Françoise Clerc
retraitée
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2021

Grignon : l'Etat profite de l'été pour brader 200 ans d'histoire de l'agriculture

Message de la communauté es Agros et Amis de Grignon : l'Etat s'entête dans la destruction d'un patrimoine agricole dédié à la formation et à la recherche au moment où le GIEC tire la sonnette d'alarme sur la dégradation du climat, dont l'agro-industrie est un des responsables.

Françoise Clerc
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le moment est particulièrement mal choisi. Alors que le monde entier a les yeux rivés sur les catastrophes engendrées par notre incapacité à changer nos pratiques, le gouvernement offre sur un plateau à un promoteur (à un prix cassé), une terre qui depuis 200 ans a été au cœur de la recherche en agronomie... avec quelques errances qui semblent désormais corrigées. Le projet alternatif à la construction d'un habitat de luxe, porté par les anciens et les nouveaux "agros" ainsi que des élus et des habitants des environs, visait justement à developper des recherches, des échanges et des formations en lien avec un changement de la manière d'envisager l'agriculture. Cherchez l'erreur !

Voici le message de la Communauté des Agros et Amis de Grignon.

Message à tous nos soutiens

Au cœur de l’été, l'État brade Grignon et reste sourd à un projet d’intérêt général concernant le changement climatique

Le 2 août, la décision du jury a été annoncée à notre partenaire*. L’offre d’achat du domaine de Grignon portée par Grignon 2026 et la Communauté de Commune Cœur d’Yvelines n’est pas retenue. Les services de l’État choisissent le promoteur ALTAREA COGEDIM comme adjudicataire de ce domaine, ce qui anéantit l’espoir de créer un centre international dédié à l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.

Quelle élégance ! En plein cœur de l’été, alors que les événements climatiques extrêmes se multiplient aux quatre coins du Globe (sécheresses, inondations, record de températures), au moment où le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat a approuvé son sixième rapport aux décideurs sur le changement climatique qui indique d’ores et déjà que la bataille des 1,5 degrés est perdue, l’État, pour quelques euros de plus, choisit de fermer les yeux sur la nécessité de transformer les systèmes agricoles et alimentaires.

La mobilisation de la Communauté des Agros et Amis de Grignon, l’inquiétude des étudiants et des habitants et de tous les soutiens n’est donc pas suffisante ?

Le projet Grignon 2026 est un projet collectif soutenu par des élus (députés et sénateurs, conseillers départementaux), près de 200 scientifiques, des personnalités de renom, une centaine d’entreprises et d’organisations de la société civile. Il propose d’organiser un dialogue permanent entre les trois grandes familles de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement pour adapter nos modes de production et nos modes de consommation. L’État nie la compétence des collectivités territoriales à gérer le développement de leur territoire et préfère détruire deux siècles d’histoire et d’actifs scientifiques d’une valeur inestimable au profit d’un promoteur qui saura faire son métier : acheter du foncier à un prix dérisoire et le vendre par lot au prix fort. C’est d’autant plus scandaleux que cette décision va contre l’avis même des élus du territoire et des habitants qui ont voté par deux fois à l’unanimité leur association au projet Grignon 2026.

Ce choix est plus que contestable. L’accélération du changement climatique est suffisamment inquiétante pour que la formidable mobilisation autour du projet Grignon 2026 prenne de l’ampleur. 

L'État saura-t-il modifier le cap pour agir dans l'intérêt général ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours