Philippe Tesson et « la merde »

Il est commun de se moquer de Jean-Marc Morandini mais il n’en demeure pas moins qu’il apparaît aujourd’hui comme un journaliste ayant eu une saine réaction hier lors des propos tenus en direct sur Europe 1 par son confrère Philippe Tesson.Dire que les propos de ce dernier sont inadmissibles relève de l'euphémisme. Plus grave est l'absence totale de réaction de nos médias.

Il est commun de se moquer de Jean-Marc Morandini mais il n’en demeure pas moins qu’il apparaît aujourd’hui comme un journaliste ayant eu une saine réaction hier lors des propos tenus en direct sur Europe 1 par son confrère Philippe Tesson.

Dire que les propos de ce dernier sont inadmissibles relève de l'euphémisme. Plus grave est l'absence totale de réaction de nos médias.

Une visite sur le blog de Jean-Marc Morandini permet d'être édifié.

Qu'a dit Philippe Tesson :

"Ce qui a créé le problème, ce n'est quand même pas les Français (...) D'où vient le problème de l'atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? Et ben moi je le dis !".

"C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ? Il faut le dire quoi !".

Jean-Luc Morandini a très justement répliqué avec un parfait professionnalisme qui doit être ici loué et reconnu.

La gravité de tels propos tenus en direct sur une radio à diffusion nationale est indéniable.

Il ne s’agit ni plus ni moins que de rattacher tous les malheurs de la France à l’ensemble d’une communauté religieuse.

Un Le Pen aurait tenu de tels propos que nous lirions aujourd’hui des tribunes enflammées.

Ce jeudi 15 janvier 2015, 5ème jour de l’An I de notre République Une et Indivisible, enfin réunie depuis dimanche autour des valeurs de respect et de tolérance : aucune réaction de la presse et des intellectuels.

Il en va de même des musulmans  directement stigmatisés.

J’avoue être consterné.

Existe-t-il une immunité à l’égard des vieux journalistes ceux qui doivent aujourd’hui servir d’exemples à leurs jeunes confrères ?

Philippe Tesson tient une chronique dans Le Point. L’on peut aimer à l’occasion ses réactions. Mais il ne peut ignorer, mieux que quiconque, la vigilance que l’on doit avoir lorsque l’on s’exprime en direct sur les ondes.

Deux questions se posent aujourd’hui : ses propos relèvent-ils de notre droit pénal ? A défaut le vieux journaliste ne relève-t-il pas lui-même d’un EHPAD ?

Et deux autres : Esprit Charlie où es-tu ? Mediapart où-es tu ?

La twittosphère - elle - brûle. A juste titre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.