Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2016

Accélération de l'écologie de marché

Quand les pouvoirs publics transforment la nature en "capital" économique et financier...

Françoise Degert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2010, écologistes, politiques de droite et de gauche et bien-pensants poussaient des cris d'orfraie lorsqu'a été dévoilée la financiarisation de la nature, jusque là soigneusement passée sous silence. Ce n'était pas tant la financiarisation qui les gênait mais bien plutôt sa mise en lumière. Et ils cherchaient à rassurer. "Mais non, vous confondez évaluation et monétarisation... Vous n'y comprenez rien, il s'agit seulement d'évaluer la nature, (dont les paysages etc...) pour faire prendre conscience de son importance et mieux la protéger... !!!"

Six ans plus tard, que voit-on ?

Le ministère de l'écologie et du développement durable, lui-même, vient de publier une brochure intitulée "Nature et richesse des nations" pour tenter de se mettre d'accord sur l'évaluation des "biens communs" naturels (y compris le climat), ce qui n'est pas gagné puisque la nature n'a pas de prix. Peu importe, l'enjeu c'est de mobiliser la "croissance" en intégrant ces "évaluations" dans le jeu économique par la réglementation. "Le capital naturel doit être apprécié du point de vue des acteurs économiques : État, investisseurs, banques, entreprises".

Admirons la franchise du résumé officiel :

1 - l'État est ravalé au rang d'acteur économique, non pour diriger des entreprises publiques qui sont ou vont être privatisées, mais pour se mettre à la disposition des investisseurs, des banques, des entreprises.

2 - La biodiversité (qui a de longues ramifications jusque dans les paysages, la culture, les savoir-faire etc...) et le climat sont cités en exemple de biens communs à évaluer. Ce n'est pas un hasard : le marché carbone fonctionne déjà même si la COP 21 n'a pas réussi à mettre un prix unique à la tonne de carbone. Quant au marché de la biodiversité, il est sur les rails via le système de "compensation". Un système de compensation qui va être avalisé par les parlementaires dans le projet de loi biodiversité (article 33), soyons en sûrs. Un système qui est déjà expérimenté en France (par la Caisse des dépôts avec plus ou moins de succès) et surtout en Grande-Bretagne (la City est intéressée, l'Environment Bank a été créée). Un système qui est tracé par Bruxelles sous la terminologie "No Net Loss", autrement dit "Pas de perte de biodiversité".  Pour renflouer les banques, il se pourrait bien que le marché carbone fusionne avec celui de la biodiversité.

3 - Enfin ce résumé officiel du ministère reconnait le véritable enjeu : "favoriser les investissements dans les actifs naturels". Rien à voir donc avec la protection de la nature...

Adam Smith

Autre pépite : ce petit bijou éclaire crument la politique environnementale mondiale et nationale qui se résume à appliquer les principes de l'économie néo-libérale dont sont imprégnées nos élites. Elles le sont tellement après leur passage à Sciences-Po, Sciences-Eco, ENA, HEC, etc... qu'elles emboîtent le pas sans sourciller d'Adam Smith qui avait écrit en 1776 "La richesse des nations". Adam Smith, l'un des pères du libéralisme économique...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica