Françoise Clerc
retraitée
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Les rendez-vous manqués de la gauche avec l'école

Petit préambule à la partie 2/2 : la formation continue entre 1945 et 1981 Pourquoi présenter le contexte de la formation continue ? Parce que ce contexte contribue à la compréhension de ce qui se joue au niveau de l’Education nationale à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981.

Françoise Clerc
retraitée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le deuxième rendez-vous manqué de la gauche avec l’école est celui de la formation professionnelle des personnels de l’éducation.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la formation professionnelle apparaît avec force comme un enjeu pour la reconstruction économique du pays. Les entreprises sont demandeuses de formation, notamment pour leurs cadres. Des organismes de formation se créent ou voient leur activité se développer. C’est ainsi que la CEGOS (Commission d'Étude Générale d'Organisation Scientifique), devenue une association loi 1901 en 1948, intervient aussi bien en entreprises qu’au sein des administrations. Elle est porteuse d’une culture nouvelle sur la formation largement inspirée de la psychosociologie nord américaine et des travaux de Carl Rogers sur la non directivité. Sous l’influence décisive de Bertrand Schwartz, - inspirateur de la Promotion Supérieure du Travail (PST), directeur du CUCES créé en 1954 (Centre universitaire de coopération économique et sociale) puis de l’INFA (Institut national pour la formation des adultes) en 1963, fondateur de la revue Education permanente1 - excusez du peu – ainsi que de chercheurs du CNAM, la recherche sur la formation des adultes et la diffusion des pratiques connaît une effervescence inédite. Des expériences nouvelles sont observées, analysées. Des conclusions importantes sont tirées. Des méthodes de travail pour ce qui a été un moment désigné sous le nom d’« andragogie », validées.

L’État se tient à distance prudente du courant le plus novateur de la formation professionnelle et préfère, en formation initiale, pour ses personnels des solutions du type école : ENA (Ecole nationale d’administration) en 1945 pour les hauts fonctionnaires, IRA (Instituts régionaux d’administration) en 1966 pour les cadres régionaux. La CEGOS et quelques organismes de formation y interviennent ponctuellement en formation continue sur des objectifs définis par l'institution.

La formation continue s’organise.

En 1971, paraît la Loi sur du 16 juillet 1971 : n° 71-575 portant organisation de la formation professionnelle continue - premier volet - dans le cadre de l'éducation permanentesecond volet jamais paru. Les remaniements ultérieurs de la loi resserreront progressivement la formation continue sur l’emploi (ou la recherche d’emploi). L’éducation permanente, dont certains promoteurs sont inspirés des analyses d’Ivan Illich, ne connaîtra que des organisations partielles qui ne bénéficieront pas du financement par l’impôt. Néanmoins, cette loi, même réduite à sa dimension professionnelle, contribue à conforter la place de la formation des adultes et à ouvrir un espace nouveau de réflexion sur les pratiques, les enjeux et les effets de la formation. Bref un vent nouveau souffle sur la formation.

Dans le même temps, l’Education nationale campe sur ses positions.

La formation initiale des enseignants du second degré reste presqu’exclusivement académique : elle consiste essentiellement en préparations aux concours et porte sur les savoirs disciplinaires que ce soit dans les Ecoles normales supérieures (Ulm, Sèvres, Saint-Cloud, Fontenay) ou dans le cadre des Instituts de préparation aux enseignements de second degré (IPES), implantés dans les facultés, créés en 1957 et supprimés en 1979. Les écoles normales continuent à former les futurs instituteurs et proposent une année de stage après le bac. Dans tous les cas, les élèves fonctionnaires sont rémunérés, avantage extraordinaire si l’on songe à la situation de la plupart des étudiants, avantage qui a fait de ces lieux de préparation aux concours un outil de promotion sociale important pour la petite classe moyenne.

Les compétences professionnelles sont supposées s’acquérir

1. sur le tas par la pratique,

2. lors de conférences pédagogiques organisées par le corps d’inspection et souvent confiées à des conseillers pédagogiques.

Cette formation se déroule dans des Centres pédagogiques régionaux (CPR) créés en 1952. Une étude 2 montre que la formation dite de pédagogie générale (en fait professionnelle) occupe une place très variable d’un CPR à l’autre – de rien à quelques heures de conférences - et peut proposer des contenus allant de la sensibilisation aux techniques audiovisuelles, au travail de l’élève, à la psychologie de l’adolescent… Les Centres régionaux de documentation pédagogique créés en 1955, sous la tutelle des recteurs, regroupent des ressources pour les enseignants (bibliothèques, cinémathèques, voire musées pédagogiques).

Pourquoi présenter ce contexte diversifié ? C’est parce que ce contexte contribue à la compréhension de ce qui se joue au niveau de l’Education nationale à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Il permet aussi de mesurer la difficulté que cette institution a rencontré pour s’aculturer à des conceptions formées au sein des entreprises et de l’administration dans un contexte de reconstruction économique et sociale. Pourtant, dès son arrivée au ministère de l’Education nationale, Alain Savary, conscient que la formation des enseignants est un enjeu majeur pour accompagner l’évolution du système éducatif, commande un rapport sur cette vaste question. Pour mener à bien cette mission, il choisit un homme qui se trouve à l’intersection des mondes de l’entreprise, de l’administration d’État et de l’éducation : André de Peretti. Son rapport va insérer un coin dans les représentations dominantes au sein de l’appareil éducatif car pour le rapporteur, la formation ne sera plus seulement académique – centrée sur la maîtrise des savoirs disciplinaires - mais aussi professionnelle ; l’évolution de la profession des enseignants aura partie liée avec celle de toutes les autres professions de l’éducation. C’est donc une vision d’ensemble que va proposer le rapport rendu au ministre en février 1982.

La gauche aura du mal à assumer l’héritage de ce rapport qui heurtera les traditions centralisatrices et la manie hiérarchique du ministère. Mais surtout à terme, si toutes les conséquences avaient été tirées, elles auraient dû conduire à un réajustement des professions, enseignants, éducateurs, cadres. Mais les freins ne sont pas venus que de l’administration et des ministres. Les freins concernant la formation, mais encore plus ceux qui concernaient la professionnalité des enseignants ont été diffus dans toute l’institution. Les syndicats, souvent sur la défensive, y ont contribué, avec des nuances toutefois en fonction de leurs sensibilités politiques. Le rendez-vous manqué sur la formation professionnelle peut aussi s'interpréter comme un rendez-vous manqué sur les professions de l'éducation. Pour comprendre ce rendez-vous manqué, il faut se concentrer sur les institutions successivement chargées de la formation dans leur relation avec les changements inévitables du travail enseignant (2/2).

Ce réajustement est plus que jamais au cœur de la question scolaire. En février 2022, cela ne fera jamais qu’un retard de 40 ans.

------------------------------------------------------------------------------------------------

1 Conseiller technique au ministère de l’Education nationale (1968), puis conseiller pour l’éducation permanente (1969), et directeur du projet Education permanente du Conseil de l’Europe.

2 M. Tixeront, N. Leselbaum, La formation des enseignants du secondaire. Quels enjeux ?, Recherche et formation, 1987, 1, 37-49) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours