Les scènes d’horreur absolue sont l’ordinaire de la chasse en France. Pierre Rigaux

Une société dite démocratique où le sadisme est non seulement officiellement toléré mais aussi mis en scène est une société en danger.

Extrait d'un article de Pierre Rigaux dans Reporterre (7 janvier 2020) :

"Les scènes d’horreur absolue sont l’ordinaire de la chasse en France

Interrogé par France Inter en réaction à ces images, le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, considère que les pratiques en question sont « dans l’éthique normale de la chasse et du respect du vivant ». Il veut dire par là que, dans leur grandeur d’âme, les chasseurs abrègent les souffrances d’animaux blessés. Sans se demander pourquoi ils sont si nombreux. La réponse lui serait déplaisante : parce que les chasseurs sont incompétents et qu’en autorisant un million d’amateurs très mal formés à pratiquer un jeu basé sur la mise à mort dans la nature avec une arme à feu, les dommages collatéraux sont nécessairement gigantesques. Et l’autorisation des armes blanches dans les sous-bois, en toute discrétion, là où aucun agent de l’État n’ira vérifier pourquoi untel sort son épieu, permet la satisfaction de tous les sadismes ailleurs réprimés."

L'article s'accompagne d'une vidéo produite à partir d'enregistrements des chasseurs eux-mêmes qui les utilisent pour célébrer leurs exploits.

Ces pratiques ne datent malheureusement pas d'hier. Mais au cours de l'histoire le lien entre les pratiques de chasse qui n'avaient pas pour but la nourriture et la manifestation du pouvoir de quelques dominants (seigneurs, guerriers) a été établi et dénoncé. Il ne faut pas oublier que les prérogatives des chasseurs (le droit de chasse était réservé aux nobles et la braconnage des pauvres était sévèrement réprimé) ont pesé lourd dans les doléances des paysans au moment de la Révolution. Désormais mises en scène, divulguées, proclamées et comme héroïsées par la magie des réseaux sociaux, ces pratiques violentes et sadiques manifestent une revendication d'impunité et de pouvoir insupportable dans une démocratie. Une société dite démocratique où le sadisme est non seulement officiellement toléré mais aussi mis en scène est une société en danger. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.