avril. Les auteurs y interrogeaient la possibilité d’un « syndrome Détroit » à Toulouse, fondé sur la fragilité que représente la mono-industrie aéronautique dans la ville rose et son agglomération. Une fragilité entretenue par les décideurs politiques locaux pendant longtemps, sur l’autel de la croissance infinie. Ce constat est abondé par l’Atelier d’Ecologie Politique, créé et fondé à Toulouse, qui s’est adressé directement aux salariés de l’aéronautique via une lettre publique. Le groupe de scientifiques y invite à une réorientation nette du secteur, eu égard à la baisse de trafic à venir, mais surtout au vu des enjeux climatiques à atteindre.

Ces premières réflexions furent suivies d’une tribune réponse signée par l’économiste Gabriel Colletis et le délégué syndical CGT Xavier Petrachi, membres de l’association Manifeste pour l’Industrie et intitulée : L’industrie aéronautique, une activité du passé, vraiment ? Dans celle-ci les auteurs nuancent certaines assertions de la première tribune tout en partageant de nombreux constats et propositions, notamment sur la sortie de la mono-industrie et la nécessité d’être à la hauteur de l’urgence climatique. La principale différence d’analyse se situe au niveau du modèle de sortie de l’aéronautique. Le Manifeste pour l’Indutrie souhaite un changement de modèle mais pas une table rase du secteur aéronautique. Il propose d’ailleurs plusieurs propositions détaillées à cet effet.

Voici donc où nous en sommes de cette émulation intellectuelle sur l’avenir de notre ville, des emplois et de son industrie. Je vous invite à lire, si vous en avez le temps, chacune de ces tribunes. Malgré leurs divergences, ces réflexions ont le mérite de poser les bonnes questions pour l’avenir.

96833281-2764519490313608-4732235936425836544-n

Il est l’heure de les écouter, d’en parler, d’échanger. Loin de ceux qui pensent encore que, grâce à des forces supérieurs mystérieuses, le secteur redécollera comme avant. D’ailleurs ceux-là devraient penser à une autre période de l’histoire de Toulouse où une mono-industrie s’est effondrée, laissant notre ville exsangue, celle du Pastel.

Pour rappel au XVe et XVIe siècles, alors que la production d’étoffes augmente fortement en Europe, il y a une forte demande en produits tinctoriaux dont le bleu. Connu depuis l’Antiquité, le pastel est ainsi exploité par de nombreux paysans toulousains. Cette plante herbacée bisannuelle, dont les feuilles sont collectées, séchées et broyées pour en faire une pâte, puis une boule, la cocagne (d’où l’expression « pays de cocagne »…), sert pour la teinte des textiles dans les centres européens, de la péninsule ibérique aux pays du Nord.

Ce commerce permet l’enrichissement de négociants, visible avec la construction de palais urbains sur des modèles espagnols et italiens, comme les hôtels de Bernuy et d’Assézat.

Mais cette épopée ne dure pas plus de deux générations, suite à la concurrence d’un nouveau venu qui rencontre alors un fort succès : l’indigo. Pas la société filiale de Vinci à qui l’actuelle municipalité a bradé la gestion de nombreux parkings, mais le produit venu d’Amérique Centrale suite à sa colonisation par les Espagnols.

Cette « épopée du Pastel » fait aujourd’hui écho avec la situation de l’industrie aéronautique, et nous rappelle que rien n’est figé, y compris quand il s’agit d’industrie et d’économie. Comme le préconisent les différents collectifs cités plus haut, c’est le moment d’ouvrir un débat dans notre ville, et au-delà sur ce que nous voulons pour l’avenir : quels emplois, dans quels secteurs, et comment, avec quelle règle écologique. Le Green New Deal Toulousain est plus que jamais d’actualité.

Pour le débuter comme pour les activités humaines il faut établir un ordre de priorité pour un certain nombre de projets. Est-ce essentiel aujourd’hui d’investir 120 millions d’euros pour construire une nouvelle Cité Administrative alors que l’actuelle est fonctionnelle , de l’avis des 1 500 agents qui y travaillent ? Est-ce urgent de construire un quartier d’affaires énergivore et dont la pertinence pose question ? Quid de la Tour Occitanie déjà peu sérieuse avant, qui mérite d’être enterrée définitivement. A-t-on besoin d’appartements de luxe dans le site historique et hospitalier de La Grave quand il faudrait un big bang de la santé dans notre ville ? A quoi va servir un parc des Expositions surdimensionné pour des touristes d’affaires internationaux qui vont moins prendre l’avion ?

Plus que jamais il est l’heure de faire des choix pour notre avenir. Le déconfinement sera gris, mais c’est aussi la saison pour aller cueillir des cerises.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.