François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2016

A Toulouse, l'habitat de réfugiés syriens détruit au bulldozer.

Ce jeudi 14 janvier, des réfugiés syriens ont eu une très mauvaise surprise en rentrant dans les maisons vides qu'ils occupent depuis des mois....

François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Toulouse, l'habitat de réfugiés syriens détruit au bulldozer.

bulldozer-syriens-1-4

Ce jeudi 14 janvier, des réfugiés syriens ont eu une très mauvaise surprise en rentrant dans les maisons vides qu'ils occupent depuis des mois. Ces maisons font partie de la Cité Blanche aux Izards qui fait l'objet elle aussi d'un plan de "rénovation urbaine" mené par le bailleur social Nouveau Logis Méridional, filiale du groupe SNI (Caisse des Dépôts). Trois des maisons vouées à la démolition étaient occupées par trois familles syriennes dont six enfants depuis mai-juin 2015, à proximité de l'immeuble de la Place des Faons où se trouvent encore près de 200 réfugiés syriens.

Or ce jeudi, les syriens vivant dans ces maisons ont été convoqués à l'OFII (Office Français de l'Immigration et de l'Intégration) pour faire le point sur leur situation. Pendant ce déplacement des bulldozers sont arrivés et ont démolis les maisons avec toutes les affaires appartenant aux familles à l'intérieur.

Dans le même temps les familles ont été prises en charge par la Préfecture via des nuitées d'Hôtel.

Le DAL Toulouse31 n'a pas à ce jour connaissance des commanditaires de l'opération, mais trouve ces méthodes inacceptables et peu constructives. Ces réfugiés qui sont démunis de par leur situation administrative, l'obstacle de la langue, ne bénéficient d'aucune concertation quand à leur relogement, et sont parfois envoyés à Lille, La Rochelle ou autres destinations lointaines sans qu'aucune explication ne leur soit apportée.

Ce type d'opérations fait partie d'un climat de peur et de contrainte instauré par certaines institutions chez les réfugiés syriens toulousains. On en arrive dans des situations absurdes où un bailleur social, Habitat Toulouse, crée l'insalubrité dans un de ses immeubles en cassant les appartements vides pour en justifier la démolition... alors que la grande majorité des habitants souhaitent continuer y vivre.

Le DAL Toulouse 31 demande donc à ce qu'une réunion de concertation sur le relogement des syriens soit tenue avec la Préfecture pour cesser le relogement à l'emporte pièce des réfugiés syriens.

Toulouse qui sera bientôt la troisième ville de France doit prendre ses responsabilités et être en mesure de les accueillir comme elle l'a fait avec d'autres réfugiés par le passé.

DAL Toulouse-31-No Vox International

Un toit c'est un droit !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart