François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2020

Black Friday: Comment gagner 6 millions d'euros en ne faisant rien pendant 6 ans?

Je vous l'explique ici, vous allez voir la question elle va être vite répondue. Cela se passe à Toulouse avec le "Quai Saint-Pierre".

François Piquemal
Violette, rose, verte, jaune, rouge et noire, bref Toulouse. Donner des éclats d'écologie et de solidarité à la capitale de la chocolatine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Il y a bientôt deux ans avec J'y suis J'y reste nous tournions une vidéo sur le Quai Saint-Pierre.

Originellement destiné à accueillir des locaux de l'Institut d'Etude Politique, ce beau bâtiment de 4 500 m² situé nom loin de la célèbre place du même nom et face à la Garonne a été vendu par sous l'impulsion de M. Moudenc par l'Etablissement Public Foncier Local en 2014.

L'heureux acquéreur est le groupe immobilier "Thierry Oldak" qui achète le bien pour 4,75 millions d'euros, annonçant vouloir faire une résidence standing pour "seniors".

Il y a bientôt deux ans avec

J'y suis J'y reste

nous tournions une vidéo sur le Quai Saint-Pierre.

Originellement destiné à accueillir des locaux de l'Institut d'Etude Politique, ce beau bâtiment de 4 500 m² situé nom loin de la célèbre place du même nom et face à la Garonne a été vendu par sous l'impulsion de M. Moudenc par l'Etablissement Public Foncier Local en 2014.

L'heureux acquéreur est le groupe immobilier "Thierry Oldak" qui achète le bien pour 4,75 millions d'euros, annonçant vouloir faire une résidence standing pour "seniors".

Finalement après huit années, on apprend dans un article de La Dépêche que le groupe "Thierry Oldak" a changé de projet pour faire des appartements grands standing réservés à des particuliers. Un projet qu'il est en passe de céder à une autre société immobilière, la Cogedim, pour 11 millions d'euros.

Bilan de cette histoire:

Pendant 8 années un bâtiment est resté vide dans notre ville alors que le nombre se sans-abris ne cesse d'augmenter.

M. Moudenc a bradé un bien public à un promoteur, alors qu'il aurait pu être utilisé pourquoi pas pour faire du logement social en centre-ville, où il en a peu, afin de participer aussi à la mixité sociale.

En six ans le prix de ce bien immobilier a augmenté de plus de 6 millions d'euros, nouvelle preuve de la folie spéculative dans la ville rose.

La politique décomplexée de gentrification de l'actuelle municipalité se poursuit.

Pendant six ans cette situation parmi d'autres a participé à la vacance du logement qui joue son effet sur l'offre immobilière et donc la spéculation plus globalement.

Réponse à la question de départ: achetez un bel immeuble à une collectivité publique peu regardante, puis attendez que la spéculation fasse son oeuvre, revendez le plus du double de ce que vous l'avez acheté. Elle est pas belle la vie?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Débat : augmenter les salaires, oui, mais comment ?
Faut-il augmenter les salaires ou baisser le temps de travail ? Bloquer les prix ou agir sur la TVA ? Débat entre Aurélie Trouvé (pour Jean-Luc Mélenchon), Marine Tondelier (pour Yannick Jadot) et Alexandra Dublanche (pour Valérie Pécresse).
par à l’air libre
Journal
Corruption : un nouveau front potentiellement dévastateur pour Netanyahou
Jugé depuis deux ans pour « corruption », « fraude » et « abus de confiance » par un tribunal de Jérusalem, l’ancien premier ministre israélien devra aussi affronter une commission d’enquête chargée d’établir ses responsabilités dans la plus dévastatrice affaire de corruption de l’histoire d’Israël.
par René Backmann
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française