230 lycéennes enlevées : « silence ce n’est qu’au Nigéria ! »

La fenêtre de mon bureau est ouverte. Le ciel gris laisse gronder le tonnerre d’un orage presque d’été.  Je me souviens avoir lu ici ou là une information sur des lycéennes  du Nigéria enlevées par la secte Boko Haram. Mais le bruit médiatique est ici inexistant...

La fenêtre de mon bureau est ouverte. Le ciel gris laisse gronder le tonnerre d’un orage presque d’été.  Je me souviens avoir lu ici ou là une information sur des lycéennes  du Nigéria enlevées par la secte Boko Haram. Mais le bruit médiatique est ici inexistant...

Une recherche sur le site d’informations en ligne nigérian Vanguard vient confirmer l’information selon laquelle ces lycéennes seraient au nombre de 230.

L’on y apprend que le prix Nobel de littérature Wole Soyinka a appelé hier à leur libération alors que Bokom Haram menace de tuer ces lycéennes enlevées si les recherches ne sont pas arrêtées. Il semble que des milliers de femmes tentent de s’organiser pour se lancer à leur recherche dans la forêt de Sambisa.

La hiérarchie des informations me laissera toujours interdit. Il est plus important de disserter sur les décolletés qui auraient été interdits au ministère de l’écologie au moment où une école de filles de Chibok, située dans l’Etat de Borno, au Nigéria, a été vidée de ses élèves dont le seul crime était d’être nées filles. Pour être nées filles elles devaient donc être privées d’éducation et enlevées.

Où sont nos lycéens prompts à réagir si l’on touche à l’un d’entre-eux ? Pouvons-nous rester insensibles comme des pierres ?

Certes tout ceci est bien loin. L’angoisse et les cris de ces jeunes filles, de leurs mères, ou de ces femmes qui s’apprêteraient à lancer un assaut dérisoire ne peuvent être ici entendus. Notre bruit médiatique les étouffe.

Jean Ferrat avait raison de chanter : « Cet air de liberté au-delà des frontières, Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige, Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige. » L'essentiel est bien là : ma France, où est-tu ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.